La mort de la politique africaine de la France

0
126

Derrière la succession incompréhensible d’erreurs de la diplomatie française, se cache, en réalité, une vraie absence de politique africaine. Sur fond marginalisation des diplomates et d’une centralisation des décisions à l’Élysée porteur d’une incertaine idée de l’Afrique.

À Paris on n’a pas perçu l’évolution du contexte africain

À Paris, on n’a pas perçu l’évolution du contexte africain caractérisé désormais par l’émergence de sociétés très actives ; l’arrivée de nouveaux compétiteurs pas les Russes et les Chinois seulement ; une jeunesse connectée aux réseaux sociaux et très exigeante. La diplomatie verticale à force de coups de menton aux dirigeants des ex-colonies, ADN de la politique africaine de Macron et son ancien ministre des Affaires étrangères Jean Yves Le Drian, ne peut pas prospérer dans « cette nouvelle Afrique ».

« Jupiter », sinon personne

Tant le style que le contenu du discours macronien sur l’Afrique et le Sahel ne passent plus à Bamako, Ouagadougou et Niamey. Or, la plupart des décisions françaises sur le Niger, le Mali, le Burkina Faso ont été dictées par l’Elysée, les diplomates français, et leur cheffe Catherine Colonna, n’ont qu’à suivre les desideratas du Château. Ils n’avaient pas la moindre marge de manœuvre face à « Jupiter ».

Il y a, hélas, peu de chance que la France rectifie le tir, tant est ancré ici l’idée que si elle est en mauvaise posture au Sahel, c’est de la faute des « Sahéliens vendus » à la Russie et de la « propagande déloyale » anti-française qui règne dans la région.

À ce prix-là, le retour de la France au Sahel n’est pas pour demain.

Mondafrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici