Mr Omar HILALE devant le Conseil de sécurité des Nations Unies:  plaidoyer pour la RCA ou satisfecit d’une mission ratée des casques bleus?

0
171
Lorsqu’on entend ce genre de discours, on a envie de cracher à la figure de nos « amis » des Nations Unies qui vivent véritablement hors sol en RCA; il n’y a rien d’inquiétant, on continue en maintenant le cap… C’est consternant et  on ne peut que comprendre pourquoi le régime de Bangui s’enfonce davantage dans les errements du passé sans véritablement prendre la mesure de la crise profonde et qui semble définitivement s’enraciner dans le pays.
Mr Omar Hilale parle de maintenir le cap et réclame tout soutien aux efforts qui sont déployés actuellement, c’est dire tout le soutien apporté et renouvelé au régime de Bangui et à ses dirigeants qui ont totalement failli à leurs missions. Il parle de consolider la paix mais de quelle paix parle t-il ? De quelles avancées démocratiques parle t-il ? N’a-t-il pas constaté que ni la jeunesse ni les femmes, encore moins les organisations de la société civile, aucun partenaire social ne s’est aligné sur la politique de ce gouvernement ? N’a-t-il pas remarqué que des grèves sont organisées quasi quotidiennement en République centrafricaine ? N’a-t-il pas remarqué l’exode massif des populations de Birao, ces derniers jours, faisant suite à la guerre qu’ont livrée le gouvernement appuyé par la MINUSCA et certains groupes armés contre cette population de Birao, censée être protégée par eux ? Ne s’est-il pas rendu compte de  la vie chère et de  l’inflation galopante alors que le pays affiche un taux de croissance extraordinairement insolent par rapport à la moyenne de toute la sous-région? N’a-t-il pas touché du doigt  que les médias d’Etat sont confisqués au service de la seule « propagande » pro-gouvernement et pro-russe? N’a-t-il pas remarqué une montée en puissance, une multiplication du nombre des groupes armés qui se créent au jour le jour, consacrant ainsi la faillite de l’APPR, et la totale et flagrante incapacité de leurs garants et facilitateurs à s’imposer et à imposer la paix ? N’a-t-il pas découvert que la « loi de finances 2020 » ainsi que la confiance à ce gouvernement ont été rejetées par un vote négatif du parlement? N’a-t-il pas remarqué la fraude parlementaire érigée en mode de gouvernance à laquelle on assiste désormais dans le pays? Ne s’est-il pas aperçu qu’aucune ligne budgétaire n’a été expressément prévue, inscrite dans la fameuse « loi de finances » au titre de l’année électorale en cours et affectée à la réalisation des dépenses y relatives ? Alors, on reprend langue avec les partenaires traditionnels aux fins d’apporter les 41 millions de dollars nécessaires au financement du cycle électoral alors que tout le monde dit haut et fort que ces élections ne pourront pas se tenir dans ces conditions – là. N’a-t-il donc rien remarqué…???
Alors encore et encore, Mr Omar, tout comme ses prédécesseurs, plaide à la tribune des nations unies pour plus de moyen pour la MINUSCA et ses affiliés partenaires ONGs; c’est très bien et voilà le vrai visage de la mission onusienne en RCA. Des ambassadeurs dont la mission en RCA ne prend jamais fin- y compris le cas de ceux de la CEEAC et de l’UE- qui deviennent des soutiens inconditionnels de Touadéra et de son régime, des officiels de la MINUSCA qui s’octroient de manière ostentatoire, visible et lisible des proches collaborateurs des chefs rebelles et  criminels reconnus par eux-mêmes à qui ils offrent leurs avions et hélicoptères pour leurs déplacements personnels alors que la population de Birao est contrainte massivement de fuir  les combats à dos d’ânes ou à bord de camions de fortune sous les yeux des casques bleus de la MINUSCA tristement impuissants, complices et co-auteurs intellectuels du malheur de la République centrafricaine. Un malheur qui est devenu un véritable business pour ces ambassadeurs de la paix et leurs amis qui sont au pouvoir. Un malheur qui s’exprime tous les jours au prix du sang, mais du sang qui leur rapporte gros.
Fort de tout ce qui précède, de quelle dividende de la paix a – t – il parlé ou peut – il en parler, lorsque des milliers de déplacés internes et externes peinent à revenir chez eux par manque de dispositifs d’aide à la réinsertion? De quelle dividende de la paix a – t – il parlé ou peut – il en parler,  lorsque l’eau, l’électricité, ainsi que les services essentiels de base manquent cruellement pour une grande majorité de  la population? De quelle dividende de la  paix a – t – il parlé ou peut – il en parler, lorsqu’un rapport de la banque mondiale pointe à 7,5% le taux de fuite frauduleuse des capitaux et transfert des fonds publics vers l’étranger alors que paradoxalement les aides extérieures affluent en RCA? Doit – on continuer encore? Mais pourquoi voudriez qu’il n’en soit pas autrement ?
Oui, on doit continuer, tant que ceux-ci s’entretuent, ce n’est pas l’affaire des partenaires onusiens de Touadéra et ceux des mercenaires du Groupe Wagner qui lui permettent d’avoir des sommeils dogmatiques et paisibles. Rappelons-nous, l’arrivée de ces mercenaires russes était annoncée comme le messie qui allait définitivement accomplir les temps nouveaux tant espérés par le peuple centrafricain!  Wagner, hélas! veille plutôt au bon business minier avec Touadéra, à charge pour la MINUSCA d’empêcher toute tentative d’un assaut contre  le régime ventre mou de Bangui; les affaires propèrent en RCA, pourvu que cela dure… Pourquoi changer?
Alors, bon plaidoyer, Mr Omar Hilale, la Centrafrique vous est déjà reconnaissante devant l’histoire. Aux grands hommes, la patrie reconnaissante. La République centrafricaine se souviendra de vous et de tous vos complices qui continuent de sucer le sang du peuple centrafricaine, en entretenant et en instrumentalisant cette crise.
Jean – Paul Naïba

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here