LA MINUSCA S’ACTIVE POUR LA REUSSITE DES ELECTIONS EN CENTRAFRIQUE 

0
163
Security Council meeting The situation in the Central African Republic Report of the Secretary-General on the Central African Republic (S/2019/498) Mr. Mankeur Ndiaye, Special Representative of the Secretary-General for the Central African Republic and Head ofthe United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic 2. Mr. Matias Bertino Matondo, African Union Special Representative and Head ofthe African Union Office in the Central African Republic 3. Mr. Koen Vervaeke, Managing Director for Africa, European Union External Action Service

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), à travers toutes ses composantes, Police, Militaire et Civile, est à pied d’œuvre pour la réussite des élections présidentielles, législatives et locales prévues fin 2020 et début 2021 dans le pays, a indiqué mercredi à Bangui, le Directeur de la Communication de la Mission, Charles Bambara. Au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la MINUSCA, Charles Bambara a souligné que le leadership de la Mission continue de multiplier des actions afin de garantir le bon déroulement des scrutins.

« Après la réunion ministérielle virtuelle du 1er octobre tenue à New York, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies a rencontré le 2 octobre, les ambassadeurs de la sous-région à Bangui. Ils ont fait le tour d’horizon sur le processus électoral en cours. Le même jour, le Chef de la MINUSCA et les autorités centrafricaines ont signé le plan de sécurisation des élections », a énuméré Charles Bambara, soulignant que ce plan prend en compte trois niveaux : stratégique, opérationnel et local. « Le plan de securisation des élections prend en compte réellement l’ensemble du pays. La MINUSCA, les Forces armées centrafricaines (FACA) et les Forces de sécurité intérieure (FSI)  ont considéré toutes les menaces qui existent dans le pays et vont faire en sorte que les élections puissent se dérouler dans les meilleures conditions possibles ». Charles Bambara a ajouté que sur le terrain, les opérations d’enrôlement sur les listes électorales ont pris fin le 5 octobre dans 14 préfectures et 13 pays où la diaspora centrafricaine est présente, soulignant que « des vols MINUSCA ont acheminé au cours de la semaine dernière à Bangui les formulaires ayant servi à l’inscription des électeurs. »

Le Directeur de la Communication de la MINUSCA a également annoncé la reprise des opérations électorales dans une partie des préfectures de l’Ouham Péndé et la Nana Mambéré, perturbée par les actions du groupe armé 3R, après l’envoi d’une mission gouvernementale dans la zone, avec le soutien de la Mission, tout en annonçant la poursuite de l’opération Ala Londo, mais qui tiendra compte désormais de nouvelles donnes sur le terrain. « La posture de la Force de la MINUSCA va être évolutive par rapport à la posture des 3R sur le terrain, nous allons essayer de contrer cela en essayant de nous adapter, de continuer cette opération qui pourrait prendre d’autres formes. Nous avons une mission, et nous allons dans la mesure du possible, en collaboration avec les FACA et les Forces de sécurité intérieure centrafricaine sur te terrain,  faire en sorte que l’enrôlement des électeurs puisse avoir lieu partout, et que les élections puissent se tenir dans les meilleures conditions », a déclaré Charles Bambara.

Sur la situation des Droits de l’Homme, Charles Bambara a souligné que la Mission a documenté huit incidents ayant affecté dix-huit victimes, principalement dans les préfectures du Haut-Mbomou et de l’Ouham Pendé, causés par les groupes armés. Il a également fait part de sept violations graves des droits des enfants qui ont directement affecté trois garçons, qui ont été enlevés par le LRA dans la Préfecture de Haut-Mbomou. « En outre, deux écoles ont été attaquées par les éléments 3R dans la Préfecture de Nana-Mambéré et une autre occupée par le groupe UPC dans l’Ouham », a-t-il dit.

De son côté, le porte-parole de la Force, Commandant Issoufou Aboubacar Tawaye a souligné que les Casques bleus continuent d’intensifier les patrouilles offensives, de jour comme de nuit, afin d’écarter toute menace contre la population civile et favoriser la poursuite des opérations électorales. Au centre du pays, 1045 patrouilles ont été effectuées dans le cadre des opérations « I ga na Siriri », à Ndélé, et « Toumbalo Mbana », dans la région de Grimari. « Grâce à ces opérations, le centre connait aujourd’hui une accalmie. La population est apaisée », a-t-il déclaré, précisant que 2646 patrouilles ont été effectuées sur l’ensemble du territoire centrafricain, afin d’assurer la protection des populations et de leurs biens. En outres, dit-il, « 100.000 litres d’eau potable ont été distribués la semaine dernière, à Bangui, dans les camps des personnes déplacées internes et dans les écoles de police et de gendarmerie, soit 5.935 bénéficiaires au total ».

Pour sa part, le porte-parole de la Police, le Capitaine Mazalo Agba a souligné que la semaine écroulée a été marqué par d’importantes rencontres dans le cadre des préparatifs pour la sécurisation des prochaines échéances électorales. Elle a énuméré la réunion le 30 Septembre, du Groupe de Travail sur les Elections sur les sujets entre autres, de la mise à jour des cartes FSI, UNPOL et FACA. « Le 3 Octobre, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Intégré de Sécurisation des Elections, le chef de la composante police de la MINUSCA, le Général de Division Pascal Champion, a pris part au 3ème séminaire tripartite UNPOL-FSI présidé par les directeurs généraux de la police et de la gendarmerie centrafricaine, sur la préparation opérationnelle des FSI et du soutien de la composante police et des partenaires techniques et financiers », a-t-elle ajouté. En outre des rencontres sur les élections, elle a également souligné la réunion, le 1er octobre, du Comité Technique Mixte de Recrutement. « L’objectif de cette rencontre était la préparation des prochaines visites médicales, l’acquisition des matériels, la mise en place des équipes de travail paramédicales qui devront être assistées des unités de Police Constituées de la MINUSCA et la mise à jour des installations en tenant compte du contexte Covid », a-t-elle souligné.

Minusca

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here