Le général de brigade Ludovic Ngaïfei dément avoir annoncé des mesures d’accompagnement aux ex-militaires en colère

0
306

L’ancien chef d’état-major des armées, le général de brigade Ludovic Ngaïfei, a démenti, lundi 12 février 2019 à Bangui, avoir annoncé aux militaires partant à la retraite le versement d’une certaine somme d’argent appelé « mesure d’accompagnement ».

Le général de brigade Ludovic Ngaïfei dément avoir annoncé des mesures d’accompagnement aux ex-militaires en colère
Le général Ngaïfei a fait ce démenti lors de son interpellation par le Premier-ministre Simplice Mathieu Sarandji qui présidait une réunion d’urgence convoquée suite au mécontentement des militaires retraités.

« Il y avait des soupçons d’un soulèvement des militaires pour des mises à la retraite. C’est ainsi que j’ai eu l’accord du ministre de la Défense et du Chef de l’Etat qui est Chef suprême des Armées qui m’ont chargé de me rendre dans ces casernes afin d’expliquer aux militaires que c’est un cycle normal », a déclaré le général de brigade Ludovic Ngaïfei.
.
« Concernant la mesure d’accompagnement, je leur ai dit : par rapport à nos frères civils, on ne leur paye pas le cumul, même s’ils ont des arriérés, ils ne perçoivent rien du tout même s’ils partent à la retraite, par contre vous, vous êtes heureux et chanceux par ce que vous allez avoir une petite somme, selon vos arriérés de salaire », a-t-il rappelé.

Il a saisi l’opportunité pour signifier aux militaires que la retraite est une obligation à un certain âge, même si le concerné ne veut pas partir car chaque chose à un début et une fin.

« Maintenant question d’argent, je n’ai pas fait allusion à une somme quelconque. En donnant mon exemple en tant que chef, si on me demande aujourd’hui de partir, j’ai trente-cinq ans de carrière, et il me reste cinq ans. Je serais très heureux parce que le cumul de mes arriérés de salaires ça va me faire tel, ce qui pourrait nous aider à initier quelque chose pour notre avenir », a-t-il précisé.

« j’ai trente-cinq ans de carrière, et j’ai travaillé pour l’Etat centrafricain, il n’y a jamais eu dans l’histoire de notre pays une telle mesure. Pourquoi exceptionnellement cette fois ci, dans la mesure où le pays est en crise, sorti de crise pour d’autres, la mesure d’accompagnement, c’est un mot, c’est une phrase qui est un peu vague, je n’ai jamais prononcé », a-t-il relevé.

Il a estimé que les problèmes militaires se traitent dans les casernes avant de prier ses frères d’armes de choisir des bons voies et moyens pour résoudre leurs problèmes.

Huit cents éléments des forces armées centrafricaines (FACA), tous grades confondus, ont quitté les rangs en 2018 dans le cadre de la reconstruction de l’armée engagée en 2016 par le gouvernement.

A cet effet, ils ont perçu plusieurs mois d’arriérés de salaires versés par le gouvernement grâce à un appui des Etats-Unis.

Signalons que le général de brigade Ludovic Ngaïfei a quitté le poste de chef d’état-major général des armées le 26 juillet 2018, remplacé par le colonel Zéphirin Mamadou.

Mardi 12 Février 2019
Olive Dona Ngamanadé /ACAP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here