GOUVERNEMENT KYELEM I : Un léger dégraissage pour pouvoir aller vite au charbon

0
78
GOUVERNEMENT KYELEM I : Un léger dégraissage pour pouvoir aller vite au charbon

GOUVERNEMENT KYELEM I : Un léger dégraissage pour pouvoir aller vite au charbon

On espère que nos compatriotes qui rêvaient d’un Etat frugal se satisferont peut-être de ce gouvernement léger et compact de 23 membres dont la composition a été rendue publique la nuit dernière. Pas d’armée mexicaine donc dans ce premier Exécutif de la deuxième transition militaire, puisqu’il ne compte que 20 ministres de plein exercice et trois ministres délégués. Tous ces serviteurs de l’Etat ont été choisis probablement pour leurs qualités et pour leur expérience en rapport avec leurs portefeuilles, et tout porte à croire que cette nouvelle équipe qui est arrimée aux priorités du chef de l’Etat va aller vite et bien, tout en évitant le concert de couacs dont le gouvernement précédent est le champion du monde en titre.

Une équipe trop nombreuse manquerait en effet de cohésion et connaitrait des interférences ou des conflits de compétences, beaucoup de protagonistes devant à chaque fois être mis dans la boucle. Il fallait donc cet écrémage pour accélérer, conformément au vœu du capitaine Traoré,  le traitement des dossiers souvent délibérément bloqués par des barricades administratives dressées à dessein par des agents à la fois zélés et corrompus de l’Etat. Le fer de lance de cette lutte sans merci contre les lourdeurs administratives sera le ministre de la Fonction publique Bassolma Bazié, l’un des survivants parmi les naufragés du radeau de Paul Henri Sandaogo Damiba à être intégré dans la nouvelle équipe, avec en sus une prééminence protocolaire que lui confère le prestigieux titre gouvernemental de ministre d’Etat. Olivia Rouamba rebelote, elle aussi, aux Affaires étrangères, de même que Jean Claude Kargougou à la Santé et Aminata Zerbo/Sabane qui conserve son maroquin des Postes et des télécommunications électroniques.

Avoir des personnes qu’il faut à la place qu’il faut

Pour le reste, il s’agit de néophytes qui ont été a priori appelés sur la base des critères de loyauté et de compétence, pour accompagner le président Ibrahim Traoré et son Premier ministre Apollinaire Joachim Kyelem de Tambela, qui ont délibérément écarté les roublards des partis politiques et les redoutables « desperados » de certaines organisations de la société civile qui pourraient polluer l’atmosphère au sommet de l’Etat, pour des questions de dosage politique ou de contrepartie au soutien qu’ils/elles auraient apporté au régime actuel dès le déclenchement du mouvement, le 30 septembre dernier. Cela dit, resserrer, c’est bien, mais on ne se lassera jamais de le dire, avoir des personnes qu’il faut à la place qu’il faut est encore mieux. En examinant à la loupe le gouvernement Kyélem 1, on peut faire quelques constats qui ne manqueront pas les jours à venir, de soulever des vagues et de susciter des débats. D’abord, on peut faire le constat qu’il n’y a pas eu véritablement de casse comme on pouvait le redouter, d’autant que des ministres qu’on croyait déjà sur le gril ont été maintenus à leurs postes.

La réduction des ministères rimera avec la réduction du train de vie de l’Etat

Ensuite, le nouveau découpage des responsabilités opéré par le capitaine Traoré et Maitre Kyelem a eu raison de l’énigmatique  ministère en charge de la Cohésion sociale et de la Réconciliation nationale et du pittoresque ministère des Affaires religieuses et coutumières. On pensait que le dégraissage annoncé par le Premier ministre allait aboutir au regroupement de certains ministères comme celui de l’Education nationale qui échoit désormais au très pragmatique Joseph André Ouédraogo, et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation désormais piloté par Adjima Thiombiano. Il n’en a rien été. En tout état de cause, on espère que la réduction des ministères rimera avec la réduction du train de vie de l’Etat, que malgré leur nombre relativement squelettique,  ces institutions publiques ne nous couteront pas toujours aussi cher, et surtout qu’il ne s’agit pas simplement d’un tour de passe-passe factice et artificiel, juste pour aller dans le sens du vent. Quoi qu’il en soit, on en aura une idée exacte dans les semaines à venir, mais on croise d’ores et déjà les doigts afin que les prix des produits de première nécessité qui connaissent depuis un certain temps une hausse exponentielle, soient considérablement revus à la baisse pour soulager les souffrances des populations.

Le Premier ministre l’a promis avant même sa prise de fonction, et il doit faire en sorte que les grincheux qui soutiennent mordicus qu’on ne peut pas gagner une partie de poker en étalant, d’entrée, son jeu sur la table, sachent que tout ce qui est imaginable par l’homme est réalisable par l’homme, comme aimait à le répéter son père spirituel, le très volontariste Thomas Sankara. De toute façon, Maitre Kyélem de Tambela en fin connaisseur du Burkina sait que les Burkinabè sont des rêveurs, mais qu’ils n’accepteront jamais qu’on leur vende du rêve, juste pour mieux les entuber. Son gouvernement devra donc être particulièrement offensif dans tous les domaines et notamment dans celui de la sécurité, pour convaincre ceux qui en doutent encore que plus rien ne sera comme avant, et que des événements comme l’attaque ignoble des forces obscures contre le 14è Régiment interarmes de Djibo au petit matin du 24 octobre ne sont que les derniers soubresauts d’une crise sécuritaire qui a ‘’zigouillé’’ la cohésion sociale dans plusieurs régions du Burkina Faso.

Hamadou GADIAGA

Le Pays

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here