Guerre en Ukraine : selon les États-Unis, le groupe paramilitaire russe Wagner a reçu des armes de la Corée du Nord

0
79

Guerre en Ukraine : selon les États-Unis, le groupe paramilitaire russe Wagner a reçu des armes de la Corée du Nord

  • Le groupe paramilitaire russe jouerait un rôle majeur dans l'offensive menée à Bakhmout
    Le groupe paramilitaire russe jouerait un rôle majeur dans l’offensive menée à Bakhmout MAXPPP – Nicolas Cleuet / Le Pictorium
Publié le , mis à jour

La Maison blanche a déclaré jeudi que le groupe paramilitaire russe Wagner avait reçu une première livraison d’armes en provenance de Corée du Nord afin de soutenir les troupes russes dans leur offensive en Ukraine, tandis que le Kremlin a dénoncé la livraison à Kyiv par les Etats-Unis d’un système de missiles de défense antiaérienne Patriot.

Pas assez d’armes au point de devoir se fournir ailleur ? Selon Washington, Wagner se ferait livrer des armes de Corée du Nord. Un responsable américain, s’exprimant sous couvert d’anonymat, avait dit voir dans cette démarche le rôle croissant du groupe Wagner dans ce que la Russie présente comme une « opération militaire spéciale » en Ukraine.

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison blanche a confirmé qu’une première livraison d’armes avait été effectuée par la Corée du Nord au groupe Wagner, la dénonçant comme une violation des sanctions internationales visant Pyongyang.

Nouvelles sanctions

Washington s’inquiète que la Corée du Nord prépare des livraisons d’armes supplémentaires au groupe paramilitaire russe, a ajouté John Kirby lors d’un point de presse. De nouvelles sanctions américaines seront annoncées contre le groupe Wagner et son réseau, a-t-il dit.

Le patron du groupe Wagner a qualifié les déclarations américaines de « ragot« . « Tout le monde sait que la Corée du Nord n’a pas fourni depuis longtemps des armes à la Russie. Et aucune démarche de ce type n’a été effectuée », a dit Yevgeny Prigozhin dans un communiqué.

Il n’y a eu aucune transaction d’armes avec la Russie, a démenti pour sa part le ministère nord-coréen des Affaires étrangères, cité par l’agence de presse officielle KCNA, qualifiant d' »absurdes » les éléments rapportés notamment par la presse japonaise.

Impact limité

Au regard des informations dont ils disposent, les Etats-Unis estiment que la quantité d’armes livrée par Pyongyang n’aura qu’un impact limité sur la dynamique du conflit en Ukraine, a dit à Reuters le responsable américain.

« Le mois dernier, la Corée du Nord a livré des roquettes d’infanterie et des missiles en Russie à destination de Wagner », a-t-il indiqué.

Les Etats-Unis estiment à quelque 50 000 le nombre de mercenaires de Wagner déployés en Ukraine, a fait savoir ce représentant, et le groupe paramilitaire russe jouerait un rôle majeur dans l’offensive menée à Bakhmout

Mettre fin à ma guerre

Le président russe Vladimir Poutine a par ailleurs déclaré jeudi vouloir la fin de la guerre avec l’Ukraine, estimant que l’épilogue de tout conflit passait par des négociations.

Ces déclarations interviennent au lendemain de la visite de Volodimir Zelensky à la Maison blanche. Le président ukrainien, qui effectuait là son premier déplacement à l’étranger depuis le début la guerre, s’est entretenu avec son homologue américain Joe Biden, qui a mis en exergue la solidarité des Etats-Unis.

La Russie répète être disposée au dialogue mais l’Ukraine et ses alliés y voient une tactique destinée à gagner du temps après une série de revers des troupes russes depuis le début de leur offensive, le 24 février dernier.

Moscou assure que Kyiv refuse toute négociation, alors que l’Ukraine a fixé comme condition préalable la restitution des territoires occupés par la Russie.

« Nous ne voulons pas alimenter le conflit militaire mais, au contraire, mettre fin à cette guerre », a dit Vladimir Poutine devant des journalistes. « Nous nous évertuons à cela, et le plus tôt sera le mieux. »

Un antidote au missile Patriot

« Tous les conflits armés finissent d’une manière ou d’une autre par une forme de négociations sur la voie diplomatique », a ajouté le président russe. « A un moment donné, toutes les parties prenantes à un conflit entre Etats s’assoient et scellent un accord. Plus tôt ceux qui s’opposent à nous s’en rendront compte, mieux ce sera. »

Vladimir Poutine a dit en outre interpréter la décision des Etats-Unis de livrer un système Patriot à l’Ukraine comme une manière de prolonger le conflit. Il s’est montré optimiste dans la capacité de la Russie à contrer ce système.

Un « antidote sera toujours trouvé », a assuré le président russe, décrivant le système américain comme « désuet » et pas aussi performant que le système russe S-300.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole du Kremlin a déclaré que la livraison du système Patriot ne contribuerait pas à régler le conflit et n’empêcherait pas la Russie d’atteindre ses objectifs.

Au cours d’une conférence téléphonique avec des journalistes, Dmitri Peskov a estimé aussi qu’il n’y avait eu aucun appel à la paix ni aucun signe de volonté « d’écouter les préoccupations de la Russie » lors de la visite de Volodimir Zelensky à Washington, ce qui prouverait selon lui que les Etats-Unis mènent indirectement une guerre avec la Russie en se servant des Ukrainiens.

Considéré comme l’un des dispositifs américains de défense les plus perfectionnés, le Patriot est capable d’intercepter des avions et des missiles balistiques, notamment. Plusieurs mois devraient être nécessaires avant son déploiement, le temps de former les troupes ukrainiennes à son utilisation.

Moscou a déclaré qu’une fois en place, les systèmes Patriot constitueront une cible légitime pour les frappes russes.

midi libre avec Reuters

Lu Pour Vous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here