Législatives 2021 : le Mouvement ITA lance le bal des hostilités dans le 4ème arrondissement

0
229

L’actualité politique centrafricaine a été marquée cette semaine qui s’est achevée par la sortie spectaculaire du parti politique dénommé « Mouvement ITA » dans la première circonscription  du 4ème arrondissement de la ville de Bangui, le dimanche 23 décembre 2018.

Ce jour – là, le bureau politique du Mouvement ITA et son 1er secrétaire général, en la personne de M. Dominique Yandocka, opérateur économique et un autre enfant terrible du quartier Foûh, avaient rendez – vous avec leurs militants et sympathisants pour échanger avec eux sur les textes fondateurs de leur parti, ses principaux idéaux et ses grandes orientations politiques, ses buts et son projet de société fondé sur l’union entre tous les centrafricains et surtout  l’alternance générationnelle dans tous les domaines de la vie socio – professionnelle.

Cette importante rencontre qui s’est déroulée sans heurts , qui est précédée par deux (2) autres tenues dans le 8ème arrondissement et dans la commune et qui a été organisée après l’interdiction faite par le pouvoir au parti RDC d’y tenir une réunion avec ses militants et autres sympathisants, a vu  la présence massive des retraités, des fonctionnaires, des élèves et étudiants, des désœuvrés, des jeunes opérateurs économiques et de nombreuses femmes et mères de familles. Prenant la parole, ceux – ci n’ont pas hésité un seul instant à faire le procès des partis politiques traditionnels, à dénoncer leur situation d’abandon et l’incapacité de ceux qui sont au pouvoir à trouver des solutions idoines à leurs malheurs et la crise sécuritaire qui continue de s’abattre dans nos provinces.

A un moment où la situation politique, institutionnelle, sécuritaire et socio – économique semble tendue et complètement paralysée du fait du blocage du processus de paix de l’initiative africaine de l’UA et que les partis politiques siégeant à l’assemblée nationale font preuve de  démission, de  manque de réactivité et de solutions pour une sortie de crise, cette politique de contacts, d’échanges et de proximité avec tous les oubliés, les laissés- pour – comptes et les couches les plus vulnérables  de notre société sonne comme le bal des échéances électorales de 2021 dans le 4ème arrondissement et les quartiers nord de la ville de Bangui, réputés depuis toujours contestataires de tous les régimes qui se sont succédé à la tête de ce pays et véritable machine à fabriquer des dirigeants et à les défaire.

Elle se révèle sans ambages et sans fioritures comme un avertissement à tous les députés de ces circonscriptions et aux  partis politiques traditionnels qui en ont fait leurs fiefs mais qui ont tourné le dos à ceux et celles qui leur ont confié la gestion de leur destinée dans les urnes.

 

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here