MASSACRE DE CIVILS AU MALI  : Qui pour sauver le Mali ?

0
51

MASSACRE DE CIVILS AU MALI  : Qui pour sauver le Mali ?

Après le Burkina où 86 civils ont été tués dans la nuit du 11 au 12 juin dernier à Seytenga, c’est au tour du Mali d’enregistrer une hécatombe. En effet, plusieurs villages de la commune de Diallassagou, dans le centre du pays, ont connu une expédition sanglante au cours du week-end dernier, qui aura laissé sur le carreau 132 cadavres, selon un bilan officiel du gouvernement malien. Comme si cela ne suffisait pas, les ingénieurs du mal ont incendié un marché, des concessions, des boutiques et emporté du bétail. Quelle horreur ! Quelle tragédie ! Si la bêtise humaine avait un nom ! Ce massacre de populations civiles démontre une fois de plus la cruauté des hommes de la katiba Macina d’Amadou Kouffa qui serait à l’origine de cette barbarie d’une autre époque. En envoyant ad patres ainsi ces pauvres innocents, ces hommes sans foi ni loi ont franchi un palier dangereux.   Qui pour sauver le Mali ? Car, ce carnage est la preuve que la montée en puissance des FAMA et leurs alliés russes ressemble plus à une opération de com. En tout cas, c’est un véritable pied de nez qui leur est ainsi fait à travers cette boucherie. On a comme l’impression que les terroristes sont dans une logique d’occuper au plus vite le vide laissé par la Force française Barkhane dont le retrait du territoire malien est à une étape décisive puisqu’elle vient de remettre les clés de la base militaire de Menaka à l’armée malienne. C’est dire si les populations qui étaient sous la protection du coq gaulois sont plus que jamais en danger.

Le colonel Goïta joue la survie de son régime

Autant dire que l’Armée malienne se doit de mettre un point d’honneur dans la sécurisation du Nord et du Centre du pays. En tout cas, le colonel Assimi Goïta et ses frères d’armes auraient tort de croire qu’ils auront la tâche facile après avoir lâché en plein vol le G5 Sahel et rompu les accords militaires avec l’ancienne puissance coloniale. Comme le dit l’adage, l’union fait la force. Il est utopique de croire qu’un pays, à lui seul, peut gagner la guerre contre l’hydre terroriste. Cela dit, l’armée malienne et ses supplétifs du groupe Wagner doivent travailler à rassurer le peuple malien qu’ils sont à la hauteur du défi. A défaut d’éviter de tels drames, ils doivent, et cela est un impératif, œuvrer à réduire la voilure de la nébuleuse qui semble gagner de jour en jour du terrain. Tant que les nombreux villages mis sous coupe réglée par les terroristes ne seront pas libérés, il faut redouter de nouvelles attaques sanglantes. Le colonel Goïta ne doit pas faire regretter Barkhane. Il doit prouver aux Maliens qu’il a fait le bon choix en faisant appel au groupe Wagner. En tous les cas, il joue la survie de son régime. Si dans les mois à venir la situation sécuritaire du pays ne s’améliore pas sensiblement, les Maliens qui chantent aujourd’hui ses éloges le chasseront comme un mal propre du palais de Koulouba. Il a donc tout intérêt à attacher solidement les lacets de ses godasses.

ZD 

Le Pays

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here