Gabon, Wagner… Pourquoi Macron convie Touadéra à l’Élysée

0
199

 

POLITIQUE
Gabon, Wagner… Pourquoi Macron convie Touadéra à l’Élysée
Le président centrafricain effectue une visite en France ce 13 septembre, lors de laquelle il va s’entretenir avec son homologue Emmanuel Macron.

Par Mathieu Olivier et Benjamin Roger
Mis à jour le 12 septembre 2023 à 21:09
12 septembre 2023 à 21:09

Leur dernière rencontre a eu lieu en mars dernier à Libreville, à l’occasion d’un sommet sur le climat organisé par le président gabonais d’alors, Ali Bongo Ondimba. Et c’est une nouvelle fois le Gabon qui explique, en grande partie, la discussion prévue ce mercredi 13 septembre à l’Élysée entre Faustin-Archange Touadéra et Emmanuel Macron.

Chute d’Ali Bongo Ondimba…

De passage par Paris à l’occasion d’une tournée européenne, le président centrafricain s’est vu proposer un entretien par son homologue français. Pour Macron, l’objectif est double : discuter de la situation au Gabon et de leur relation bilatérale, mise à mal ces dernières années par le choix de Bangui de se tourner vers Moscou. « Nous discutons avec tout le monde, comme sur tous les dossiers internationaux », explique une source française haut placée pour expliquer ce rapprochement avec Touadéra.

Depuis le coup d’État de Brice Clotaire Oligui Nguema contre Ali Bongo Ondimba, le 30 août, le président centrafricain est facilitateur de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) au Gabon. Il a, à ce titre, pu rencontrer le président renversé et son successeur la semaine dernière.

À LIRE
Coup d’État au Gabon : Touadéra médiateur… et protecteur d’Ali Bongo Ondimba

La CEEAC souhaite être l’interlocutrice privilégiée du nouveau pouvoir de transition, pour laquelle l’organisation a proposé une durée d’un an.
Il est donc difficile pour Emmanuel Macron, qui souhaite pouvoir travailler avec la CEAAC sur le dossier gabonais, de composer sans Faustin- Archange Touadéra.

… et décès de Prigojine

Lors de leur entretien, le chef de l’État français abordera aussi le délicat sujet des relations entre Moscou et Bangui, qui a fait appel aux mercenaires de Wagner depuis 2017, et tentera de convaincre son invité centrafricain de prendre davantage ses distances avec Vladimir Poutine.

À LIRE
Prigojine, Wagner et l’Afrique : la symphonie inachevée

La mort récente d’Evgueni Prigojine, financier du groupe russe, constitue en effet une opportunité pour la diplomatie française, actuellement particulièrement bousculée en Afrique.

Jeune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici