M. Dondra, vers une pénurie de pièces de 100 FCFA et leur exportation en Chine ?

0
102

On remarque une rareté des pièces de 100 FCFA ces derniers temps à Bangui. Elles sont plus stockées dans les machines de jeu de hasard qu’utilisées. Des soupçons font état de ce que ces pièces ne sont pas remises en circulation après leur stockage, mais exportés.

S’il est difficile de trouver des jetons de Francs CFA à Bangui, il l’est plus pour les pièces de 100 F dont on se sert pour accéder au jeu. Les machines de casino sont de plus en plus répandues dans la ville de Bangui, précisément celles de Fly-tox. C’est un jeu de pari et de hasard qui consiste à pronostiquer et à parier la victoire de différents clubs sportifs qui figurent sur le tableau de bord de la machine. Pour procéder, on introduit une pièce de 100 F dans l’appareil afin de parier la victoire d’un club. Le magnétisme de la machine est ainsi déclenché. En cas de réussite, la machine libère au minimum deux pièces de 100 F (parfois toute la caisse se vide) pour le parieur qui a gagné.

Ces points de jeu inondent la capitale et font stocker à la longueur de la journée des Pièces de 100 F dans leurs caisses. Une seule machine peut avoir une contenance de plus d’un millier de pièces, alors qu’on en compte plus d’un millier à travers la ville de Bangui. Le long de la journée, pendant que les parieurs ratent, les machines fly-tox conservent les jetons dans leurs caisses. Il faudrait attendre jusqu’au soir pour ouvrir la caisse et la vider. Ce qui crée une pénurie. Les conducteurs de motos, taxis et bus, les commerçants se plaignent de cette rareté de jetons pour rendre la différence de la monnaie à leurs clients.

Par ailleurs, il est constaté que les propriétaires de ces machines sont presque tous originaires de la Chine. Des rumeurs circulent qu’après avoir vidé les caisses, ces pièces-là (la nouvelle génération de 100 FCFA avec une couronne en cuivre jaune) ne sont pas mises en circulation, mais transférées en Chine. Le métal ne sera plus utilisé pour la monnaie mais à d’autres fins. Ce qui n’est pas encore démontré.

Ce qui donne une crédibilité à ces rumeurs est la rareté aigüe et prolongée des jetons de 100 FCFA. Si seulement ces pièces n’étaient pas transférées ailleurs mais conservées en RCA, elles devraient faire objet d’échange et resteraient toujours en circulation. On n’aurait pas senti une pénurie.

Si vraiment ce phénomène est vrai, mais comment alors le résoudre ? C’est une menace pour la monnaie des Etats de la CEMAC. Le Franc de Coopération Financière en Afrique (FCFA) est une monnaie frappée en fonction de la productivité des pays qui l’utilisent. Ce serait un danger économique de faire disparaître une partie de cette monnaie sans échange. Sans doute, ce serait un déséquilibre économique car quand la monnaie se fait rare, les produits sont dévalorisés malgré les efforts consentis pour leur fabrication.

Il serait mieux d’utiliser d’autres pièces (qui ne servent pas de monnaie) et que l’on doit acheter pour procéder à ces jeux de hasard. A l’exemple des pièces de casino de Macao. Ceci permettrait de ne pas mettre en gage une monnaie, propriété économique d’un Etat.

Ne perdons pas de vue que le Ministère de l’Intérieur dispose de l’arrêté N°005 du 11 octobre 2017 portant régime d’exercice des activités d’exploitation des salles de cinéma, ciné vidéo, jeux de loisir et de hasard en République Centrafricaine pour réglementer ce secteur.

Beaucoup de jeunes Banguissois prennent part à ces jeux de hasard et mettent leurs pièces de 100 F en gage. Gagner ou perdre : c’est le même risque pour les propriétaires de ces machines de jeu de monnaie qui doivent en amont placer une quantité importante de pièces de 100 F dans les machines avant de les mettre en fonctionnement.

Affaire à suivre …..!

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here