Ousman Mahamat Ousman dénonce, accuse les Touadérateurs et est viré

0
102
Ousman Mahamat Ousman, conseiller spécial à la présidence, en flagrante violation des dispositions de l’article 28 de la constitution, et accusé ces derniers temps de trafic de diamants, vient d’être relevé de ses fonctions. De retour à Bangui, l’homme crie à la manipulation, affirme n’avoir jamais été arrêté, ni détenu dans une prison à Douala et accuse les Touadérateurs d’avoir monté de toutes pièces cette affaire.
En effet, il y a quelques jours, a commencé à circuler sur la toile  un post – vidéo dans lequel défilent  les images d’un conseiller à la présidence de la République, assis devant une table sur laquelle l’on peut voir des pierres précieuses. Cet homme qui s’adresse à une personnalité intéressée par la vente de ces pierres, n’est en réalité que ce conseiller spécial connu sous le nom de M. Ousman Mahamat Ousman, entouré par le vendeur et quelques membres de sa famille. Les professionnels des médias et les lanceurs d’alerte s’en saisissent, interpellent la présidence de la République et exigent des explications. Dans la foulée et sans crier gare, le mis en cause revient à Bangui, au début de la semaine, et est aperçu en circulation dans sa voiture par des vendeurs de journaux qui rapportent la nouvelle à leur rédaction. Le journal « Le Démocrate » parvient à le joindre pour avoir sa version des faits sur ces actes de graves accusations dans cette affaire de trafic de diamants.

Selon l’ancien ministre de l’habitat, ces manœuvres de dénigrements contre sa personne ne datent pas d’aujourd’hui et se poursuivent de la part de ses détracteurs.  En 2014, il était déjà cité dans une affaire de coup d’état contre le président Djotodia et d’avoir détourné, alors qu’il se trouvait en Jordanie pour raisons de santé, plus de 400 millions de Fcfa en vue de déstabiliser la transition.
Quant à  ce qui concerne cette fausse vraie affaire de trafic de diamants, il ne s’y reconnait pas, soutient n’avoir jamais fait l’objet d’une quelconque arrestation au Cameroun et met en défi toute personne de lui rapporter le contraire de ses propos avec des éléments de preuve palpables.
Pour dire vrai, Ousman Mahamat Ousman, souffrant d’une dilatation des artères avec des pertes énormes de sang, a reçu l’autorisation de son médecin pour une évacuation sanitaire en France. Il optera finalement pour des soins intensifs à Douala. C’est dans son lit d’hôpital qu’il a été surpris par ces folles rumeurs dans lesquelles il a été accusé, en sus de l’affaire du trafic des diamants, d’être tchadien et d’avoir servi à ce titre comme sous – préfet dans certains départements du Tchad. Les balayant d’un revers de la main, l’homme répond qu’il est natif de Bambari, chef – lieu de la préfecture de la Ouaka, où il a grandi et dont le père fut le premier imam de la mosquée centrale de la ville. Selon lui, ces informations peuvent être vérifiées dans les archives de la mairie de Bambari.
Pour finir, l’ancien conseiller spécial frappe du poing, soutient becs et ongles que cette campagne de dénigrements de sa personne provient de la présidence de la République et des Touadérateurs qui, non contents d’avoir sa peau dans l’affaire des soutiens aux bandits de grand chemin du Km5, ont voulu lui régler leurs comptes.
Devant cette situation, celui qui, depuis sa nomination, n’a pas de bureau, ne perçoit que son salaire de chargé de missions et est lésé dans les avantages y afférents, s’engage à ne pas se laisser faire et promet de grands déballages à la presse dans un avenir proche.
Affaire à suivre….
La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here