Mali : quand les mercenaires de Wagner se mettent en grève

0
56

 

Mali : quand les mercenaires de Wagner se mettent en grève

Confrontés aux difficultés de paiement des autorités maliennes, les mercenaires de la
société militaire privée russe ne sont plus rémunérés depuis la fin d’avril, selon des sources
françaises et maliennes. Une situation qui amène certains d’entre eux à protester.

Benjamin Roger 17 juin 2022 à 14:45

Des mercenaires qui font grève. L’affaire a de quoi surprendre. Et pourtant. Selon plusieurs sources, françaises et maliennes, des mercenaires du groupe Wagner déployés à Tombouctou et à Sévaré refusent de quitter leur camp et de patrouiller aux côtés des Forces armées maliennes (Fama) depuis une dizaine de jours. Ces hommes protestent contre le non-paiement de leurs salaires, qui ne leur seraient plus versés depuis la fin du mois d’avril.

À Lire Wagner au Mali : enquête exclusive sur les mercenaires de Poutine

Aux abonnés absents

Confrontées à des difficultés financières depuis que la Cedeao a imposé des sanctions au Mali, les autorités de la transition peinent en effet à trouver des liquidités et à payer la société militaire privée russe pour ses services.

Ces informations expliquent la situation qui prévaut, depuis trois semaines, autour de Boni. Alors que les jihadistes de la katiba Serma, affiliée à Al-Qaïda, encerclent cette ville et coupent la route nationale reliant Mopti à Gao, aucune force armée n’intervient. « Cela fait trois semaines que les habitants de Boni sont assiégés et qu’aucun véhicule ne passe. Les Fama et les Wagner sont à Hombori, à 70 kilomètres de là, mais ne bougent pas le petit doigt », affirme un membre d’un groupe armé local.

Boîtes de sardines

De leur côté, des sources proches des services de renseignement français affirment que les mercenaires de Wagner n’hésitent pas à trouver des parades, sur le terrain, pour compenser le non-paiement de leur solde.

À la fin de mai, à la suite des opérations qu’ils ont menées entre Marebougou et les villages de Simaye-Bozo et de Simaye-Bambara, ils ont ainsi volé à la population peule locale des bijoux en or et en argent, ainsi que des espèces, affirment ces sources. Les 14 et 15
mai, des mercenaires se seraient aussi rendus sur une foire de Ségou pour y vendre au rabais des denrées alimentaires, proposant notamment des boîtes de sardines à 200 francs CFA au lieu des 350 francs CFA habituellement demandés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here