L’américain Bancroft mise sur l’influence du groupe Wagner en RCA

0
253
POLITIQUE RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

L’américain Bancroft mise sur l’influence du groupe Wagner en RCA

Jean Fernand Koena à Bangui
4 janvier 2024

La République centrafricaine (RCA) serait en pourparlers avec la société de sécurité privée américaine Bancroft Global Development, ce qui pourrait remettre en cause l’influence du groupe russe Wagner dans ce pays en proie à un conflit.

La semaine dernière, Albert Yaloke Mokpeme, porte-parole de la présidence centrafricaine, a évoqué les efforts du pays pour diversifier ses relations, sollicitant l’aide de pays comme les États-Unis  et la Russie pour former ses soldats.

« Les Etats-Unis proposent également à la République centrafricaine de former ses soldats, tant sur le sol centrafricain que sur le sol américain », a déclaré Mokpeme.

Bien que les détails des discussions n’aient pas été rendus publics, l’implication potentielle de Bancroft suggère un intérêt américain à contester la domination russe en République centrafricaine (RCA).

Les États-Unis mettent le pied dans un paysage dominé par Wagner

Cela survient alors que le groupe Wagner , un groupe militaire privé russe, est confronté à des troubles internes suite au décès en août 2023 de son fondateur, Eugène Prigojine .

Les analystes estiment que les pays occidentaux y voient une opportunité de combler le vide laissé par la réorganisation wagnérienne , sur laquelle compte le président centrafricain Faustin-Archange Touadera.

Touadera espère « profiter de la réorganisation de Wagner pour affaiblir sa dépendance à l’égard des Russes », a rapporté l’agence de presse AFP, citant une source sécuritaire européenne.

Cependant, Bancroft a nié s’être déployé dans la capitale centrafricaine, Bangui, mais a confirmé que les discussions étaient en cours avec le gouvernement de Touadera.

« À partir de juillet, Bancroft s’est mis d’accord sur un cadre pour discuter d’éventuelles activités futures avec le gouvernement centrafricain. C’est tout », a déclaré mardi une porte-parole de Bancroft dans une déclaration écrite.

Le jeu d’équilibriste du gouvernement centrafricain

Le gouvernement centrafricain semble jouer un délicat exercice d’équilibre. Tout en reconnaissant les discussions avec Bancroft, ils ont également souligné leur coopération continue avec Wagner, soulignant la nécessité d’une « diversification des relations ».

Cette stratégie vise à maintenir des partenariats de sécurité  avec la Russie et les États-Unis, en tirant potentiellement parti de leur rivalité pour conclure des accords favorables.

Cependant, des inquiétudes sont apparues à l’intérieur du pays, notamment à Bangui, où les craintes d’un éventuel affrontement entre les forces russes et américaines sont grandes.

L’avenir du groupe Wagner en RCA après la mort de Prigojine

Le gouvernement centrafricain, à travers Mokpeme, a cherché à apaiser les inquiétudes, en soulignant que la présence de Bancroft était uniquement destinée à la formation des forces armées centrafricaines.

« Dans les discussions qui ont lieu entre la Centrafrique et tous ses partenaires, nous ne voulons pas de cette façon de travailler qui laisse penser que je ne travaille pas avec vous et que je ne travaille pas avec les autres. Non », a expliqué le porte-parole du gouvernement. .

Préoccupations de cohabitation et escalade

Les observateurs ont cependant alerté sur les dangers d’une cohabitation entre forces rivales. Les groupes de la société civile craignent des affrontements, notamment sur le contrôle des ressources minières et le positionnement stratégique.

Le risque de violations des droits de l’homme et d’instabilité accrue constitue également une préoccupation majeure. Karl Blague,  consultant sociologue affilié au G16, une coalition d’organisations de la société civile, se montre pessimiste.

« Il ne peut y avoir de cohabitation entre les Américains et les mercenaires de Wagner, avec tous les abus qu’ils ont commis contre la population centrafricaine et avec toutes les preuves dont nous disposons », a déclaré Blague.

Malgré les déclarations officielles, un responsable anonyme du gouvernement a partagé les sentiments de Blague.

« Oui, les paramilitaires américains sont déjà là. Et c’est une véritable préoccupation », a-t-il déclaré à la DW.

Implications géopolitiques

Sur le plan international, l’engagement de la RCA auprès de Bancroft s’inscrit dans le cadre d’une stratégie plus large visant à réduire la dépendance à l’égard de Wagner, soutenu par la Russie.

Les troupes françaises, déployées en 2013 pour endiguer une guerre civile, se sont retirées en 2016, laissant la RCA faire appel officiellement à Wagner pour l’entraînement des forces armées en 2018.

À mesure que les groupes rebelles avançaient vers la capitale, des agents russes supplémentaires ont été embauchés en 2020. Le responsable anonyme a déclaré que les Russes étaient déjà profondément impliqués, réduisant ainsi le risque d’affrontements.

« Je n’en ai pas encore discuté avec mon collègue des Affaires étrangères », a-t-il déclaré à la DW.

« Mais ce qui me rassure un peu, c’est le fait que les Russes participent au Conseil de sécurité nationale, et que les Américains ne peuvent pas y être à leur insu, et encore moins sans leur consentement. »

La France et l’Union européenne suivent de près la situation. Tout en niant officiellement tout lien avec Bancroft, les États-Unis fournissent probablement un soutien officieux par le biais de leur personnel et de leurs ressources.

« Beaucoup de membres du personnel sont d’anciens militaires américains. Il existe des relations personnelles et des contacts tactiques qui pourraient servir de canaux détournés », a déclaré Colin Clarke du Soufan Center, un groupe de réflexion sur la sécurité basé à New York.

Pendant ce temps, la Russie est déterminée à maintenir son implantation dans le pays, l’influence de Wagner étant toujours significative.

L’instabilité politique ouvre la voie à un avenir incertain

Les pourparlers de Bancroft sont considérés comme faisant partie d’un conflit géopolitique plus large, et le Département d’État américain a affirmé son engagement envers la RCA.

« Les États-Unis restent pleinement attachés au partenariat avec le peuple centrafricain et continueront de travailler en étroite collaboration avec le gouvernement centrafricain pour atteindre les objectifs communs d’une République centrafricaine pacifique et prospère, respectueuse des droits de l’homme et de l’État de loi », a déclaré le Département d’État.

Alors que la République centrafricaine navigue dans cet équilibre géopolitique délicat, la collaboration potentielle avec Bancroft soulève des questions sur l’impact de forces paramilitaires supplémentaires dans une nation déjà en proie au chaos.

Les observateurs attendent de nouveaux développements pour voir comment se déroulera cette improbable cohabitation et si elle apportera la stabilité ou exacerbera davantage les défis auxquels est confrontée la nation centrafricaine.

Mimi Mefo Takambou a contribué à cet article

Edité par : Keith Walker

DW

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici