Le patron de Wagner reconnaît avoir payé pour créer une propagande sur internet via une «ferme à trolls»

0
215

Le patron de Wagner reconnaît avoir payé pour créer une propagande sur internet via une «ferme à trolls»

Le patron du groupe paramilitaire russe Wagner, le sulfureux homme d’affaires Evguéni Prigojine, a reconnu mardi pour la première fois être le créateur d’une « ferme à trolls », payés pour mener des campagnes de propagande sur Internet.

Par Sudinfo avec AFPPublié le 14/02/2023 à 17:30

Réputé proche de Vladimir Poutine, Evguéni Prigojine a reconnu depuis le début du conflit en Ukraine l’an dernier une série de faits qui lui étaient imputés depuis des années. Il a ainsi admis être le fondateur du groupe de mercenaires Wagner, qui combattent aujourd’hui en première ligne en Ukraine, ou encore avoir cherché à s’ingérer dans les élections américaines.

Mardi, il a reconnu avoir créé l’Internet Research Agency de Saint-Pétersbourg, une officine surnommée la « ferme à trolls » par la presse russe et dont les employés ont été accusés de mener des campagnes de désinformation sur internet au service du Kremlin. « J’ai non seulement été l’unique financier de l’Internet Research Agency, mais je l’ai inventée, je l’ai créée, je l’ai gérée pendant longtemps », a-t-il déclaré via son service de presse sur Telegram. Selon lui, cette « ferme à trolls » a été créée « pour protéger l’espace informationnel russe de la propagande grossière et agressive des thèses antirusses de l’Occident ».

L’Internet Research Agency a été accusée d’avoir mené notamment par le biais de faux comptes sur les réseaux sociaux et journaux en ligne des campagnes destinées à défendre la politique du Kremlin, critiquer les opposants russes, dénigrer la présence française en Afrique ou encore créer la discorde autour du Brexit et des élections américaines.

Washington avait sanctionné en 2018 plusieurs membres présumés de l’Internet Research Agency.

Le patron du groupe paramilitaire russe Wagner, le sulfureux homme d’affaires Evguéni Prigojine, a reconnu mardi pour la première fois être le créateur d’une « ferme à trolls », payés pour mener des campagnes de propagande sur Internet.Réputé proche de Vladimir Poutine, Evguéni Prigojine a reconnu depuis le début du conflit en Ukraine l’an dernier une série de faits qui lui étaient imputés depuis des années. Il a ainsi admis être le fondateur du groupe de mercenaires Wagner, qui combattent aujourd’hui en première ligne en Ukraine, ou encore avoir cherché à s’ingérer dans les élections américaines.

Mardi, il a reconnu avoir créé l’Internet Research Agency de Saint-Pétersbourg, une officine surnommée la « ferme à trolls » par la presse russe et dont les employés ont été accusés de mener des campagnes de désinformation sur internet au service du Kremlin. « J’ai non seulement été l’unique financier de l’Internet Research Agency, mais je l’ai inventée, je l’ai créée, je l’ai gérée pendant longtemps », a-t-il déclaré via son service de presse sur Telegram. Selon lui, cette « ferme à trolls » a été créée « pour protéger l’espace informationnel russe de la propagande grossière et agressive des thèses antirusses de l’Occident ».

L’Internet Research Agency a été accusée d’avoir mené notamment par le biais de faux comptes sur les réseaux sociaux et journaux en ligne des campagnes destinées à défendre la politique du Kremlin, critiquer les opposants russes, dénigrer la présence française en Afrique ou encore créer la discorde autour du Brexit et des élections américaines.

Washington avait sanctionné en 2018 plusieurs membres présumés de l’Internet Research Agency.

Laisser un commentaire