GUILLAUME SORO S’ATTAQUE À LA CEDEAO ET APPELLE À L’INSURRECTION

0
176

Condamné en Côte d’Ivoire et exclu des listes électorales, l’ancien président de l’Assemblée nationale et ex-Premier ministre d’Alassane Ouattara, Guillaume Sorro, n’a toujours pas jeté l’éponge et fait feu de tout bois. Sur sa page Facebook, il a partagé un article qui fustige la CEDEAO,  l’Union Africaine et la communauté internationale, et soutient les militaires putschistes au Mali. Le post appelle clairement à l’insurrection en Côte d’Ivoire pour renverser Alassane Ouattara qui, selon lui, vient de violer la Constitution pour briguer un troisième mandat. Voici l’intégralité du billet d’humeur partagé l’ancien chef rebelle des Forces Nouvelles:

“Chers amis,
Je veux analyser avec vous les enjeux de ce qui se passe actuellement au Mali, de ce qui couve chez nous en Côte d’Ivoire, prêt à s’enflammer et qui essaime un peu partout en Afrique. Il s’agit de la révolte des peuples longtemps opprimés, qui ont soif de dignité, de liberté et veulent assumer leur destin.

Les dirigeants africains devraient le comprendre et savoir que normalement, ils sont élus pour assurer le bien-être et le bonheur de leurs peuples. Lorsqu’ils manquent à leurs devoirs à l’égard de leurs peuples, ceux-ci ont le droit de leur retirer leur confiance par la voie légitime d’une insurrection populaire, ce qui est prévu dans toutes les Constitutions des pays du monde, que ce soit dans notre pays, la Côte d’Ivoire, ou au Mali ou encore dans n’importe quel autre pays Africain ou Européen.

Les organisations Africaines qui sont censées être les émanations de nos peuples et par prolongation les organisations internationales devraient garantir le bon fonctionnement des institutions et se ranger du côté des peuples pour défendre ses libertés lorsque celles-ci sont bafouées !

Lorsque des manifestants ivoiriens aux mains nues sont tombés sous les machettes assassines de la milice appelée « Microbes » de M. Alassane Dramane Ouattara, qu’ont dit la CEDEAO et l’UA ? Quand le régime de Monsieur Alassane Dramane Ouattara a décidé unilatéralement qu’elle ne reconnaissait plus la compétence de la CADHP dans l’affaire de Monsieur Guillaume Kigbafori Soro et ses Proches, qu’ont dit la CEDEAO ou l’ONU ? Quand les manifestants maliens aux mains nues sont tombés sous les balles assassines de M. IBK, qu’ont dit la CEDEAO, l’UA et l’ONU ? Quand Monsieur Alassane Ouattara viole la Constitution pour vouloir briguer un 3ième mandat illégal et inconstitutionnel, en se faisant investir à grands frais de l’État ivoirien, que disent l’UA et l’ONU ? Qui parmi ces organisations lui reproche ce coup d’État constitutionnel, lui qui prétend connaître la Constitution mieux que quiconque ? Comment une personne fût-elle Président de la république qui n’a aucun respect pour les règles de droit, ni pour les institutions qui l’incarnent peut-elle appeler à une concertation sur la situation d’un pays, jusqu’à aller y donner des leçons pour rétablir un soi-disant ordre constitutionnel alors qu’elle-même n’est pas un exemple ? Quelle outrecuidance ! « Avant de regarder la paille dans l’œil du voisin, mieux vaut enlever la poutre qui est dans le vôtre » !

Pourquoi un tel silence de la CEDEAO, de l’UA, de l’ONU ?

Les peuples souverains ont le droit et leur mot à dire dans la gouvernance de leur pays et peuvent se lever si tel est leur souhait, pour dire NON à la dictature!

Bravo au peuple malien dans toutes ses composantes qui dans une insurrection populaire, vient de se libérer du joug du Président IBK et de son clan ! Toutes les organisations, de la CEDEAO, en passant par l’UA et les autres qui imposent son diktat au Mali nous montrent clairement qu’ils n’en ont rien à faire des aspirations et du bonheur légitime des peuples Africains qu’ils veulent plutôt voir enchaîner comme des esclaves !

C’est une forme de lutte des classes, parce qu’en vérité, ces organisations ne servent qu’à protéger les Chefs d’État et sont totalement déconnectées des peuples qu’elles prétendent pourtant servir. Ces organisations, comme la CEDEAO, ne se sentent concernées que lorsque les privilèges des Chefs d’État sont menacés. Lorsque le peuple est massacré, ces organisations se taisent dans un silence assourdissant, laissant seules aux organisations de défense des droits de l’homme, la responsabilité de le défendre.

On pourrait rire de ce cynisme, si des vies n’étaient pas en jeu !
Il est temps pour nous Peuple Africain de prendre notre destin en main et de briser toutes ses chaînes !
Je soutiens la révolution du Peuple Souverain du Mali !
Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire !
Que Dieu bénisse le Mali !
Que Dieu bénisse le Continent Africain !
#NonAu3eMandat
#Me_ABL”

Source : https://www.coupsfrancs.com/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here