Gabon: des hommes armés saccagent le domicile du président de la CEEAC, l’Angolais Gilberto da Piedade

0
59

À l’issue du dernier sommet de la CEEAC (Communauté économique des États de l’Afrique centrale), le Gabon avait rappelé son ambassadeur en Angola. Le diplomate n’est toujours pas de retour à Luanda suite à une attitude jugée inamicale de l’Angola envers les autorités de la transition gabonaise. Jeudi 17 janvier, le domicile du président de la Commission de la CEEAC a été attaqué à Libreville par des « hommes armés, dont certains portaient l’uniforme des forces armées gabonaises ». Luanda exige des autorités gabonaises « des explications ».

Avec notre correspondant à Libreville, Yves Laurent Goma

 

Selon les faits racontés par le président de la Commission de la CEEAC dans sa note verbale, les cinq individus sont entrés par effraction dans la résidence malgré la résistance des gardiens. Il était 9h30. Gilberto da Piedade Verissimo était absent. Toutes les pièces ont été fouillées. Des portes défoncées.

À 15h, les mêmes hommes armés sont revenus. Cette fois-ci, le président de la Commission était présent. Ce général des forces armées angolaises aurait été personnellement menacé.

Le lendemain, le président de la Commission a saisi le gouvernement gabonais via une note verbale. Libreville a promptement dépêché des policiers sur place et ouvert une enquête. Luanda a immédiatement convoqué le chargé d’Affaires du Gabon en Angola pour obtenir des explications.

Les relations entre le Gabon et l’Angola ne sont pas au beau fixe. Le président angolais est d’ailleurs l’unique président d’Afrique centrale à n’avoir pas déroulé le tapis rouge au président de la transition gabonaise. Lors du dernier sommet de la CEEAC le 15 décembre en Guinée équatoriale, l’Angola se serait montré intraitable sur l’application des sanctions contre le Gabon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici