Marché monétaire : après un revers sur un emprunt de 4 ans (OTA), la RCA veut lever 10 milliards

0
356

Marché monétaire : après un revers sur un emprunt de 4 ans (OTA), la RCA veut lever 10 milliards

Malgré la réticence des investisseurs sur les émissions de la RCA et le revers essuyé il y’a trois semaines environ sur un emprunt de 12,5 milliards, le pays veut une fois encore lever 10 milliards de Fcfa le 20 mars prochain sous forme des bons du Trésor assimilables (BTA) à 52 semaines de maturité. Toutefois, une lueur d’espoir renaît après le soutien promis par la Beac au trésor public centrafricain lors d’une visite de travail à Bangui.

Dans une annonce publiée sur le site de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), l’on apprend que le Trésor public de la République Centrafricaine (RCA) procèdera le lundi 20 mars 2023 à une émission de 10 milliards de Fcfa par voie d’adjudication, des bons du Trésor assimilables (BTA) à 52 semaines de maturité. La valeur nominale unitaire des bons s’élevant à 1 million de Fcfa, les intérêts seront précomptés sur ladite valeur nominale. Les souscriptions se feront auprès des banques et établissements financiers agréés par les spécialistes des valeurs du Trésor (SVT) par le ministère centrafricain des Finances et du Budget. En ce qui concerne les personnes physiques ou morales souhaitant acquérir ces titres, elles devraient se rapprocher desdites SVT : Ecobank (Cameroun, Centrafrique) ; CBCA ; BPMC ; UBA Cameroon ; Bicec Cameroun ; SGC Cameroun ; Afriland First Bank; CCA-Bank ; UBC.

Lire aussi : RCA : le retour de la Commission de la Cemac à Bangui 10 ans après se précise

Risques de boycott

Peu active sur le marché domestique de la dette publique, la Centrafrique ne jouit pas de la faveur des investisseurs qui deviennent de plus en plus réticents sur leurs titres. Derrière cette réticence, la situation sociopolitique et sécuritaire du pays qui perturbe à coup sûr l’activité économique et rend hypothétique les remboursements. Ce qui a notamment conduit à la suppression des aides budgétaires de ses partenaires traditionnels comme le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale. Se tournant vers le marché domestique, le pays enregistre depuis plusieurs mois, des échecs à répétition. Notamment le revers essuyé il y’a trois semaines environ. Le pays qui voulait lever 12,5 milliards en Obligations du Trésor Assimilables (OTA) d’une maturité de 4 ans rémunérés à 6,50% n’a pu collecter que 3,8 milliards soit un taux de souscription de 31%.

Lire aussi : CEMAC : La Centrafrique essuie un revers sur le marché des titres publics

Lueur d’espoir

Au cours d’une récente rencontre entre le gouverneur de la Beac, Abbas Mahamat Tolli et le président Faustin-Archange Touadéra, la Banque centrale a promis d’apporter son appui à la RCA pour renforcer ses capacités de mobilisation des financements. « La situation du pays se remet progressivement. (…) Grâce aux réformes que la Beac a menées au niveau des marchés publics ; la levée des ressources et toutes les émissions faites par le gouvernement Centrafricain rassurent les investisseurs. Les efforts entrepris par le gouvernement en termes de renforcement des finances publiques donnent aussi de l’assurance aux investisseurs », avait-il déclaré.

Lire aussi : Marché monétaire : La Centrafrique veut lever 35 milliards au premier trimestre 2023

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici