Message de Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée internationale de l’éducation le 24 janvier 2023

0
40

 

 « Toute personne a droit à l’éducation ». Plus que jamais, en ce 24 janvier, l’UNESCO voudrait rappeler toute la valeur, toute l’importance de ces quelques mots de l’article 26 de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Pourtant, le droit fondamental à l’éducation est encore loin d’être d’une réalité pour toutes les filles et tous les garçons de la planète. Encore 244 millions d’entre eux sont privés d’école cette année, selon nos données.

Tout particulièrement, l’UNESCO voudrait dédier cette cinquième Journée internationale à toutes les filles et femmes qui, en Afghanistan, sont privées de leur droit d’apprendre, d’étudier et d’enseigner. Il s’agit d’une atteinte profonde à la dignité humaine et au droit fondamental à l’éducation, que l’UNESCO condamne. Sans relâche, l’UNESCO appelle à rétablir immédiatement le droit à l’éducation de toutes les filles et jeunes femmes en Afghanistan.

Notre Organisation, en lien direct avec les communautés, continue de travailler en Afghanistan pour la continuité de l’éducation, par le biais de cours d’alphabétisation ou en mobilisant le pouvoir de la radio qui peut entrer directement dans le cœur des foyers. L’UNESCO reste aussi la principale source de référence sur le suivi des données sur l’éducation en Afghanistan, en particulier pour l’enseignement supérieur – et nous continuerons de mobiliser la communauté internationale pour faire respecter le droit des filles et des femmes afghanes à l’éducation.

Mais même pour ceux qui ont la chance d’aller à l’école, partout dans le monde, des sujets de vive inquiétude demeurent. Ainsi, dans les pays à revenu faible et intermédiaire, sept enfants sur 10 ne sont pas en mesure de lire et comprendre un texte simple à l’âge de 10 ans.C’est pour cela que l’UNESCO s’est efforcée, ces derniers mois, de renforcer la mobilisation internationale sur la qualité de l’éducation. Il s’agit en particulier de l’adapter aux défis de notre temps – en suivant notamment les conclusions de notre réflexion sur les Futurs de l’éducation, qui appelait à construire un nouveau contrat social par et pour l’éducation.

Lors des conférences mondiales de Barcelone sur l’enseignement supérieur en mai dernier, de Marrakech sur l’éducation des adultes en juin dernier ou de Tachkent, en novembre, sur l’éducation et la protection de la petite enfance, l’UNESCO et ses États membres ont pris, ensemble, de nouveaux engagements pour transformer l’éducation à tous les âges de la vie. Cette mobilisation internationale a culminé en septembre, au cours du Sommet sur la transformation de l’éducation, réuni par le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, et qui a conduit plus de 130 États membres à prendre des engagements forts.

Désormais, il s’agit de traduire ces engagements en actes – et l’UNESCO continuera de coordonner les efforts de la communauté internationale pour assurer une éducation de qualité pour toutes et tous. En cette Journée, l’UNESCO appelle donc à défendre, partout et toujours, ce droit universel et fondamental, le meilleur levier de développement qui soit : l’éducation.

UNESCO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here