Le Contrôle Financier, un corps noble méconnu et travesti par les pouvoirs publics

0
21

Dans un article intitulé « Centrafrique : Des contrôleurs financiers à conduite de lascar et de trafiquants d’influence » paru dans le journal en ligne « lepotentielcentrafricain », il a été vivement critiqué le comportement irresponsable et indigne  de certains contrôleurs financiers, appartenant au noble corps du contrôle financier et relavant de la direction du contrôle financier au ministère des finances et du budget.

Des accusations d’une extrême gravité qui ont pour noms absence de formation, non maîtrise réelle de la technicité et des attributions, insubordination caractérisée, rackettages des fournisseurs, rebelles et réfractaires aux injonctions et instructions des directeurs généraux, des présidents du conseil d’administration et même du premier ministre, et obéissants seulement aux décisions du ministre des finances et du budget. Pour mettre terme à toutes  ces pratiques irrégulières et à tous ces vices qui minent le bon fonctionnement des sociétés d’état, des agences nationales et autres offices publics, certains directeurs généraux des sociétés d’état  Socaps et ASRP et celui de l’ONM seraient en train de prendre des dispositions pour en débattre directement  avec les autorités compétentes.

Loin de s’ériger en conseil des mis en cause ou de prendre fait et cause pour l’auteur de l’article ci – dessus mentionné, le journal en ligne www.lavoixdessansoix.com saisit cette occasion pour braquer sa caméra sur le contrôle financier, son rôle et son importance, sur les contrôleurs financiers et leurs attributions, sur les difficultés et les réformes engagées ou à engager dans cette direction qui constitue le poumon des  finances de la République.

Le contrôle de la dépense publique centrafricaine tire ses origines du système français. Les institutions de contrôles ont été progressivement mises en place à partir de l’époque coloniale et surtout dans les années 1960. C’est au cours de cette prériode – là que le contrôle financier fut institué, précisément le 20 novembre 1964 par la loi n°64/30. Avant d’être relégué au rang d’une simple structure d’exécution de moindre importance, et ce, contrairement aux dispositions de la loi précitée portant sa  création et  ses attributions, le contrôle financier avait fait ses preuves incontestables et incontestées de seul organe de contrôle a priori dont l’efficacité n’avait jamais souffert et ne  souffre d’aucune contestation partout ailleurs et depuis l’histoire des finances publiques. En 2008, alors que le président Touadéra  assumait les fonctions de premier ministre, le ministère des finances et du budget avait entrepris un vaste chantier de réformes et d’assainissement des finances publiques. La mise en œuvre de cette politique avait conduit à la création de nouveaux instruments de contrôle dont l’opérationnalisation ne pouvait que remettre du coup en cause les missions dévolues au contrôle financier.

A cet effet, il importe de chercher les causes des dysfonctionnements ainsi créés au niveau du  contrôle financier d’une part, et de trouver les moyens pour y remédier d’autre part. Pour ce faire, le journal en ligne www.lavoixdessansoix.com évoquera dans un premier temps les causes de ces dysfonctionnements et envisagera dans un deuxième temps les propositions afin d’améliorer la qualité des services dévolus à ce noble corps du contrôle financier.

 Affaire à suivre…. !

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here