Nation : Gouvernement Sarandji II : M. Leffa à la manœuvre pour un nouveau débauchage ?

0
17

Selon des informations émanant des sources généralement bien fondées, M. Leffa Guy – Francky, ci – devant ministre de l’habitat, du logement social et de l’urbanisme dans le Gouvernement Sarandji, non pas sur proposition du président fondateur de l’UNDP, Michel Amine, mais grâce à des actes manifestes de débauchage et de relations personnelles, contraires aux règles du pluralisme démocratique et à l’animation de la vie politique par les partis politiques, serait une fois de plus honteusement à la manœuvre pour être reconduit.

C’est ainsi que le lundi 28 août 2017, l’homme aurait d’abord contacté M. Issa, député de l’UNDP de la circonscription d’Abba et aurait ensuite fait irruption à l’assemblée nationale pour une rencontre avec tous les députés de l’UNDP qui ont le pouvoir de proposer, de voter des lois et de contrôler l’action gouvernementale mais qui ne peuvent pas agir en lieu et place du président de l’UNDP et du bureau de la coordination nationale, en ce qui concerne le choix des cadres à des hauts postes dirigeants de l’Etat. Séance tenante, il aurait demandé à l’assistance de lui produire, à la demande de M. Sarandji, une liste de 4 personnes pouvant faire partie du Gouvernement Sarandji II, à l’exception de 4 noms des cadres du parti dont le responsable en communication.

En réponse, les noms suivants lui auraient été proposés : M. Sem, cadre à la Socatel, M. Yangana, député du 4ème 2, Mme Kapkiavo et Mme Madozin – si Kapkiavo est militante du Parti mais dont le nom ne figure pas dans le panel des experts, il n’en est pas pour autant pour Mme Madozin qui n’a jamais pris la carte du parti mais qui aurait curieusement été proposée par son frère cadet, un des députés de l’UNDP. Et pour en avoir le cœur net, une équipe de ces députés aurait manifesté le désir de remettre leur liste directement à M. Sarandji. C’est à ce moment que le pot aux roses serait découvert : M. Leffa se fâche et fait comprendre à ses hôtes être le seul à jouer le médiateur entre eux et le PM.

Une méthode dont il avait fait preuve pour être nommé. Une méthode vivement dénoncée par l’UNDP dans un communiqué de presse largement diffusé, et lors des rencontres avec le premier ministre Sarandji d’abord, et avec le président de la République Touadéra, ensuite. Une dénonciation qui aurait fait l’objet de chaleureux et fraternels échanges entre ces autorités et le président de l’UNDP, Michel Amine. Celles – ci se seraient même engagées à corriger ce cas manifeste d’indélicatesse et attentatoire à la vie d’un parti politique et à son leader. Une méthode qui cette fois – ci n’aurait pas échappé à la vigilance de ces  députés qui auraient décidé de  garder cette liste par devers eux. Une méthode qui ne peut plus payer et dont l’information aurait été immédiatement portée à la connaissance du bureau de la coordination nationale et de M. Michel Amine pour conduite à tenir.

Fort de ce qui précède, il est grand temps que le président Touadéra puisse se saisir à son tour urgemment de cette affaire afin d’ éviter que sa parole donnée ne soit une fois de plus remise en cause et contribuer à faire gripper ses relations trop amicales avec le président de ce parti qui non seulement est la première force politique du pays mais surtout est investi du pouvoir, au regard des dispositions de la constitution, de briguer la primature.

Rappelons que M. Leffa dont le nom ne figure pas dans le panel des experts de l’UNDP, a été exclu du parti et de ce fait ne peut agir ou poser un quelconque acte en son nom. Et pour la gouverne de l’opinion nationale et internationale, seul le président de ce parti en concertation avec le bureau de la coordination est investi du pouvoir de proposer des cadres du parti à des postes de responsabilité, tels que ceux de ministre de la République. 

Affaire à suivre….. !

La Rédaction

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here