FORUM DE DAKAR SUR LA PAIX ET LA SECURITE EN AFRIQUE : Pourvu que suivent les résultats sur le terrain !

0
63
FORUM DE DAKAR SUR LA PAIX ET LA SECURITE EN AFRIQUE : Pourvu que suivent les résultats sur le terrain !

FORUM DE DAKAR SUR LA PAIX ET LA SECURITE EN AFRIQUE : Pourvu que suivent les résultats sur le terrain !

Dakar, la capitale du Sénégal, abrite depuis le 24 octobre 2022 et ce, pour deux jours, la 8ème édition de son Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique. Le thème de cette année est : « L’Afrique à l’épreuve des chocs exogènes : défis de stabilité et de souverainetés ». Au total, près de trois cents participants dont plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement, prennent part à cette rencontre de haut niveau qui réunit des experts et autres chercheurs venus de tous les continents, de même que des représentants d’institutions internationales, d’Organisation non gouvernementales et des acteurs du secteur privé. La cérémonie d’ouverture intervenue hier, au Centre international de Conférences Abdou Diouf à Diamniadio, en banlieue dakaroise, était présidée par le président sénégalais, Macky Sall. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au fil des éditions, ce Forum international de Dakar est en train de gagner en galons et de s’imposer comme un important outil de recherche de pistes de solutions à la problématique de la stabilité d’un continent qui voit, ces dernières années, la résurgence des coups d’Etat sur fond de lutte contre l’hydre terroriste.

 

Le tout n’est pas de tenir des sommets et autres rencontres de haut niveau

 Une bête qui gagne chaque jour un peu plus du terrain et ne cesse de troubler le sommeil des dirigeants et des populations sur un continent encore à la recherche de ses marques.   C’est dire si le thème de ce huitième forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, ne pouvait pas être plus d’actualité. Et l’hôte de cette rencontre internationale de haut niveau, le président sénégalais, Macky Sall, ne s’est visiblement pas trompé dans son diagnostic, en appelant à regarder en face la réalité des défis qui se dressent aujourd’hui devant le continent africain. Lesquels défis se traduisent essentiellement en termes de lutte contre le terrorisme, de changements anticonstitutionnels et d’ingérences extérieures. Au regard des enjeux du moment, il n’est pas exagéré de dire que si ce Forum de Dakar n’avait pas existé, il aurait fallu le créer. Car, au-delà de la vitrine que ce Forum constitue pour la diplomatie sénégalaise, les questions de fond qui y sont abordées, touchent du doigt la réalité d’une Afrique tourmentée du Nord au Sud et d’Est en Ouest et en quête de réponses aux enjeux de sécurité et de stabilité ; lesquelles ne sont pas loin d’être aujourd’hui des questions existentielles pour bien des pays du continent.  Pourvu donc que suivent les résultats sur le terrain ! Car, le tout n’est pas de tenir des sommets et autres rencontres de haut niveau. Ce n’est d’ailleurs pas ce qui manque le plus en Afrique. Encore faudrait-il que la mise en œuvre des pertinentes résolutions et autres recommandations qui en sortiront, puisse connaître un aboutissement heureux. Mais cela est une autre paire de manches. Car, on se demande souvent si ces conclusions ne sont pas soigneusement rangées au fond des tiroirs, sitôt les rideaux des fora tombés, ou encore si elles ne sont pas purement et simplement jetées aux oubliettes.

 Il est impératif, pour l’Afrique, de trouver des solutions endogènes et innovantes

 Dans ces conditions, comment s’étonner que les rencontres se suivent parfois et tendent à se ressembler ; tant elles ont souvent du mal à avoir des impacts visibles sur le vécu quotidien des populations ?  C’est dire si dans le cas d’espèce, il est impératif de savoir joindre l’acte à la parole en mettant un point d’honneur à relever le défi de la mise en œuvre des conclusions de cette rencontre internationale de haut niveau. C’est à ce prix que ce huitième Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, ne sera pas une rencontre de plus.  En tout état de cause, dans ce contexte sécuritaire hautement préoccupant, marqué par la progression du terrorisme qui constitue autant une forte menace sur la stabilité de nos Etats, il est impératif, pour l’Afrique, de trouver des solutions endogènes et innovantes de mobilisation des ressources. Et ce, pour assurer sa propre sécurité, en comptant d’abord sur ses propres forces.  Cela est d’autant plus nécessaire que la question de la multiplication des partenariats militaires avec des puissances étrangères, continue de diviser sur le continent, au moment où les opérations de lutte contre le terrorisme tendent à montrer leurs limites.  En tous les cas, Dakar marque peut-être la réflexion, mais il appartient aux différents Etats participants de savoir en tirer profit en fonction de leurs propres expériences. Il y va de leur survie individuelle et collective, au moment où la mutualisation des forces et des intelligences se présente comme la meilleure parade à l’expansion du terrorisme qui, lui, ne connaît pas de frontières.

 

« Le Pays »   

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here