« La guerre est terminée – la Russie a gagné »

0
299

« La guerre est terminée – la Russie a gagné »

Seymour Hersh affirme que l' »effort de guerre » de l’Ukraine n’est que « mensonges »

Le célèbre journaliste d’investigation Seymour Hersh a affirmé que l’effort de guerre mené par les États-Unis en Ukraine n’était que « mensonges » et selon lui, la guerre est déjà « terminée » et « la Russie a gagné ». Le journaliste chevronné affirme que la CIA et le MI-6 ont mené une « opération secrète de désinformation » pour convaincre le public de continuer à financer « la guerre ».

Le public a été trompé

Il affirme que les agences de renseignement américaines et britanniques ont trompé le public sur l’état désastreux de l’effort de guerre. « La guerre est terminée. La Russie a gagné », aurait déclaré à Hersh un haut responsable des services de renseignement américains. « Il n’y a plus d’offensive ukrainienne, mais la Maison Blanche et les médias américains doivent maintenir le mensonge. »

L’armée Ukrainienne prête à se révolter pour ne plus mourir

« La vérité est que si l’armée ukrainienne reçoit l’ordre de poursuivre l’offensive, elle se révoltera. » « Les soldats ne sont plus prêts à mourir, mais cela ne correspond pas au mensonge dont la Maison Blanche de Biden est l’auteur. » À l’approche du premier anniversaire de la destruction du gazoduc Nord Stream, mardi prochain, Hersh a promis de nouvelles révélations.

Le sabotage du gazoduc contre l’Allemagne

Son rapport cinglant du 8 février accusait l’administration Biden d’avoir commis le plus grand acte de sabotage industriel depuis la Seconde Guerre mondiale – contre un allié, l’Allemagne – en détruisant le gazoduc.

La Maison Blanche se moque du devenir de l’Ukraine

Alors que Volodymyr Zelensky fait le tour des Nations unies et de Washington, Hersh écrit que sa source de renseignements lui a dit que « la guerre continue … parce que Zelensky insiste sur le fait qu’elle doit continuer ». « Il n’y a aucune discussion dans son quartier général ou à la Maison Blanche de Biden sur un cessez-le-feu et aucun intérêt pour des pourparlers qui pourraient conduire à la fin du massacre », a déclaré Hersh.

Hersh a répondu aux allégations ukrainiennes concernant la lenteur des progrès réalisés dans le cadre d’une offensive qui a fait, selon les estimations, 75 000 victimes. Selon Hersh, le fonctionnaire lui a dit que « ce ne sont que des mensonges ».

Discréditer Poutine

La CIA et les services de renseignement britanniques ont mené une « opération secrète de désinformation » visant à discréditer Poutine, a écrit Hersh. Cette campagne a conduit « les principaux médias ici et à Londres à rapporter que le président russe souffrait de diverses maladies, notamment de troubles sanguins et d’un grave cancer ». Au cours de la très attendue offensive ukrainienne du printemps, « il y a eu quelques pénétrations précoces » de la « ligne Maginot » lourdement fortifiée des Russes, a déclaré la source à Hersh.

Le piège des « reculs » russes

« Les Russes ont battu en retraite pour les aspirer. Et ils ont tous été tués », a-t-il ajouté.« Après des semaines de pertes élevées et de peu de progrès, ainsi que des pertes terribles de chars et de véhicules blindés », a déclaré la source. « Des éléments majeurs de l’armée ukrainienne, sans le déclarer, ont pratiquement annulé l’offensive », rapporte Hersh. Les deux villages dont l’armée ukrainienne a récemment revendiqué la capture sont si petits qu’ils pourraient tenir entre deux panneaux « Burma-Shave » », a déclaré la source.

Les désaccords aux USA

L’hostilité des néo-conservateurs Biden-Obama à l’égard de la Russie a provoqué « une scission importante au sein de la communauté du renseignement », écrit Hersh. Il cite un « désaccord de longue date entre la CIA et d’autres éléments de la communauté du renseignement sur le pronostic de la guerre actuelle en Ukraine ». La CIA s’est montrée « beaucoup plus sceptique que ses homologues de la Defense Intelligence Agency (DIA) sur la perspective d’un succès en Ukraine », note Hersh. Il ajoute que les médias américains n’en ont pas tenu compte.

S’exprimant à l’ONU cette semaine, le président démocrate Joe Biden a ignoré l’échec désastreux de l’offensive ukrainienne, qui a coûté des milliards de dollars. Zelensky, quant à lui, a refusé d’envisager des négociations de paix et a continué à réclamer davantage d’argent et d’armes.

Dans une interview accordée à The Economist , Zelensky a proféré une menace voilée à l’encontre des pays européens qui avaient accueilli des millions de réfugiés ukrainiens, selon Hersh. Les réfugiés « se sont bien comportés […] et sont reconnaissants », mais il n’y a « aucun moyen de prédire comment ils réagiraient à l’abandon de leur pays », a déclaré Hersh. « Il s’agissait ni plus ni moins d’une menace d’insurrection interne », a écrit Hersh.

Traduction de Slay News par Aube Digitale

Lu Pour Vous

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici