Kaga – Bandoro : le QG des forces onusiennes attaqué par des éléments de la Séléka de Mahamat Al – Katim !

0
21

Selon des informations dignes de foi en notre possession au moment où ces lignes sont en train d’être tracées, le quartier général des forces onusiennes basées à Kaga – bandoro, chef – lieu de la Nana – Gribizi, située à plus de 300 Km de Bangui vers le centre, serait depuis samedi soir lourdement attaqué. Les assaillants seraient les éléments du mercenaire tchadien naturalisé centrafricain, Mahamat Al – Katim, président autoproclamé du Mouvement du Peuple Centrafricain MPC et « gouverneur de la région ».

 La raison ? Ils seraient d’abord venus, assis derrière 5 motos directement à ce QG réclamer la restitution de l’arme d’un des leurs abattu par des antibalaka,  suite à un acte de braquage avéré dans un village sur l’axe Nana – Outa. Mis en débandade et ayant été obligés de laisser tomber leurs motos, ils seraient alors revenus en surnombre et bien équipés pour découdre avec les forces onusiennes.

 Quelle réaction de la part de la Minusca ? Selon ces sources, les éléments de la Séléka auraient passé sans être inquiétés la barrière sise juste à l’entrée du pont et tenue par le contingent pakistanais, pour se diriger ensuite vers le QG de la Minusca où sont basées des forces burundaises ; ce que friserait une certaine passivité du côté des forces pakistanaises et tendrait à soutenir la thèse selon laquelle certaines des forces onusiennes auraient des accointances avec ces bandes armées et du coup elles ne sont pas là pour défendre la population mais pour se défendre au cas où elles seraient attaquées.  

 Bilan ? On aurait déjà dénombré plusieurs cas de pertes en vies humaines au sein de la population civile, des pillages systématiques des biens, des incendies des maisons d’habitations, etc. Evidemment, la population se serait ruée à nouveau vers le site des déplacés à l’évêché et la brousse.

 Ainsi donc, après Bria, Bangassou, Alindao, Mobaye, Bakouma, Mingala, Zémio et Obo, c’est la ville de Kaga – Bandoro qui sombre à nouveau dans des violences. Sans risque de se tromper, les combattants de la liberté et de la démocratie ne peuvent qu’affirmer que le plan de la partition de la République se met en place et la République du Logone se dessine sous les yeux du président Touadéra, l’apôtre de la paix, visiblement très dépassé par les évènements.

 Jean – Paul Naïba

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here