NOUVEL ENNUI JUDICIAIRE DE OUSMANE SONKO :  La descente  aux enfers se poursuit

0
181
 

NOUVEL ENNUI JUDICIAIRE DE OUSMANE SONKO  La descente  aux enfers se poursuit

 

Condamné le 8 mai 2023, à six mois de prison avec sursis à l’issue d’un procès en appel pour diffamation, puis  le 1er juin, à deux ans de prison ferme dans une affaire de mœurs, le leader du Pastef, Ousmane Sonko, est à nouveau sous les feux des projecteurs  avec une nouvelle affaire judiciaire. En effet, il a été arrêté le 28 juillet dernier, soit quatre jours seulement après la levée du blocus autour de son domicile, précisément le 24 juillet,  pour avoir « volé avec violence le téléphone portable d’une femme gendarme » et  pour avoir « aussitôt appelé le peuple, par un message subversif divulgué sur les réseaux sociaux, à se tenir prêt ».  Face à la presse, le 29 juillet, le procureur de la République du Sénégal a présenté les charges  retenues contre Ousmane Sonko en ces termes : « Appel à l’insurrection », « association de malfaiteurs », « atteinte à la sûreté de l’Etat », « association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste », « complot contre l’autorité de l’Etat », « actes visant à compromettre la sécurité publique et à créer des troubles politiques graves » et « vol », pour des faits commis entre mars 2021 et juin 2023. En tout cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que la descente aux enfers de Sonko se poursuit  avec ce nouveau dossier judiciaire. Et les sept chefs d’inculpation montrent à suffisance qu’on veut lui faire porter l’entière responsabilité  de toutes les violences qu’a connues le Sénégal durant ces deux dernières années. Il est vrai que Ousmane Sonko n’est pas exempt de reproches.

 

On attend de voir ce que cette nouvelle affaire va provoquer au pays de la Téranga

 

Mais ces charges n’apportent-elles pas de l’eau au moulin de ceux qui pensent que  Macky Sall, l’actuel chef de l’Etat, a certes renoncé à un 3e mandat, mais n’est pas prêt à faire de quartier à celui-là même qui aura plus ou moins « pourri son mandat » ? Toujours est-il que l’on a encore en mémoire son discours du  3 juillet dernier, au cours duquel il renonçait à un 3e mandat, mais promettait que « les auteurs, les commanditaires, les complices » des violences intervenues dans le pays, « répondront de leurs actes inqualifiables devant la Justice ». « En attendant, les enquêtes se poursuivent. Nous ferons toute la lumière sur ces événements et sur les forces occultes qui veulent ébranler notre pays. Pour ma part, j’affirme, ici, que je ne transigerai pas avec des fossoyeurs de la Nation, de l’Etat, de la République. Ce serait trahir mon serment constitutionnel », avait-il déclaré. En tout cas, avec cette nouvelle inculpation du patron du Pastef, on peut dire qu’une fois de plus, Ousmane Sonko est mal barré, même si la charge de « vol avec violence du téléphone portable d’une gendarme » peut interroger. Face à ces nouveaux développements, que feront ses militants et sympathisants ?   Certes, des heurts et incidents avaient été signalés au lendemain de son arrestation, dans certains quartiers de la capitale, Dakar,  ainsi qu’à Ziguinchor, la ville dont  Sonko est le maire. Mais ces actes suffiront-ils à faire réculer la Justice ? On peut en douter. L’argument mobilisateur d’un 3e mandat du président sortant, n’étant plus à l’ordre du jour, on peut croire que bien des Sénégalais ne verront plus de raison de sortir. En tout état de cause, on attend de voir ce que cette nouvelle affaire va provoquer au pays de la Téranga.

 

Colette DRABO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici