INHUMATION DE PATRICE LUMUMBA SUR FOND DU 61ème ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE  DE LA RDC : Une entrée au panthéon aux allures d’une revanche d’outre-tombe

0
78

INHUMATION DE PATRICE LUMUMBA SUR FOND DU 61ème ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE  DE LA RDC : Une entrée au panthéon aux allures d’une revanche d’outre-tombe

Pour marquer du sceau indélébile de l’histoire, la commémoration du 61ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale, la République démocratique du Congo (RDC) a clos en apothéose, le 30 juin 2022,  les 10 jours de funérailles du père, héros et martyr de son indépendance, Patrice Lumumba, dont les restes reposent désormais dans un mausolée, juste à côté d’un grand monument édifié à  sa mémoire.  Poussant très fort le symbolisme, les autorités congolaises ont inscrit le tout premier Premier ministre dans le panthéon, le jour anniversaire de son célèbre discours dont les échos continuent de parvenir aux oreilles de nombreux Africains à travers les livres d’histoire. Morceaux choisis de ce discours prononcé le 30 juin 1960 à Léopoldville : « A vous tous, mes amis qui avez lutté sans relâche à nos côtés, je vous demande de faire de ce 30 juin 1960, une date illustre que vous garderez ineffaçablement gravée dans vos cœurs, une date dont vous enseignerez avec fierté la signification à vos enfants, pour que ceux-ci, à leur tour, fassent connaître à leurs fils et à leurs petits-fils, l’histoire glorieuse de notre lutte pour la liberté. Car, cette indépendance du Congo, si elle est proclamée aujourd’hui dans l’entente avec la Belgique, pays ami avec qui nous traitons d’égal à égal, nul Congolais digne de ce nom ne pourra jamais oublier cependant que c’est par la lutte qu’elle a été conquise, une lutte de tous les jours, une lutte ardente et idéaliste, une lutte dans laquelle nous n’avons ménagé ni nos forces, ni nos privations, ni nos souffrances, ni notre sang ». 

Le combat de Patrice Lumumba est toujours d’actualité pour toute l’Afrique

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce retour de Patrice Lumumba dans les grâces du peuple congolais, est une revanche d’outre-tombe de celui qui a été victime d’une conjuration internationale qui a eu raison de lui du fait même de son attachement à l’indépendance et à la dignité de son pays. Comme d’autres héros de l’indépendance sur le continent africain, l’histoire lui a donné raison, comme il l’avait d’ailleurs lui-même prédit dans sa dernière lettre à son épouse.  « L’histoire dira un jour son mot, mais ce ne sera pas l’histoire qu’on enseignera à Bruxelles, Washington, Paris ou aux Nations unies, mais celle qu’on enseignera dans les pays affranchis du colonialisme et de ses fantoches. L’Afrique écrira sa propre histoire et elle sera au Nord et au Sud du Sahara, une histoire de gloire et de dignité… » On peut donc tresser des lauriers au gouvernement et au peuple congolais pour avoir inscrit en lettres d’or une histoire qui s’est écrite en lettres de sang. Toutefois, le tout n’est pas de saluer la mémoire de Patrice Lumumba et de lui rendre hommage. Il faut surtout poursuivre son combat en s’inspirant de son martyr pour la cause du peuple congolais. On le sait, en effet, le Premier ministre de l’indépendance rêvait d’un Congo totalement libre et au futur radieux. « Je veux qu’on dise que l’avenir du Congo est beau et qu’il attend d’eux, comme il attend de chaque Congolais, d’accomplir la tâche sacrée de la reconstruction de notre indépendance et de notre souveraineté, car sans dignité il n’y a pas de liberté, sans justice il n’y a pas de dignité, et sans indépendance il n’y a pas d’hommes libres. » Et sur ce chantier, la tâche est encore immense. En effet, la RDC, malgré ses immenses richesses en ressources naturelles, est encore loin du jardin d’Eden dont rêvait Patrice Lumumba. Alors que l’Est de son territoire est sous menace permanente des groupes armés qui, avec le soutien supposé ou avéré de certains de ses voisins, ont transformé la région en une vallée de pleurs et de larmes, la majorité de la population congolaise semble prise dans les rets de la malédiction minière, croulant sous le joug de la misère. Et c’est précisément sur ce terrain de la paix et de la lutte pour plus de dignité que sont attendus tous les Congolais et particulièrement Félix Tshisekedi qui hérite du flambeau du combat mené par Lumumba. Car, faut-il le rappeler, l’on ne pleure pas un héros mort au combat. On reprend son flambeau et on poursuit la lutte. Mais au-delà de la RDC, le combat de Patrice Lumumba est toujours d’actualité pour toute l’Afrique qui, tout en sécrétant les discours souverainistes face aux forces étrangères qui campent sur son sol, reste incapable d’assumer les conditions même de son existence.

SAHO

Le Pays

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here