Mme Samuela ISOPI, l’assassin de la Coopération avec les 27 Etats membres de l’Ue et de notre Démocratie !

0
83

Mais que retiendra-t-on de la mission de Mme Samuela ISOPI, cheffe de délégation de l’Union européenne en Centrafrique ?

La cheffe de délégation de l’Union européenne en Centrafrique arrive au terme de sa mission diplomatique en République centrafricaine, à l’issue d’un mandat qui a été renouvelé une fois depuis 2018. Cette brune italienne aux lunettes noires qui ne la quittent jamais, venue du Cameroun où elle fut ambassadrice, a été le principal soutien du régime TOUADERA, auréolée du pouvoir des 27 Etats membres de la prestigieuse institution européenne et partenaire historique de premier plan de la République centrafricaine.

On se souviendra encore de ses illustres prédécesseurs à ce poste et qui ont durablement marqué et rehaussé la visibilité du partenariat UE/RCA, à savoir messieurs Daniel ESMIEU, Guy SAMSUNG et Jean-Pierre REYMONDET-COMMOY, pour ne citer que ces trois-là.
On se souviendra enfin et surtout du niveau d’engagement sans précédent, de l’esprit de franche collaboration entre les deux parties et du souci de préserver les acquis d’une coopération dans le respect des normes et dispositions prescrites dans les différents Accords et Programmes conclus avec la RCA au titre des cycles financiers pluriannuels du Fonds européen de développement (FED). Ces Accords et Programmes avaient toujours réservé une place de leadership au pays bénéficiaire dans la conduite des actions de coopération, lesquelles actions visaient toujours l’efficacité et l’efficience voulues afin de répondre au mieux et avant tout aux attentes des populations.

Mais que retiendra l’opinion centrafricaine au lendemain du départ, après avoir fait ses adieux à la Centrafrique, de celle qui aura passé l’essentiel de son ministère sous deux mandats à soigner plus son image auprès du président de la République, imprimant ainsi un style nouveau de diplomatie jamais vue par ailleurs ? En effet, l’approche ISOPI se décline ainsi : proximité quasi malsaine avec le Chef de l’Etat TOUADERA avec lequel elle est « à tu et à toi », canal direct de communication à la présidence de la République, snobant au passage les collaborateurs immédiats des deux camps qui ne se cachent plus pour décrier un tel style, un autisme presque méprisant vis-à-vis des acteurs de l’opposition ainsi que ceux de la société civile qu’elle n’est pas prompte à recevoir ou à dialoguer avec, bref un privilège qu’elle a su s’octroyer et qui, de facto, fait d’elle quasiment le doyen du corps diplomatique en lieu et place de la France. Mais comment est-ce possible ?

Oui, vous aurez compris, la plénitude de pouvoirs à elle confiés par les Etats membres de l’UE fait d’elle, et avec fierté, le principal bailleur du pays, ce qui ne manque pas de critiques de la part de certains autres partenaires qui estiment qu’elle n’a malheureusement pas assez fait pour renforcer davantage la coopération réellement orientée au service du développement de la Centrafrique. Pour preuve, et selon les analyses de certains observateurs avertis, la Délégation de Bangui a tout mis en œuvre pour « garder la main » sur la mise en œuvre centralisée des actions dites de coopération UE/RCA version ISOPI, préférant tout confier au fonds fiduciaire Bêkou créé en 2014 pour appuyer la résilience de populations centrafricaines en situation de post-conflit et de relèvement.

Ce fonds, dont les principales ressources proviennent des programmes indicatifs nationaux des 10ème et 11ème FED, a été un véritable instrument de contrôle des financements consacrés à la RCA au titre de l’Accord et dont la gouvernance échappe presque totalement aux autorités centrafricaines qui ne peuvent intervenir dans leur mise en œuvre, encore moins en assurer le suivi. Il consacre de ce fait le royaume des Organisations Non Gouvernementales Internationales (ONGI), véritables supplétifs d’un Etat centrafricain qui a failli sous le règne TOUADERA, ainsi que des agences de coopération de certains Etats membres qui se pressent à Bruxelles pour « partager le gâteau » avant que les miettes ne parviennent jusqu’à Bangui. Les financements sont annoncés et conclus en masse mais immédiatement captés par ces ONGI qui en rapatrient l’essentiel. C’est alors l’une des résultantes de la diplomatie impulsée par Dame ISOPI qui n’a rien fait en définitive pour rétablir l’équilibre, renforcer la participation des sectoriels et promouvoir le rôle de l’Etat en tant que catalyseur de toute action de développement ; tout ceci grâce à la bienveillante attention des plus hautes autorités du pays ainsi qu’à la désertion de celles qui sont censées gouverner la coopération. Et l’Union européenne avec ISOPI ne s’est pas arrêtée là.
On se souviendra in fine du soutien très substantiel que l’Institution a apporté à la République centrafricaine en finançant à hauteur de quelques 21 millions d’euros un processus électoral bâclé et hors de tous les standards démocratiques. Cet appui financier majeur, sans lequel le pouvoir de Bangui ne saurait tenir ses engagements électoraux constitutionnels, a été aisément obtenu malgré les alertes et rapports qui avaient averti de l’impossibilité de tenir un scrutin dans les normes requises au regard du contexte sécuritaire toujours délétère dans le pays. Mais Dame ISOPI était toujours là et pourrait l’être encore pour le plaidoyer relatif au financement des élections locales à venir ; elle y travaille certainement déjà, nonobstant les 17% de score obtenu par le Président de la République à la dernière présidentielle, ce qui pourrait éventuellement lui valoir une distinction honorifique de taille avant de quitter le sol centrafricain.

Comme vous le savez, la RCA a coutume d’honorer les ambassadeurs ayant effectué des missions diplomatiques dans le pays, mais pas tous malheureusement. Cette attention sélective a souvent conduit les hautes autorités du pays à décerner des médailles au titre de la Reconnaissance centrafricaine et pour cette fois encore, Mme ISOPI pourra certainement recevoir, pour le compte de l’Union européenne une cravate de Commandeur, pourquoi pas Grand-Croix dans l’Ordre du Mérite et/ou de la Reconnaissance centrafricaine, un clin d’œil particulier de la part du gangster de Bangui, très porté par une affection particulière pour la junte féminine. Ceci étant, l’on devra encore chercher une contrepartie bénéfique pour la population qui souffre encore et encore.

Assassinats de masse imputés aux FDS ainsi qu’à leurs alliés russes de la société WAGNER, destruction de biens, disparitions forcées, incendies des villages et greniers, déplacements de milliers de personnes, arrestations arbitraires, et séquestration de supposés opposants politiques, propagande et instrumentalisation de l’opinion, muselage de la presse, terreur et braquages quasi-quotidiens de biens appartenant aux pauvres citoyens, bref un cocktail toujours explosif préparé par un régime qui refuse tout simplement un dialogue inclusif et soutenu par le principal partenaire et bailleur, avec la complicité manifeste de l’ambassadrice Samuela ISOPI.

Fort heureusement, les cris de détresse et les torrents de larmes du peuple centrafricain pris en otage par un régime d’Imposture et d’Imposteurs ont fait sauter les écluses des cieux, et en réponse, elle a été relevée de ses fonctions. Aux dernières nouvelles, elle prépare d’ores et déjà ses valises et cartons pour enfin quitter, au mois d’août prochain, le sol centrafricain qui lui a été si doux, avant d’atterrir au Nigéria, sa prochaine destination diplomatique, d’où elle continuera sans aucun doute de tisser et développer sa toile, sans le moindre regret exprimé à l’endroit du peuple centrafricain qui continuera de souffrir sous le joug du Gangster de Bangui, et pour qui elle aura été tout simplement l’assassin de la Coopération avec les 27 Etats membres de l’Ue et de sa Démocratie, chèrement acquise en 1993.

Bye bye IPOSI et « que nos femmes et nos enfants jettent derrière toi le tison ardent de la  haine, symbole de la honte et d’un départ définitif » !

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here