Pourquoi Crépin Mboli-Goumba fait peur ?

0
395

Depuis que le Patrie et son président, Crépin Mboli-Goumba, ont pris l’initiative d’organiser une concertation inclusive des Forces vives de la Nation au sujet de la problématique du glissement du calendrier électoral afin d’adopter une position commune, les autres briscards, surtout par jalousie, n’y voient qu’un calcul d’opportunité.

Ces gens auraient sans doute préféré être à l’origine de pareille initiative afin de se donner l’auréole du salut public. Au surplus, ils prennent ombrage du dynamisme des initiateurs de cette concertation, notamment celui de Crépin Mboli-Goumba, dont le seul tort est de s’être prononcé contre le souhait d’une transition qui permettrait à certains de se refaire une santé financière. Car sans même se raser le matin, ces apprentis politiciens rêvent d’une énième transition qui leur permettrait d’accéder aux caisses de l’État.

On a vu le porte-parole en France d’un chef de parti politique de l’opposition partager avec gourmandise les sottises d’un détraqué et menteur fieffé comme Henri Grothe, dont le passe-temps favori en cette période de confinement est d’inventer des histoires à dormir debout. Grand fichiste devant l’éternel, celui-ci ne recule devant rien, pas même devant le ridicule, pour raconter des inepties. Ces politicards et leurs porte-flingues qui en veulent à la terre entière pour avoir raté leurs vies, pensent que les Centrafricains qui lisent, même au-delà, les étrangers, n’ont pas compris leur manège. L’adhésion de plus en plus massive de la population au projet de Mboli-Goumba explique la peur qui s’est emparée de leurs esprits chagrins.

Ainsi, d’un côté certains au sein de cette classe politique centrafricaine qui ont fait carrière dans l’opposition, utilisent de vieux désœuvrés au soir de leur vie pour accuser le Patrie de tous les noms d’oiseaux de jouer le jeu de Touadera au lieu d’aller à la rencontre des Centrafricains. Si jouer le jeu de Touadera c’est apporter sa contribution à la lutte contre la pandémie du Covid-19, les Centrafricains apprécieront.

De l’autre, c’est le pouvoir qui l’accuse d’avoir été ministre sous Seleka, alors que dans le même gouvernement il y a actuellement Djono Abba, Djoubaye Abazene et les représentants de Al Khatim ou encore du tristement célèbre Ali Dharassa, sans que cela ne suscite l’indignation.  En fait, Mboli-Goumba serait pire que Darras et Al khatim ainsi que tous leurs représentants assumés ? Il n’y a que les esprits dérangés qui peuvent soutenir un tel raisonnement, puisque, jusqu’à la formation de l’équipe Ngrebada, l’URCA avait un ministre au gouvernement. Il y a même le MLPC qui a encore actuellement ses représentants au gouvernement mais non ce n’est pas un problème. Seul Crépin Mboli-Goumba cristallise les rancœurs et les jalousies parce que le peuple centrafricain est attentif à son discours.

Un peuple de plus en plus conscient qui a donc fini par comprendre qu’il s’agit d’un complexe d’infériorité et de la peur car l’histoire en marche échappe à ces gens qui se croyaient dépositaires du titre foncier de ce pays.

 

Jérémie Namsené.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here