INTERDICTION DES TELEPHONES PORTABLES DANS LES BUREAUX DE VOTE : Une mesure salutaire mais…

0
29

INTERDICTION DES TELEPHONES PORTABLES DANS LES BUREAUX DE VOTE

Une mesure salutaire mais…

« L’usage des téléphones portables et appareils assimilés, est interdit dans les bureaux de vote, notamment dans les isoloirs ». Ce communiqué est du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newton Ahmed Barry, qui a été rendu public, en fin de semaine dernière. Personnellement, j’ai applaudi à tout rompre quand j’ai entendu cela. En fait, j’ai compris que le souci qui anime les premiers responsables de la CENI, c’est d’empêcher autant que faire se peut, la corruption électorale. Car, c’est connu de tous que certains candidats demandent parfois aux électeurs d’apporter la preuve qu’ils ont voté pour eux contre quelques billets de banque. C’est ce qui explique que certains électeurs, une fois dans l’isoloir, prennent le soin de faire une capture d’écran de leur vote qu’ils vont montrer à leur (s) candidat(s). La pratique n’est pas nouvelle. Elle est connue de tous depuis que les nouveaux outils de communication sont entrés dans nos habitudes. Voyez-vous ? Même dans l’isoloir, l’électeur n’est pas libre. Son choix est téléguidé si bien qu’il se voit obligé d’en apporter la preuve à son candidat. Ce qui  ne paraît pas normal. Car, le vote, comme on le sait, doit être secret. Ce n’est pas pour rien qu’en plus des bureaux de vote, il y a des isoloirs. C’est pour permettre à l’électeur de faire son choix en âme et conscience. C’est en cela que je soutiens personnellement la décision prise par le président de la CENI. Elle est salutaire à plus d’un titre, tant elle dérange certains hommes politiques qui ne jurent que par la corruption électorale. Cela dit, j’ai de sérieuses appréhensions. La première, c’est que le communiqué ne me paraît pas assez clair si bien que je ne sais pas si les membres du bureau et les représentants des différents partis en lice, sont autorisés à entrer dans les bureaux de vote avec leurs téléphones portables et autres.

 

Je souhaite que la CENI soit plus claire pour une bonne conduite des opérations électorales

 

Car, j’ai bien peur qu’en élargissant la mesure à tout ce beau monde, certains leaders politiques n’y voient le diable. En effet, d’aucuns peuvent y voir une manière d’empêcher la remontée en temps réel de l’information. Toute chose qui peut nourrir des suspicions dans un contexte où la méfiance a pris des proportions inquiétantes. En tout cas, si l’usage du téléphone portable et assimilés dans l’isoloir peut poser problème, l’interdiction de leur utilisation dans l’ensemble des bureaux de vote, peut provoquer des grincements de dents. Je souhaite donc que la CENI soit plus claire pour une bonne conduite des opérations électorales. Il n’est toujours pas tard pour le faire. L’autre appréhension liée à la décision de la CENI, c’est son caractère légal. Je ne suis pas juriste mais j’ai entendu plusieurs personnes avisées dire qu’elle ne repose sur aucune base légale. Elles entendent même attaquer cette décision auprès du tribunal administratif. Car, pour ces gens-là, aucune disposition du Code électoral n’interdit l’utilisation du téléphone portable dans les bureaux de vote voire dans l’isoloir. Il y a donc problème. C’est pourquoi je suis pressé de connaître l’issue de ce bras de fer judiciaire pour savoir sur quel pied danser. Personne n’étant au-dessus de la loi, je souhaite que les uns et les autres se soumettent à la décision du juge administratif. Même moi qui avais applaudi à tout rompre, je n’aurai d’autre choix que de m’y soumettre si la décision du juge va à l’encontre de mes desiderata. « La loi est dure mais c’est la loi », dit-on.

 « Le Fou »

Le Pays

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here