Macron : ni la Russie, ni la Chine «n’envoient leurs soldats se faire tuer pour la sécurité des Africains»

0
107

À Abidjan, Emmanuel Macron se met en furie et se lâche. À l’occasion de la conférence de presse qu’il a animée avec Alassane Ouattara, le samedi 21 décembre, il s’est fâché contre ceux qui accusent la France, d’entretenir le terrorisme en Afrique.

« Moi je note que beaucoup de pays que vous avez cités (notamment la Chine et la Russie, NDLR et qui peuvent être perçus, mieux que nous ne le sommes. Aucun de ces pays-là n’envoie ses soldats se faire tuer pour la sécurité des Africains, c’est la France qui le fait. Quand vos enfants sont menacés, quand votre sécurité, votre souveraineté est menacée, regardez bien qui sont les soldats qui viennent se battre et tomber  » a répondu Emmanuel Macron. Une réponse qui porte certainement un coup pénible tandis que le Burkina Faso se tourne de plus en plus vers la Russie.

Et que des populations maliennes ont effectué des marches pour réclamer le soutien de Vladimir Poutine à l’armée malienne. Dans un contexte de graves suspicions (souvent à tort) contre l’intervention française dans les pays du Sahel, Macron a en outre, maintenu la pression contre les dirigeants du G5 Sahel en particulier Ibrahim Boubacar Kéita du Mali, Roch Kaboré du Burkina Faso. De même que Mahamadou Issoufou du Niger, Idriss Déby du Tchad. Enfin, le Mauritanien Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed El-Ghazouani.

« J’ai noté il y a quelques jours des déclarations extrêmement claires du Président Issoufou, comme du parti présidentiel qui a eu le courage de dire que c’est à la demande du Niger que la France est présente, c’est pour défendre le Niger que la France est présente et que les soldats français sont là. J’attends la même clarté de tous les dirigeants. La même clarté et le même engagement » a fait savoir Macron. Une pression supplémentaire face au double jeu de certains dirigeants.

En effet, manifestant leur disponibilité pour se rendre en France, et prêts à s’humilier pour des aides militaires, certains laisseraient croire à leurs populations qu’ils ont les mains liées par Paris. De ce fait, Macron a maintenu son invitation (ou sa convocation) de clarification, à Pau, à janvier 2020.

Source : www.benintimes.info

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here