L’ARMEE RWANDAISE EN RDC : UNE REALITE INDUBITABLE

0
195

L’ARMEE RWANDAISE EN RDC : UNE REALITE INDUBITABLE

L’armée rwandaise est intervenue dans l’est de la RD Congo ces derniers mois, directement et en soutien aux groupes armés, selon un rapport d’experts mandatés par les Nations unies. Ce rapport est corroboré par des témoignages de populations riveraines de la frontière entre le Rwanda et la RDC soit rwandaises soit congolaises qui ont aperçu des colonnes de troupes traversant la frontière de Kabuhanga entrant sur le sol de la RDC. Il est confirmé par certains personnels médicaux de l’hôpital militaire de Kanombe, de l’hôpital de référence de Ruhengeri et de l’hôpital de Rubavu qui n’ont pas supporté de garder le secret quant aux parents des victimes devant faire le deuil des leurs sans pouvoir les enterrer étant donné que ce sont eux qui prennent quotidiennement soins aux militaires gravement blessés, cadavres à enterrer dans le plus grand secret loin des observateurs étrangers. A qui profite vraiment cette guerre ? Pourquoi des enfants rwandais continuent-ils à y verser leur sang à l’insu de la communauté internationale encore trompée par le mensonge politique rwandais ?

Depuis novembre 2021, l’armée rwandaise a « lancé des interventions militaires contre des groupes armés congolais et des positions des Forces armées congolaises », selon ce rapport transmis au Conseil de sécurité de l’ONU et consulté jeudi 4 août par l’AFP.

Les experts disent que Kigali a également « fourni des renforts de troupes au M23 pour des opérations spécifiques, en particulier lorsque celles-ci visaient à s’emparer de villes et de zones stratégiques ». Le Mouvement du 23 mars (M23) est une ancienne rébellion dominée par les Tutsis vaincue en 2013, qui a repris les armes à la fin de l’année dernière pour exiger l’application d’un accord signé avec Kinshasa. Depuis fin mars, la fréquence et l’intensité des combats ont augmenté de façon drastique : le M23 a repris des parties du territoire de Rutshuru, jusqu’à des dizaines de kilomètres au nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu. Le rapport du groupe d’experts dément les démentis des autorités rwandaises et détaille, preuves à l’appui, l’implication directe du Rwanda « unilatéralement ou conjointement avec les combattants du M23 » dans l’Est de la RD Congo.

Le 13 juin, la ville stratégique de Bunagana (50 km au nord de Goma), carrefour commercial à la frontière ougandaise, est prise par le M23 après des affrontements. Des images de drone fournies par la Monusco, des vidéos et photos amateurs et des témoins oculaires établissent la présence des forces armées rwandaises et/ou le transfert de leur matériel au M23, dans et autour de la ville de Bunagana, la veille et la veille de l’attaque. Le Groupe ajoute que « des témoins oculaires et des chercheurs ont fait état d’une complaisance passive minime de la part de l’armée ougandaise à la frontière, ce qui a permis aux combattants du M23 de traverser la frontière » pour attaquer la ville.

Des colonnes de soldats rwandais observées « à plusieurs reprises »

Le rapport indique qu’« à plusieurs reprises, des images aériennes ont montré de larges colonnes de jusqu’à 500 hommes armés près des frontières de la RDC, du Rwanda et de l’Ouganda, se déplaçant de manière très organisée et portant des uniformes et du matériel militaire standardisé (uniformes et casques très similaires à celles des RDF) », les forces armées rwandaises. Deux semaines avant l’assaut de Bunagana le 25 mai, la plus grande base militaire congolaise de Rutshuru était sous le feu nourri de mortiers et d’armes automatiques. Le Groupe écrit que « le M23 et les RDF ont attaqué conjointement le camp des FARDC à Rumangabo ».

Constituées de 900 à 1 000 hommes selon les estimations, les colonnes rwandaises « ont coupé la RN2 pendant plusieurs jours » et « ont attaqué et délogé les FARDC de leurs positions » le long de cette route vitale pour Goma. Dans le même temps, « des combattants de groupes armés soutenus par certains membres des FARDC ont lancé une contre-attaque le 26 mai 2022 », note le Groupe. Une vidéo filmée ce jour-là et partagée sur les réseaux sociaux montre des miliciens chanter et danser dans le camp de Rumangabo après sa reconquête. Le 9 juin, lors d’une visite de ce camp, les experts ont pu observer et photographier des membres de groupes armés aux côtés des FARDC.

Regard bienveillant des officiers de l’armée congolaise

Une coalition ad hoc de groupes armés – dont certains ennemis – s’est formée en mai sous le regard bienveillant d’officiers de l’armée congolaise, selon le rapport. Contactés par le Groupe, « des chefs de groupes armés, des combattants et des ex-combattants ont confirmé leur implication – seuls ou conjointement avec certains militaires des FARDC – dans les combats contre les troupes du M23 et/ou des RDF » et ont affirmé avoir « reçu des armes et des munitions de certains membres du les FARDC à plusieurs reprises ». Le rapport ajoute que fin mai et début juin 2022, près de 300 militaires rwandais ont mené des opérations sur le sol congolais contre des groupes armés à majorité hutu : les FDLR et le CMC/FDP (Collectif des mouvements for change/Forces de Défense People). Les FDLR, Front Démocratique de Libération du Rwanda, sont un groupe armé fondé au Congo par d’anciens dignitaires du régime génocidaire rwandais en fuite. Présenté comme une menace par Kigali, l’existence – et la violence – de cette milice a justifié les interventions rwandaises passées en territoire congolais et son soutien aux rébellions qui les combattaient.

Analyse des faits

La culture du mensonge qui a toujours caractérisé le régime de Kigali vient d’être démasque par des preuves irréfutables d’autant plus plausible qu’ils sont souvent pris la main dans le sac.

Position du Rwanda

Les autorités rwandaises fustigent sans vergogne cette accusation en niant leur rôle dans le conflit mais tout en défendant la cause des rebelles. Aucun intérêt pour une crise et on ne répondra pas à des accusations sans fondement », a déclaré à l’AFP à Kigali Yolande Makolo, porte-parole du gouvernement. « Nous ne commentons pas les rumeurs », a également déclaré le porte-parole de l’armée rwandaise, le colonel Ronald Rwivanga. Le gouvernement du Rwanda dit que c’est une erreur de confondre les mesures que le Rwanda a mises en place pour protéger la sécurité de ses frontières et pour aider les groupes armés en RDC.

Le gouvernement rwandais a annoncé que cette manière de l’accuser de soutenir les groupes armés est un vieux jeu visant à affaiblir les efforts déployés par les dirigeants du pays pour rechercher une paix durable à travers les pourparlers de Nairobi et de Luanda, auxquels le Rwanda a exprimé son soutien.

Le Rwanda déclare qu’il a le droit à la sécurité du pays et à la protection de ses frontières et de sa population pour éviter les attaques transfrontalières.

Le communiqué indique que « la souveraineté du Rwanda a été menacée ces dernières années par les forces congolaises des FARDC et des FDLR, notamment l’attaque aveugle qui a eu lieu en octobre 2019 à Kinigi, une zone touristique du nord du Rwanda, qui a tué 14 citoyens innocents.

Le Rwanda déclare que tenter de résoudre des problèmes difficiles en soumettant de fausses accusations à l’État de Kinshasa ne produit pas de résultats stables, car cela a été obtenu en fabriquant des mensonges, comme en témoignent les actions de l’État de Kinshasa telles que le meurtre de Kishishe, le gouvernement de la RDC appelé M23, qui s’est propagé rapidement sans enquête par aucune agence crédible, bien qu’il ait été révélé que l’incident était une guerre entre le M23 et des groupes armés alliés aux FARDC. Le Gouvernement du Rwanda déclare que ces fausses allégations publiées par le Gouvernement de Kinshasa sont pleines de chaos. Le Rwanda accuse la communauté internationale de ne pas vouloir faire face au conflit dans l’Est de la RDC, et appelle à un vrai rôle du gouvernement et des bailleurs de fonds, notamment la mission de maintien de la paix des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO). ), opère dans l’est de la RDC depuis 22 ans, dépensant des milliards de dollars américains par an, mais n’a pas encore trouvé de solution à la situation sécuritaire dans l’est de la RDC.

