Nation : M. Dondra avait eu chaud à l’assemblée nationale !

0
27

Sur la page facebook de l’assemblée nationale , l’on pouvait lire que « les Elus de la Nation ont reporté aujourd’hui le débat suivi de vote sur le projet de loi relatif au Code de Transparence et de bonne gouvernance dans la gestion des Finances Publique en RCA. En effet, la séance du jour présidée par l’Honorable Aurélien Simplice KONGBELET ZINGAS, Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale a été ouverte par des préalables des Députés qui ont noté l’importance du projet de loi inscrit à l’ordre du jour. Pour la majorité des Elus de la Nation, la préoccupation majeure de la population en ce moment, concerne les questions de sécurité. Face à ce contexte d’insécurité généralisée, les députés après un vote ont : – Reporté le débat suivi de vote sur le projet de loi relatif au Code de Transparence et de bonne gouvernance dans la gestion des Finances Publique en RCA ; – Sollicité encore l’interpellation du Premier Ministre et de son gouvernement afin d’éclairer l’opinion sur les violentes crises actuelles dans plusieurs régions de notre pays ;- Demandé que l’Exécutif n’empêche pas le Législatif de jouer pleinement son rôle. Précisons que le débat s’est déroulé en présence de Monsieur Henri Marie DONDRA, Ministre des Finances et du budget, initiateur dudit projet de loi ».

En réalité, le ministre des finances et du budget, M. Henri Marie Dondra, s’est retrouvé dans un mauvais endroit et à un mauvais moment. Il s’est retrouvé dans la salle de l’hémicycle de l’assemblée nationale, désertée par tous ses collègues ministres – excepté le ministre des affaires étrangères, M. Charles Armel Doubane – et leur premier ministre pour avoir refusé de déférer à de multiples séances d’interpellations. Il s’est retrouvé devant les représentants du peuple, à un moment où la situation sécuritaire est très déplorable avec ses lots de tragédies, de terreur et d’actes de graves atteintes aux droits humains sur toute l’étendue du territoire national. Au vu et au su d’un gouvernement incapable, indifférent et insensible à la douleur de tout un peuple.

Comme un cabri ayant disparu dans la nature après avoir brisé une calebasse d’arachides, il en a suffisamment entendu en lieu et place de tous ses collègues pour INCOMPETENCE NOTOIRE, MANQUE DE RESPECT AUX DEPUTES ET INSULTE A TOUT UN PEUPLE. Quitte à lui d’aller en rapporter à qui de droit !

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here