Markounda : Les éléments du général Bahar utilisent les armes et minutions de la Minusca, tuent et incendient des villages

0
37

Selon des informations dignes de foi en notre possession et au moment où nous mettons sous presse cet article, les éléments du général Bahar, appartenant à une branche dissidente du MPC d’un certain Mahamat Al – Katim, auraient brûlé plusieurs villages de la sous – préfecture de Markounda, sise dans la préfecture de l’Ouham.

 Ces exactions auraient été rendues possibles grâce à des armes et munitions qui auraient été mises à leur disposition, de sources indépendantes locales crédibles, par le contingent camerounais de la Minusca, déployé dans la région. Ces transactions criminelles  et  cet important appui en équipements militaires auraient été opérés, au lendemain des combats intervenus à Bétoko entre ces derniers et les combattants de la RJ, au cours desquels de lourdes pertes auraient été infligées à l’ennemi.  Cette défaite n’aurait pas plu aux éléments de la Minusca présents dans la localité qui auraient fait de cette crise une source de revenus et un véritable business. Qui est con ?

 En réponse,  ils auraient alors décidé de prêter mains fortes à leurs complices qui se trouvent être les éléments de la Séléka, en les transportant d’une zone à une autre et en leur fournissant armes et minutions, comme ils l’ont toujours fait. C’est ainsi que fort de ces soutiens matériels et des renforts venus du Tchad, en passant par Kabo, Kaga – Bandoro et Bantagafo, ceux – ci auraient atteint la ville de Markounda via Maïtikoulou, au bord de la rivière Nana – Barya et y auraient incendiés plus de cinq (5) gros villages, obligeant les habitants à aller trouver refuge en brousse ou dans les autres villes les plus proches, s’ils n’ont pas tout simplement   traversé  les frontières vers le Tchad.

 Aux dernières nouvelles, les éléments de RJ d’Armel Sayo seraient déterminés à se battre, même à mains nues mais avec la détermination d’un guerrier à l’article de la mort, pour bouter hors des préfectures de l’Ouham et de l’Ouham – Pendé tous ces assaillants et ces bandits de grand chemin appuyés par des mercenaires tchadiens et soudanais dont plus de 15 pickups  seraient stationnés à Moyenne Sido, au Tchad, prêts à intervenir.

 Du côté de la Minusca, il régnerait une totale confusion et un sentiment de culpabilité dans la persistance de la crise, même si la responsable de la communication serait en désarroi et en perte d’éléments probants. De l’autre, il régnerait un silence total tant  du côté de la présidence de la République que du gouvernement de Sarandji.

 C’est qui fait dire à l’opinion publique nationale qu’ils n’ont rien à voir avec ce qui se passe dans cette partie de la République.

 Affaire à suivre….. !

 Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here