Une confession implicite de Kagame : si vis pacem para bellum

C’était une interview où différents journalistes de nombreux pays africains étaient invités, et durant laquelle il a été rappelé que l’armée rwandaise est en train de rétablir la paix au Mozambique et en République centrafricaine. Le président Kagame a été interrogé sur le fait que les dirigeants de la RDC envisagent d’attaquer le Rwanda et il a répondu en citant une maxime latin qui signifie que si vous voulez la paix, vous préparez  la guerre en disant : ce que veulent les congolais mais ils se leurrent car nous sommes devenus plus forts qu’ils ne l’imaginent « . Il a ajouté que les dirigeants de la région ne cessent de les exhorter à adopter la voie des négociations avec les rebelles, mais comme ces dirigeants semblent ne pas savoir ce qu’ils veulent et ne font que s’entêter, je riposte violemment et sans pardon. Il a finalement révélé  au journaliste qui lui demandait : « Allez et dormez en paix, rien ne troublera pas votre sommeil car le Rwanda s’est préparé de longue date et donc rien ne perturbera pas sa sécurité ».

Vers l’instauration de l’empire hima

Lorsque la guerre au Mozambique a pris fin, celle du Soudan a pris fin et celle de l’Ouganda a pris fin. L’Ouganda fut alors occupé par Museveni aidé par les réfugiés rwandais. En 1990, c’est le Rwanda qui a été récompensé et il a été capturé quatre ans plus tard. Un an plus tard, le Zaïre a été libéré mais après sa capture, Kabila a commencé à expulser les Rwandais qui voulaient continuer à vivre sous le gouvernement congolais. L’acte d’expulsion des Rwandais a semblé affaiblir le plan de continuer à gouverner le Congo. Après l’assassinat de Kabila, le Rwanda a continué à faire la guerre à l’Est sous prétexte d’aller à l’encontre des FDLR. Les petits cerveaux de Museveni et de Kagame affolés par une soif excessive de pouvoir et pensent que les Blancs les soutenaient parce qu’ils les aiment. Cependant, des preuves ont montré que Museveni et Kagame, qui sont actuellement au pouvoir, sont des outils pour les intérêts personnels de certains politiciens au Royaume-Uni et aux États-Unis d’Amérique. D’où vient l’idée du panafricanisme ? Ce n’étaient que des déclarations vaines de la pure démagogie. Museveni a confessé avoir assassiné John Garang parce qu’il avait déjà montré qu’il ne faciliterait pas les Américains dans le plan de forage pétrolier au Soudan du Sud. A cette époque Museveni s’était résolu à compromettre de Laurent Désiré Kabila comme une diversion diplomatique parce qu’il commençait à défaillir. Museveni fait tout cela aux Américains et aux Britanniques parce qu’ils l’ont menacé de soutenir « l’opposition » qui le chassera maintenant que les Ougandais ont déjà peur et sont fatigués de Museveni.

Pour Kagame, il est encore difficile pour les Rwandais de se soulever et de lutter contre lui car il les a terrorisés depuis 1990 lorsqu’il s’est montré comme un tueur de personnes impitoyable en torturant des enfants, éventrant des femmes enceintes, pendant des hommes, étranglant des vétérans et des personnes âgées. Cela s’est exacerbé lorsqu’il a pris le pouvoir où il a continué à blesser les gens en utilisant des os suspendus partout et des discours qui font sentir aux Rwandais qu’ils ne valent rien, que pour avoir de la valeur, il faut s’agenouiller et l’applaudir. Alors maintenant, les Rwandais dans le pays subissent une grande crise qui a causé une famine généralisée et le plongera constamment dans le stress de la vie sans avoir le temps de réfléchir à la façon de faire face à la tyrannie. Encore une fois, ils disent que si vous ne la mangez pas (la faim), vous ne vous en débarrasserez pas. Vous n’attendez pas d’avoir faim pour travailler et la nourriture vient du travail, c’est-à-dire que nous devrions être pauvres et continuer à lutter contre la tyrannie si nous voulons récupérer.

Qui soutient Kagame ?

Les occidentaux qui ont soutenu le FPR pour prendre le pouvoir en 1994 sont toujours derrière le régime de Kigali tolérant ses violations flagrantes du droit international où il ose agresser ses voisins.

1) Les Britanniques :

L’un des conseillers de Kagame est l’ancien premier ministre britannique, Tony Blair. C’est incroyable de voir un pays comme le Royaume-Uni qui enseigne aux autres le respect des principes de la démocratie et qui se tait alors que des politiciens rwandais sont quotidiennement tués et emprisonnés pour rien. Il est triste et déplorable de voir une personne comme Tony Blair garder le silence alors que le président Rwandais dont il  est consultant et conseiller est impliqué dans d’innombrables rapports accusé de violer la souveraineté d’un autre pays. Se pourrait-il être du fait que le Congo ne parle pas anglais ? La Grande-Bretagne est allée trop loin lorsqu’elle a soutenu l’acceptation du Rwanda dans le Commonwealth des Nations. Cependant, parmi les principes de cette organisation, il y en a un important appelé « Accepter de ne pas être d’accord ». Il est surprenant qu’un pays comme le Rwanda viole ce principe et que personne ne lève le petit doigt. Cela peut être considéré comme si ce que fait Kagame avait été conseillé par Tony Blair. Le fait est que Tony Blair n’a pas dit publiquement qu’il était différent de Kagame !

Le journal The Daily Telegraph est revenu sur l’extrême silence de la nation britannique sur la guerre au Congo. Van Woudenberg, responsable de la recherche à Human Rights Watch dans la région de l’Afrique de l’Est, a déclaré à ce journal qu’il est effrayant de voir comment les hauts politiciens britanniques qui ont des liens avec Kagame se taisent pendant la guerre a été déclenchée par le Rwanda continue de faire rage dans la région, Woudenberg a ajouté que le fait que le Rwanda nie ce dont on l’accuse est sans fondement parce qu’il l’a nié en 1996, il l’a nié en 1998, il l’a nié en 2008 , en 2012 et puis tout s’est avéré faux.

2) Américains

Même si les Américains passent et réprimandent Kagame, ce n’est que théoriquement parce qu’ils ne prennent aucune mesure efficace contre lui. Peu de temps avant qu’Ingabire Victoire ne soit emprisonnée et que son avocat ne soit emprisonné, le président Obama a prononcé un grand discours au Ghana qui avait donné à de nombreux Africains (surtout les jeunes) la confiance que l’Afrique a besoin de structures administratives fortes, qu’elle n’a pas besoin de dirigeants qui deviennent des géants (L’Afrique a besoin d’institutions fortes et non de dirigeants forts).

Kagame faisait partie des interlocuteurs d’Obama. Après que l’avocat d’Ingabire, le professeur Peter Erlinder, a été arrêté par la police de Kagame et emprisonné, les États-Unis ont fait pression sur Kagame jusqu’à ce qu’Erlinder soit libéré. Cependant, aucune pression n’a été exercée sur le dossier d’Ingabire et on sait qu’il ne contient aucune preuve à charge fiable. Il est évident que l’administration Obama ne soutenait pas Kagame, mais n’a pas eu le courage d’exerce une pression sur les politiciens influents soutiennent  Kagame que le courant des dictatures est révolu. Il s’agit notamment de l’ancien président Bill Clinton et le pasteur Rick Warren. Même si ces deux hommes, Clinton et Warren, n’ont rien dit, visiter le Rwanda (maintenant que Warren a obtenu la citoyenneté) signifie prendre le dos de Kagame, et le protéger quand il est là et opprime injustement le peuple du pays. En droit, cela s’appelle de la complicité, par conséquent la peine qui  doit être infligée à Kagame pour tous ses crimes devrait s’étendre à eux aussi.

Les États-Unis d’Amérique ont construit leur ambassade à Kigali à quelques mètres du bureau du président Kagame. Ainsi, il est bien connu que l’intelligence des États-Unis d’Amérique à l’ambassade attire tout ce qui se dit et se fait dans le bureau de Son Excellence Kagame. Dire que les États-Unis d’Amérique ne savaient pas avec certitude que le Rwanda est celui qui a déclenché la guerre au Congo serait une blague noire. Cependant, Kagame est une personne qui veut parfois être indépendante et déteste être utilisée. Cela a poussé les Américains à faire chanter Kagame.

La première menace pour Kagame est le rapport Mapping qui accuse Kagame d’avoir commis un génocide qui a été publié le 1/10/2010, de sorte que Kagame commence à paniquer et réalise ainsi que son sort est entre les mains des Américains. Afin de faire taire ce rapport, Kagame s’est rendu aux États-Unis d’Amérique pour des « négociations » d’où il a pris un second souffle.

La deuxième menace est le cas de Charles Taylor. Dans ce cas, Taylor a été accusé exactement comme ce dont Kagame est accusé. Avant qu’il ne soit lu, la presse a annoncé qu’il devrait être lu par des présidents comme Taylor.

Le journal Daily Telegraph du 13 juillet 2012 rapporte que les États-Unis d’Amérique se sont dits prêts à réduire une partie de l’aide militaire accordée au Rwanda afin d’affaiblir la guerre de Kagame au Congo. Mais si vous regardez attentivement, ce ne sont aussi que des mots. Si c’est vrai, il y aura un « embargo en armes » qui aura son chemin.

Ces menaces ajoutées aux précédentes telles que les mandats d’arrêt des Français et ceux de l’Espagne et les informations détenues par les agences de sécurité des États-Unis d’Amérique concernant l’abattage de l’avion du président Habyarimana, font que Kagame n’est plus une personne libre. Il semble être apparemment  indépendant, mais il est devenu une personne qui a peur parce qu’il sent que sa survie est maintenue grâce aux superpuissances de ce monde. Le parti ou la rhétorique du respect de soi et de l’anticolonialisme qui s’exprimait maintenant se transformait en une revendication de la valeur et du remplacement du colonialisme francophone par l’asservissement anglophone. Par conséquent, un dirigeant qui n’a pas l’indépendance du parlement n’est plus en mesure de gouverner le pays même s’il le prend par la force.

Conclusion

Alors que les dirigeants rwandais du pays admettent en interne avoir envoyé des troupes en RDC pour combattre les FDLR ; tandis que le soi-disant M23 est vraiment connu sous le nom de RDF; alors que nous sommes entourés de parents dont les enfants ont été envoyés à l’est de la RDC sur le champ de bataille et où certains ont commencé à succomber aux balles ennemies là-bas et d’autres grièvement blessés et hospitalisés à l’hôpital de Rubavu ; et à l’hôpital de référence de Musanze car l’hôpital militaire de Kanombe est surchargé de blessés ; Les autorités rwandaises livrent une autre version des faits lorsqu’elles accordent une audience extérieure où elles sont accusées de faire partie du M23 en RDC et refusent tout soutien à ces rebelles qui ne sont que des bataillons des Forces rwandaises de défense. D’ailleurs, tout récemment alors qu’il venait de clôturer la conférence nationale alors qu’il répondait aux questions des journalistes, le chef de l’Etat rwandais a confirmé qu’ils se préparaient depuis longtemps à cette guerre. Est-il concevable de se préparer à une guerre qui ne vous concerne pas ? En droit, sans intérêt, pas d’action. Sur le champ de bataille, on meurt des deux côtés ; les FARDC se font tuer en patriotes car ils défendent leur territoire contre l’agresseur mais pour quelle cause succombent les RDF sur le sol de la RDC ?

therwandan

Lu Pour Vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici