Oumarou Sanda et sa bande de l’Intersyndical désavoués et hués par les travailleurs !

0
536

La base des différents groupes syndicaux représentés au sein de la fédération nationale  dénommée  » Intersyndical » a  publiquement et solennellement désavoué ses représentants, le samedi 28 septembre 2019, à la bourse de travail. Un véritable camouflet, donc, pour M. Oumarou Sanda et sa bande, qualifiés de corrompus, chaleureusement hués et copieusement insultés. Une réaction, somme toute légale et légitime, à laquelle il fallait tout naturellement s’attendre, car de l’avis de tous les intervenants, non seulement les réponses du gouvernement Ngrébada contenues dans le document signé,  ne sont pas de nature à leur donner une quelconque satisfaction, mais surtout elles  constituent, aux yeux de tous,  ni plus ni moins qu’une insulte à la misère des travailleurs centrafricains, réduits depuis le 30 mars 2016 à l’état de la vermine et de l’esclave.

Rappelons que ces réponses sur lesquelles les uns et les autres sont revenus, ont ciblé 11 points de revendications, à savoir l’apurement des arriérés de salaires, les abattements de salaires et indemnités, l’augmentation des salaires et relèvement du facteur indiciaire, les allocations familiales, l’harmonisation des primes, indemnités et autres avantages, la prise en charge des frais médicaux et d’hospitalisation, le déblocage des effets financiers des avancements, le décret d’application du nouveau statut général de la fonction publique, le statut particulier des enseignants du supérieur, la revalorisation du taux des pensions et la mensualisation de leurs paiement et enfin le relèvement de l’âge de la retraite.

Dans le fameux document signé, le ministre des finances et du budget Henri Marie Dondra  et le ministre de la fonction publique Jean – Christophe Nguiza ont cru y avoir apporté positivement des réponses pratiques, selon les communicants du régime de Bangui, en ces termes:

…….« Le gouvernement s’engage à maintenir le rythme de paiement des arriérés de salaires des précédents régimes, à chaque fois que les moyens le permettent » a-t-il concédé. Il convient de rappeler que le gouvernement à déjà lancé le paiement desdits arriérés de salaires.

Le gouvernement a marqué son accord de principe concernant la levée totale des abattements de salaires et indemnités, le relèvement du facteur indiciaire qui tient compte des conclusions des négociations avec le FMI. Pour les allocations familiales, le gouvernement retient un taux harmonisé à 2500 FCFA par enfant pour compter de janvier 2020. Certaines préoccupations sont déjà en cours de résolution et d’autres trouveront des réponses appropriées dans le cadre des commissions qui seront mises en place.
Abordant la question du décret d’application du nouveau statut de la fonction publique, le Premier ministre a déclaré : « Je voudrais vous informer qu’un projet de décret est déjà disponible, mais nécessite une mise à jour, en tenant compte de l’issue des négociations avec le Fonds Monétaire International ».

Eu égard aux propositions du gouvernement, les responsables syndicaux se concerteront avec leurs bases respectives avant la signature d’un éventuel protocole d’accord. Toutefois, le Premier ministre a demandé aux travailleurs de tenir compte de la situation socio-économique du pays en appelant au patriotisme de la part de ceux-ci. Pour marquer sa bonne volonté de décrisper la tension sociale, le gouvernement a annoncé via le ministre des finances et du budget, l’intégration de plus de mille jeunes diplômés sans emplois dans la fonction publique sous peu….. »

Des réponses pratiques qui viennent malheureusement d’être balayées d’un revers de main de manière démocratique par la base de l’Intersyndical qui n’est pas passé par quatre chemins pour traiter ses émissaires de traîtres et de corrompus et de les exhorter à rendre « hic et nunc »  leur tablier.

Affaire à suivre….!

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here