L’INEXORABLE MARCHE VERS LA GUERRE EN RCA PLANIFIEE PAR TOUADERA, DARLAN, NDIAYE ET ISOPI (SUITE ET FIN?)

0
201
L’INEXORABLE MARCHE VERS LA GUERRE EN RCA PLANIFIEE PAR TOUADERA, DARLAN, NDIAYE ET ISOPI (SUITE ET FIN?)
1. L’infernal duo Bonnie et Clyde centrafricain à savoir DARLAN et TOUADERA vient d’enterrer définitivement la démocratie en RCA et par la même occasion toute possibilité d’espérer en une issue pacifique de la crise centrafricaine. L’acte final de cet enterrement n’est autre que la proclamation par la Cour Constitutionnelle des résultats définitifs des élections législatives.
2. L’opposition démocratique et plus précisément les partis politiques réunis dans la plateforme COD2020 a réagi par une déclaration qui qualifie ce processus électoral de « simulacre ». Elle s’en retire définitivement en demandant l’annulation pure et simple et la reprise des élections groupées.
3. Le modèle anti-démocratique soutenu par la communauté internationale de Bangui acquise à la cause du Président illégitime Faustin Archange TOUADERA (Mankeur NDIAYE de la MINUSCA, Samuéla ISOPI de l’Ambassade de l’UE en RCA, l’Ambassade de France et le G5+) se fracasse le nez devant une réalité qui se trouve à mille lieues des standards internationaux de démocratie. Question : est-ce que cette communauté internationale de Bangui, soutien invétérée de TOUADERA, va-t-elle encore continuer à financer le second tour des élections sans l’opposition, ou plus précisément des élections contre l’opposition ?
4. Très certainement, elle continuera de soutenir ce « simulacre » de processus électoral jusqu’à la fin par souci de cohérence, sauf que l’argent qui sera décaissé par cette communauté internationale aux ordres de TOUADERA va être détourné pour financer les mercenaires russes de WAGNER vu les tensions de trésoreries de l’Etat centrafricain.
5. Que risque-t-il désormais de se passer, arrivé à ce stade de non-retour de part et d’autre ? Pour répondre à cette question il nous faut reprendre les éléments un à un avant de tenter une synthèse.
6. Le camp présidentiel sous l’impulsion du slogan « wëen na wëen » de l’idéologue Fidèle GOUANDJIKA ne veut pas entendre parler de dialogue, de concertation, ou d’annulation des élections. Cette position dure répétée et soutenue de temps et en tout lieu a été avalisée par Mme Danièle DARLAN avec la proclamation des résultats définitifs des élections groupées. Le chef du bras armé de TOUADERA, Valéry ZAKHAROV l’a encore soutenu avec insistance dans les médias et les réseaux sociaux. Le chef de l’aile diplomatique de TOUADERA, Mankeur NDIAYE officiellement patron de la MINUSCA et officieusement patron du G+, dans une interview accordée le 30 janvier 2021 à Jeune Afrique en a profité pour témoigner toute sa satisfaction à la fois du processus électoral (résultats y compris) et de la bonne entente et bonne coordination entre la MINUSCA et les mercenaires russes de WAGNER qui se retrouvent régulièrement à la Primature pour les réunions militaires stratégiques.
Ainsi avec le soutien indéfectible de Mme Danièle DARLAN la Présidente de la Cour Constitutionnelle (aile juridique du coup de force anti-démocratique) et de la plateforme réunissant les mercenaires russes de WAGNER, la MINUSCA, l’UE et le G+, la ligne de conduite adoptée par le camp présidentielle fait plus aucun ombre de doute : FAIRE LA GUERRE A TOUT PRIX !
7. Du côté de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC), la position se présente comme suit : « Ou bien on va aux dialogues avec toutes les forces vives de la Nation ou bien on fait chuter le régime de Bangui. Mais c’est au régime de choisir ce qu’il veut qu’on fasse ». Sauf que le régime a choisi en fermant la porte à toute concertation, tout dialogue avec qui que ce soit. Il ne reste plus que la voie de la guerre.
8. Et quand on lit le dernier communiqué de la CPC du 2 Février 2020, on comprend qu’elle a pris acte de ce choix et demande désormais à l’opposition (COD2020 et au-delà) de plancher sur les termes de références (TDR) de la Concertation Nationale à venir qui, d’après ce communiqué, se ferait sans TOUADERA. C’est tout le sens de la dernière phrase du communiqué : « Au demeurant, la Coalition des Patriotes pour le Changement invite la Coalition de l’Opposition Démocratique 2020 (COD-2020), ainsi que les autres partis politiques de l’opposition à réfléchir sans délai à l’élaboration d’une Feuille de Route pour la tenue de la Concertation Nationale Inclusive avec les Forces Vives de la République Centrafricaine ».
9. Du côté de l’opposition démocratique et plus précisément de la COD2020, elle reste dans son rejet du processus électoral et dans ses deux demandes d’annulation puis de reprise de ces élections ainsi que d’organisation d’une Concertation Nationale. Se voyant écartée de la scène politique par le duo TOUADERA-CPC, elle est désormais contrainte d’observer et d’attendre l’issue finale avant de dérouler son plan d’action.
10. Du côté des acteurs internationaux, il ressort qu’il va se dégager trois camps, donc trois positions : ceux qui comme la MINUSCA et l’UE dépenseront sang et eau pour soutenir le régime de Bangui vaille que vaille, ceux qui dans le G5+ estiment que la tournure des événements n’est plus de nature à apporter un soutien à un régime qui ne respecte plus les règles minimum de la démocratie et ceux qui suspendront toute action en attendant d’y voir plus clair (les partenaires techniques et financiers se retrouveront le plus dans cette catégorie).
11. Ainsi nous comprenons, en définitive que la seule voie que propose la plateforme TOUADERA/WAGNER/MINUSCA/UE/G5+ est la guerre en RCA. Un message parfaitement compris par la CPC qui lui répond du tac au tac avec ce proverbe iranien : « quand quelqu’un fait semblant de mourir, il faut faire semblant de l’enterrer ».
Mais pour nous autres populations civiles, il ne nous reste plus qu’à redevenir les tristes spectateurs de notre propre déchéance, comme d’habitude.
Fari Tahéruka SHABAZZ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here