Moyenne Sido : Attention, regroupement de tous les principaux groupes armés depuis 48 heures !

0
27
Des informations parvenues à la rédaction du journal en ligne « La Voix des Sans Voix » font état du regroupement, depuis 48 heures, de tous les principaux groupes armés dans la commune de Moyenne Sido, sous la haute autorité des seigneurs de guerre, tels que Nourreidine Adam, Mahamat Al – Katim, Ali Darass, Abdoulaye Hissène, pour ne citer que ceux – là.
Pour ceux qui  l’ignorent, cette belle localité se situe sur la rive droite de la rivière Grande Sido, qui constitue la frontière naturelle entre la République centrafricaine et la République du Tchad, face à la ville tchadienne de Sido ou Nadili1. Elle est traversée par la route nationale RN4 qui relie Kabo (à 61 km au sud), puis Damara et au-delà Bangui au Tchad.
 C’est donc cette commune hautement stratégique de la sous – préfecture de Kabo qui a été retenue par tous les leaders des groupes armés qui occupent et contrôlent plus de 85% du territoire national et qui surtout ont officiellement adhéré au processus DDRR, pour y tenir une assemblée générale d’où devrait sortir une grande décision. Ils y ont été précédés la veille par leurs lieutenants et différents commandants de zones parmi lesquels les chefs d’états – major de la Séléka connus sous le nom de Issa Issaka et de Arda Harkouna,  le plus gros des troupes étant resté présentement à Kaga – Bandoro et Ndélé.
Cette information qui soulignait leurs agitations et l’inquiétude des paisibles populations du chef – lieu de la préfecture de la Nana – Gribizi, a été déjà révélée, il y a quelques jours, par RNL et relayée après recoupements et traitements par La Voix des Sans Voix. Une information qui malheureusement et fort étonnement est demeurée et demeure jusqu’ à ce jour sans réponse de la part des autorités légales et légitimes en charge de la gestion des affaires de la cité, d’une part, et du côté de la Minusca, déployée dans le pays au lendemain de l’adoption de la résolution 2149, sous le chapitre VII de la charte de l’Onu et pour le maintien de la paix, d’autre part.
Interrogé le mercredi dernier par un confrère de la presse en ligne à ce sujet, lors de la conférence hebdomadaire Gouvernement / Minusca, le porte – parole de la Minusca Vladimir Monteiro a préféré recourir à sa légendaire et inamovible réponse : des dispositions seront prises pour assurer la protection des populations civiles, le moment venu.
En attendant, l’ordre public et la quiétude des centrafricains et centrafricains vivant actuellement dans cette partie de la République centrafricaine, sont sérieusement perturbés par des mouvements de ces groupes armés, non conventionnels.
Affaire à suivre….!
Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here