Le franc CFA au cœur d’une coopération économique et monétaire contestée entre l’Afrique et la France

0
167

Le franc CFA est la monnaie commune aux États de la « zone franc » créée à la fin des
années 1930, à la veille de la Seconde guerre mondiale. Celle-ci se compose elle-même
de trois zones disposant chacune d’une banque centrale et de leur propre monnaie arrimée
à l’euro et imprimée en France :
– la zone de l’Union monétaire Ouest africaine (UMOA) qui se compose de huit États :
le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal
et le Togo. Ces pays utilisent le franc CFA d’Afrique de l’Ouest (ou XOF) ;
– la zone de l’Union monétaire d’Afrique centrale (UMAC) qui se compose de six États :
le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine et
le Tchad. Ces pays utilisent le franc CFA d’Afrique centrale (ou XAF) ;
– l’Union des Comores qui utilise le franc comorien (ou KMF).
Chaque pays est libre de rejoindre, de rester et de quitter temporairement (comme l’a fait
le Mali de 1962 à 1984) ou définitivement (à l’image de la Guinée, de la Mauritanie et
de Madagascar respectivement en 1960, 1973 et 1975) sa zone franc. La participation des
pays membres repose sur des accords bilatéraux et, depuis 1962, sur des accords de
coopération avec les Unions monétaires régionales.
La souveraineté monétaire et les décisions sont de la responsabilité des trois banques
centrales communes et indépendantes, où siègent les États membres de la zone franc :
– la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) au Sénégal ;
– la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC) au Cameroun ;
– la Banque Centrale des Comores (BCC).
Les décisions de politique monétaire sont prises à l’échelle régionale. La France dispose
d’une représentation minoritaire au sein du comité de politique monétaire et du conseil
d’administration de la BEAC (un administrateur français sur sept). Le conseil
d’administration de la BCC se compose, quant à lui, de huit membres désignés pour
moitié par le gouvernement français. Enfin, suite à la réforme de la coopération monétaire
en zone UEMOA annoncée en 2019, la France n’est plus présente dans les instances de
gouvernance de la BCEAO. Cette réforme, dont la mise en œuvre et le calendrier
dépendent exclusivement de l’UEMOA, repose sur quatre piliers :
– le changement de nom de la devise. Les autorités de l’UEMOA ont indiqué leur souhait
de passer du « franc CFA » (XOF) à l’« ECO »;
– la suppression de l’obligation de centralisation des réserves de change sur le compte
d’opérations au Trésor français ;
– le retrait de la France des instances de gouvernance de la zone ;
– la mise en place concomitante de mécanismes ad hoc de dialogue et de suivi des risques.
Le régime de change demeure inchangé, avec le maintien de la parité fixe entre l’euro et
la devise de l’Union, ainsi que de la garantie de convertibilité assurée par la France.
La réforme du franc CFA devrait se poursuivre dans les années à venir. La CEDEAO a
ainsi lancé un projet de devise commune en deux phases :
– les pays qui disposent de leur propre devise (Cap-Vert, Gambie, Ghana, Guinée,
Liberia, Nigeria et Sierra Leone) lanceront une monnaie commune ;

– les huit membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) –
Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo –, qui
ont en commun le franc CFA, devraient adopter cette nouvelle monnaie, afin que tous
l’utilisent en 2027. D’ici là, les pays de la zone franc devront achever les réformes du
franc CFA engagées fin 2019, avec la signature d’un nouveau traité monétaire avec Paris.
Le franc CFA fait l’objet de critiques nourries depuis sa création (1). Celles-ci dénoncent
un outil néocolonial au service de politiques « françafricaines », la centralisation des
réserves au Trésor public français vue comme une preuve patente du manque de
souveraineté monétaire, la fabrication des billets en France, l’ancrage fixe à l’euro là où
un arrimage à un panier de monnaies correspondrait davantage aux réalités dynamiques
des échanges internationaux ou encore le caractère restrictif de la politique monétaire
associée.
Ces critiques ont gagné en audience et en visibilité sous l’influence de chocs exogènes
qui ont touché la monnaie : dévaluations du franc, crise de l’endettement, dévaluation du
franc CFA, passage à l’euro, etc. Selon les périodes, les critiques plus politiques
(néocolonialisme) ont pris le dessus (années 1960-1970) ; à d’autres moments, ce sont les
critiques économiques qui ont été les plus audibles (à partir des années 1980). La période
actuelle intègre et amalgame les différents arguments politiques, économiques,
géopolitiques et panafricanistes ; elle a également vu ces critiques nourrir un temps le
mouvement social (Sénégal, Mali, notamment), avant de devenir l’un des principaux
sujets de contestation dirigée contre la France en Afrique de l’Ouest.

Sources diverses

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici