Journée de la démocratie : renforcer les moyens d’action des jeunes

0
81

A l’occasion de la journée internationale de la démocratie, le 15 septembre 2023, gros plan sur les engagements et les actions de l’OIF pour contribuer au « renforcement des moyens d’action de la prochaine génération », thème de cette journée.

La démocratie ne peut être pleinement réalisée que lorsque toutes les voix sont entendues, et notamment les voix des jeunes qui apportent de nouvelles perspectives sur les enjeux actuels et futurs. Leurs préoccupations sur des problématiques telles que la transparence des processus démocratiques, les ruptures de l’ordre constitutionnel, ou encore les changements climatiques et les inégalités sociales, sont à prendre en compte pour façonner un avenir plus juste et durable.

L’engagement des nouvelles générations est également un catalyseur pour le renforcement de la démocratie. En influençant les décisions politiques et en mobilisant leurs pairs, les jeunes contribuent à l’émergence d’un système politique inclusif donc plus représentatif et davantage respectueux des droits fondamentaux.

Soutenir la participation des jeunes à la vie démocratique

Consciente de ces enjeux, l’OIF encourage et soutient les nouvelles générations francophones à participer activement à la vie démocratique en tant qu’acteurs engagés, responsables et innovants. Ce soutien se traduit notamment par la création de nouveaux espaces de collaboration et de solidarité entre ressortissants des Etats et des gouvernements membres de l’OIF. Ainsi, du 11 au 15 septembre 2023, l’OIF a organisé, en collaboration avec le Département fédéral des Affaires étrangères de la Suisse, une session d’échange d’expériences sur la participation des femmes et des jeunes dans la vie politique. Etaient présents des experts ainsi que des leaders politiques et d’organisations de la société civile de Côte d’Ivoire, du Gabon, du Liban, de Madagascar, du Tchad et de la Tunisie. Lien vers la brève : Des jeunes de l’espace francophone en visite d’échange en Suisse autour du thème au cœur de l’action politique de l’OIF : la participation des femmes et des jeunes à la vie politique

Dans son 9e rapport sur l’état de la démocratie, des droits et des libertés dans l’espace francophone, publié en novembre 2022, l’OIF invite ses États membres et les organisations de la société civile à prendre des mesures concrètes en faveur de la représentativité des jeunes et des femmes dans les processus démocratiques et de transition politique, à travers notamment le renforcement de capacités et la mise en œuvre de politiques de quotas.

La technologie constitue un autre moyen puissant pour connecter la jeunesse francophone et lui permettre, le cas échéant, de s’engager au-delà des frontières nationales. L’OIF favorise à cet égard l’apprentissage interculturel, le partage d’expériences et la création de réseaux riches de la diversité culturelle et géographique qui caractérise l’espace francophone. C’est dans cet objectif que s’est inscrite la première édition du Diplôme d’Université (DU) « Démocratie, État de droit, engagement politique et citoyen dans l’espace francophone », dispensé de novembre 2022 à mars 2023 sur la plateforme numérique d’apprentissage de l’Université Senghor, opérateur direct de la Francophonie. Cette première formation universitaire soutenue par l’OIF dans le domaine de la démocratie et de l’Etat de droit est le fruit d’une collaboration étroite avec écoles politiques et citoyennes de Tunis et de Rabat. L’OIF continuera de soutenir cette dynamique favorable à l’enrichissement mutuel des jeunes et au développement de la coopération entre écoles politiques francophones. Un Cours en ligne ouvert et massif (CLOM) « Démocratie, citoyenneté et Etat de droit » sera ainsi dispensé à partir du premier semestre 2024 au profit d’un public plus large de bénéficiaires issus de l’espace francophone.

 

Renforcer la résilience des plus jeunes face aux désordres de l’information

Si les réseaux sociaux et les plateformes numériques offrent à la jeunesse une tribune sans précédent pour renforcer leurs capacités, exprimer leurs opinions, mobiliser des soutiens et initier des changements, il ne faut pas nier la part plus sombre que ces technologies ont révélé. Les menaces qu’elles font peser sur les démocraties sont devenues très préoccupantes et s’intensifient avec les progrès de l’intelligence artificielle générative. Les réseaux sociaux et les plateformes numériques ont favorisé la propagation de manipulations de l’information et de discours de haine, qui sapent la confiance des populations dans les institutions et les médias, entament la cohésion sociale et nuisent au bien-être des populations et au respect des droits fondamentaux.

La jeunesse est aujourd’hui très connectée et donc concernée par cet enjeu. La consultation de la jeunesse francophone réalisée par l’OIF en 2020 a montré la forte préoccupation des jeunes sur la liberté des médias et la lutte contre la désinformation. En tant qu’usagers de ces technologies, ils sont particulièrement exposés aux risques des désordres de l’information.

Dans le même temps, la jeunesse constitue un levier sur lequel il est crucial et urgent de s’appuyer pour lutter contre ces phénomènes. Dans le rapport sur les politiques publiques de lutte contre la désinformation dans l’espace francophone publié par l’OIF en 2022, la nécessité de renforcer l’éducation aux médias et à l’information pour renforcer l’esprit critique des plus jeunes ressort tout particulièrement, ainsi que le besoin de développer leurs capacités à (inter)agir en tant que citoyens numériques éclairés.

Renforcer la résilience des populations francophones et particulièrement des plus jeunes face aux désordres de l’information est l’objectif poursuivi par le projet phare de l’OIF sur la lutte contre la désinformation. L’éducation aux médias et à l’information est l’un de ses axes d’intervention, avec notamment le développement d’un CLOM qui a mobilisé près de 1 500 francophones en 2021 et 2022.

Mais l’éducation ne suffit pas. A côté des enjeux de régulation nécessaires à apporter pour encadrer les plateformes numériques, identifier et répliquer aux infox est essentiel pour garantir l’intégrité et la fiabilité de l’intégrité de l’information accessible aux populations. L’OIF a ainsi mis en place une plateforme francophone des initiatives de lutte contre la désinformation qui rassemble et valorise près de 100 initiatives en grande partie de vérification des faits. La majorité de ces initiatives est portée par des jeunes de moins de 35 ans. L’Organisation a également soutenu des jumelages entre ces initiatives pour renforcer la solidarité francophone et le partage des compétences entre les jeunes porteurs de ces initiatives sur les 5 continents. En deux ans, ces partenariats ont mobilisé près de 40 initiatives dans 15 pays francophones, produit 400 contenus de lutte contre la désinformation, formé plus de 500 acteurs directs et sensibilisé 4 000 acteurs indirects, dont une majorité de jeunes.

Le chemin vers un espace numérique sain et préservé des manipulations de l’information est encore long et difficile, mais ces exemples d’actions portées par l’OIF nous encouragent à croire et à nous appuyer sur la jeunesse francophone pour renforcer la démocratie partout dans le monde.

(Photo : UN PhotoNektarios Markogiannis DR)

https://www.francophonie.org/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici