Pourquoi le conflit du Soudan affecte-t-il le reste du monde ?

0
224

Pourquoi le conflit du Soudan affecte-t-il le reste du monde ?

Les Émirats arabes unis, par exemple, puissance militaire montante, entretiennent des liens étroits avec les Forces de soutien rapide.

Les combats au Soudan entre les forces loyales à deux généraux de haut rang ont mis ce pays, pourtant sur la voie de la démocratie il y a quelques années, au bord de l’effondrement. Ils pourraient avoir des conséquences bien au-delà de ses frontières, estime l’agence de presse américaine Associated Press (AP) :

« Les deux camps disposent de dizaines de milliers de combattants, de soutiens étrangers, de richesses minières et d’autres ressources qui pourraient les mettre à l’abri des sanctions. C’est la recette d’un conflit prolongé qui a dévasté d’autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique, du Liban et de la Syrie à la Libye et à l’Éthiopie. »

Les combats, qui ont débuté alors que le Soudan tentait de passer à la démocratie, ont déjà fait des centaines de morts et des millions de personnes se sont retrouvées piégées dans les zones urbaines, à l’abri des tirs, des explosions et des pillards. Voici un aperçu de ce qui se passe et de l’impact que cela pourrait avoir à l’extérieur du Soudan.

Les deux généraux

Le général Abdel Fattah Burhan, chef des forces armées, et le général Mohammed Hamdan Dagalo, chef d’un groupe paramilitaire connu sous le nom de Forces de soutien rapide et issu des célèbres milices Janjaweed du Darfour, cherchent chacun à prendre le contrôle du Soudan.

« Cette tentative intervient deux ans après qu’ils ont conjointement perpétré un coup d’État militaire et fait échouer la transition vers la démocratie qui avait commencé après que les manifestants de 2019 eurent contribué à forcer l’éviction de l’autocrate de longue date Omar el-Béchir. Ces derniers mois, des négociations étaient en cours en vue d’une reprise de la transition démocratique. » (AP)

Le vainqueur des derniers combats sera probablement le prochain président du Soudan, le perdant risquant l’exil, l’arrestation ou la mort. Une guerre civile de longue durée ou la partition du pays arabe et africain en fiefs rivaux sont également possibles. Alex De Waal, spécialiste du Soudan à l’université de Tufts (États-Unis), a écrit dans une note adressée à ses collègues cette semaine que le conflit devrait être considéré comme « le premier round d’une guerre civile ».

« Si l’on n’y met pas fin rapidement, le conflit deviendra un jeu à plusieurs niveaux avec des acteurs régionaux et certains acteurs internationaux qui poursuivront leurs intérêts, en utilisant de l’argent, des fournitures d’armes et éventuellement leurs propres troupes ou mandataires », a-t-il écrit.

Les voisins du Soudan

Le Soudan est le troisième pays d’Afrique par sa superficie, et se trouve à cheval sur le Nil. Il partage ses eaux avec les poids lourds de la région que sont l’Égypte et l’Éthiopie. L’Égypte dépend du Nil pour subvenir aux besoins de sa population de plus de 100 millions d’habitants, et l’Éthiopie travaille à la construction d’un énorme barrage en amont qui a alarmé à la fois Le Caire et Khartoum.

L’Égypte entretient des liens étroits avec l’armée soudanaise, qu’elle considère comme un allié contre l’Éthiopie. Le Caire a tendu la main aux deux parties soudanaises pour obtenir un cessez-le-feu, mais il est peu probable qu’il reste les bras croisés en cas de défaite de l’armée.

Le Soudan a des frontières avec cinq autres pays : La Libye, le Tchad, la République centrafricaine, l’Érythrée et le Sud-Soudan, qui a fait sécession en 2011, emportant avec lui 75 % des ressources pétrolières de Khartoum. Presque tous ces pays sont embourbés dans leurs propres conflits internes, divers groupes rebelles opérant le long des frontières poreuses.

