Paris estime qu’il n’y pas de place pour une initiative de paix russe en Centrafrique

0
82

Paris estime qu’il n’y pas de place pour une initiative de paix russe en Centrafrique

Un membre de l'unité de protection rapprochée du président Touadéra, composée de membres de la société de sécurité privée russes Sewa Security à Berengo, le 4 août 2018.

« Il n’y a aucune alternative, ni souhaitable, ni susceptible de réussir », a-t-il lancé lors d’une conférence de presse en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, alors que la Russie est de plus en plus présente diplomatiquement et militairement -ainsi que par mercenaires interposés- dans ce pays.

Outre l’appui à l’armée, elle s’est ingérée dans la complexe médiation avec les groupes armés qui contrôlent la majorité du territoire, organisant fin août une rencontre à Khartoum entre différents groupes en parallèle de la médiation officielle menée par l’Union africaine (UA).

Le quartier à majorité musulmane PK5 de Bangui, au lendemain d'une opération militaire menée par la force de maintien de la paix de l'ONU, la MINUSCA, contre des groupes d '"autodéfense", le 9 avril 2018.

Lire aussi :

Crise en Centrafrique : médiation parallèle au Soudan sous l’égide de Moscou

Les autorités centrafricaines ont déclaré soutenir la médiation de l’UA, qui tente depuis juillet 2017 de faire s’asseoir autour de la table de négociations les groupes armés et le gouvernement.

« L’initiative de paix portée par l’Union africaine pose le seul cadre crédible et approuvé par l’ensemble de la communauté internationale à une sortie de crise durable », a estimé Jean-Yves Le Drian.

« Celle-ci passe par le désarmement des groupes armés et la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire », a-t-il ajouté en rappelant que « la situation (sécuritaire) rest(ait) préoccupante ».

Un membre de l'unité de protection rapprochée du président centrafricain Touadera, composé de membres de sociétés de sécurité privées russes à Berengo, le 4 août 2018.

Lire aussi :

La Russie tous azimuts en Centrafrique

Début 2018, cinq officiers militaires et 170 instructeurs civils sont arrivés de Russie à Bangui, où ils ont aidé au redéploiement de soldats centrafricains hors de la capitale.

Moscou a par ailleurs livré des armes à l’armée nationale après avoir obtenu une exemption à l’embargo de l’ONU.

Une réunion ministérielle est prévue jeudi sur la Centrafrique, en marge de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU.

Avec AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here