« Ce qui se passe au Soudan ne restera pas au Soudan, a déclaré Alan Boswell, de l’International Crisis Group. Le Tchad et le Sud-Soudan semblent les plus immédiatement exposés à un risque de débordement. Mais plus les combats s’éternisent, plus il est probable que nous assistions à une intervention extérieure majeure. »

Les puissances extérieures

Les pays arabes du Golfe se sont tournés vers la Corne de l’Afrique ces dernières années, car ils cherchaient à projeter leur puissance dans la région. Les Émirats arabes unis, puissance militaire montante qui a étendu sa présence au Moyen-Orient et en Afrique de l’Est, entretiennent des liens étroits avec les Forces de soutien rapide, qui ont envoyé des milliers de combattants pour aider les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite dans leur guerre contre les rebelles houthis soutenus par l’Iran au Yémen.

La Russie, quant à elle, envisage depuis longtemps de construire une base navale capable d’accueillir jusqu’à 300 soldats et quatre navires à Port-Soudan, sur une route commerciale cruciale de la mer Rouge pour l’acheminement de l’énergie vers l’Europe. Le groupe Wagner, un groupe de mercenaires russes ayant des liens étroits avec le Kremlin, a fait des incursions en Afrique ces dernières années et opère au Soudan depuis 2017. Les États-Unis et l’Union européenne ont imposé des sanctions à deux entreprises d’extraction d’or liées à Wagner au Soudan, accusées de contrebande.

Les pays occidentaux

Le Soudan est devenu un paria international lorsqu’il a accueilli Oussama ben Laden et d’autres militants dans les années 1990, à l’époque où Omar el-Béchir avait mis en place un gouvernement islamiste intransigeant. Son isolement s’est aggravé avec le conflit dans la région occidentale du Darfour dans les années 2000, lorsque les forces soudanaises et les Janjawids ont été accusés d’avoir commis des atrocités en réprimant une rébellion locale. La Cour pénale internationale a finalement accusé el-Béchir de génocide.

Les États-Unis ont retiré le Soudan de leur liste d’États soutenant le terrorisme après que le gouvernement de Khartoum a accepté de nouer des liens avec Israël en 2020. Mais des milliards de dollars de prêts et d’aide ont été suspendus après le coup d’État militaire de 2021. Ce coup d’État, conjugué à la guerre en Ukraine et à l’inflation mondiale, a entraîné l’économie dans une chute libre.

La question que tout le monde se pose, à présent : les pays occidentaux peuvent-elles faire quelque chose pour arrêter les combats ? Les difficultés économiques du Soudan semblent offrir aux pays occidentaux la possibilité d’utiliser des sanctions économiques pour faire pression sur les deux parties afin qu’elles se retirent. Mais au Soudan, comme dans d’autres pays africains riches en ressources, les groupes armés s’enrichissent depuis longtemps grâce au commerce clandestin de minerais rares et d’autres ressources naturelles.

Un embouteillage sans policier

Dagalo, ancien éleveur de chameaux au Darfour, possède de vastes exploitations de bétail et d’or. On pense également qu’il a été bien payé par les pays du Golfe pour les services rendus par les FSR au Yémen, dans sa lutte contre les rebelles alliés à l’Iran. L’armée, de son côté, contrôle une grande partie de l’économie et peut également compter sur les hommes d’affaires de Khartoum et des rives du Nil qui se sont enrichis pendant le long règne d’el-Béchir et qui considèrent les FAR comme de grossiers guerriers de l’arrière-pays.

« Le contrôle des fonds politiques ne sera pas moins décisif que le champ de bataille, a déclaré M. De Waal. Les militaires voudront prendre le contrôle des mines d’or et des routes de contrebande. Les FSR voudront interrompre les principales artères de transport, notamment la route reliant Port-Soudan à Khartoum. »

Par ailleurs, rappelle AP, le nombre de médiateurs potentiels – notamment les États-Unis, l’ONU, l’Union européenne, l’Égypte, les pays du Golfe, l’Union africaine et le bloc de huit pays d’Afrique de l’Est connu sous le nom d’IGAD – pourrait rendre les efforts de paix plus compliqués que la guerre elle-même. « Les médiateurs externes risquent de créer un embouteillage sans policier », a déclaré M. De Waal.

LeMondeArabe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici