Enfants pendus, décapitations… l’atroce conquête du Tchad, il y a 120 ans

0
1231

Enfants pendus, décapitations… l’atroce conquête du Tchad, il y a 120 ans

Enfants pendus, décapitations... l'atroce conquête du Tchad, il y a 120 ans
Le capitaine Paul Voulet (gravure parue en une du journal L’Illustration n° 2948, samedi 26 août 1899) et Julien Chanoine (gravure parue en une du journal L’Illustration n° 2948, samedi 26 août 1899). (DR)

En 1899, les lieutenants Voulet et Chanoine partaient à la conquête de l’Afrique centrale. Très vite, la mission se lance dans une course folle aux massacres et aux pillages.

Deux fois par mois, en partenariat avec RetroNews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France (BNF), « l’Obs » revient sur un épisode de l’histoire coloniale en Afrique raconté par les journaux français. Aujourd’hui, la colonne de Paul Voulet et Julien Chanoine, partie en janvier 1899 pour conquérir le Tchad et transformée en machine infernale à pillages et à massacres.

C’est l’un des épisodes les plus violents et les plus insensés de la conquête française de l’Afrique. Il s’est déroulé voilà cent vingt ans et reste connu sous le nom de « mission Afrique centrale-Tchad », « expédition Voulet-Chanoine » ou, plus explicite, celui de « colonne sanglante ». Des mois durant, les deux officiers, Paul Voulet et Julien Chanoine, loin de Paris et de leur hiérarchie militaire, ont orchestré massacres, viols, incendies et pillages, allant jusqu’à faire feu sur les troupes françaises lancées à leur poursuite.

La colonne se met en branle en janvier 1899. Le continent africain est alors le terrain de jeux des Européens, principalement des Français et des Britanniques. La Conférence de Berlin, qui s’est tenue en 1884, a organisé le partage du gâteau. Les frontières coloniales du centre de l’Afrique ne sont pas encore arrêtées. Le ministère des Colonies français dépêche trois expéditions militaires pour parachever l’empire africain : la première, « Voulet-Chanoine », part du Sénégal ; la seconde, « Foureau-Lamy », d’Algérie ; la troisième, « Gentil », du Congo. Les trois missions doivent se retrouver à un point de jonction, fixé à Kousséri, près du Lac Tchad.

Anti-dreyfusards et anglophobes

Le lancement de l’expédition Voulet-Chanoine ne fait pas de vagues. Les jeunes capitaines Paul Voulet, 32 ans, et Julien Chanoine, 28 ans, ne sont pas des inconnus. Tous deux sont de farouches anti-dreyfusards, détestent les Britanniques et viennent de s’illustrer en Afrique de l’Ouest dans la conquête du territoire des Mossi et l’anéantissement de Ouagadougou, alors la capitale du royaume. Autant dire qu’ils ont bonne presse.

Même « l’Aurore », journal progressiste, engagé dans l’affaire Dreyfus un an auparavant avec la publication du « J’accuse… ! » de Zola, salue la progression du tandem, sous la rubrique « Nos colonies », au début du mois de mai. « La situation de la mission Voulet-Chanoine est excellente. Les Touareg ne l’ont pas attaquée. Des traités ont été conclus avec les chefs du Maouri ». Elle « se dirige du Niver vers l’oasis de Taghelel, dans le Damergou, où elle doit donner la main à la mission Foureau-Lamy ». Huit lignes en page 2 du quotidien, pas une de plus.

Hommes décapités, enfants pendus

Les massacres ont pourtant déjà commencé. Accompagnés de 600 soldats, en grande partie des tirailleurs sénégalais, un des corps des troupes coloniales de l’empire, l’expédition ne dispose que d’un mois d’autonomie en eau et nourriture. Les deux capitaines prennent l’habitude de piller les villages traversés et d’assassiner les populations qui refusent de fournir des vivres et des porteurs. Les guerriers de Lougou et Tongana, emmenés par la reine animiste Sarraounia, se révoltent en avril. Birni N’Konni est rayé de la carte en mai. Hommes décapités, femmes violées, fusillées, enfants pendus… L’équipée sauvage est désormais hors de contrôle, l’excès de violences est signalé à l’état-major français. L’armée décide d’envoyer le lieutenant-colonel Jean-François Arsène Klobb, polytechnicien de 42 ans, responsable de la garnison de Tombouctou, en poste au Soudan, aux trousses de la mission Voulet-Chanoine.

« Le Figaro » écrit prudemment :

« S’il n’est pas exact que la mission Voulet-Chanoine ait été rappelée, il est cependant absolument certain que le gouvernement a chargé le colonel Klobb d’aller prendre la direction de la mission, ce qui équivaut à dire que les capitaines Voulet et Chanoine sont relevés de leurs fonctions.

Quant aux responsabilités en jeu dans cette pénible affaire, elles seront établies par l’enquête que doit mener sur place le colonel Klobb. Il faut donc attendre encore avant de se prononcer sur les fautes ou les maladresses commises par tel ou tel membre de la mission Voulet-Chanoine. »

Son concurrent « l’Aurore » se montre, lui, moins circonspect sur les « fautes » et les « maladresses » de la mission infernale. En une, sous le titre « Ils colonisent », le quotidien rappelle que le capitaine Julien Chanoine, l’âme damnée, dit-on, de Paul Voulet, n’est autre que le fils de « l’illustre général Chanoine », Jules de son prénom, resté deux mois durant ministre de la Guerre en pleine affaire Dreyfus. Le journal détaille surtout les « exploits », comme il les appelle, des deux comparses :

« Savez-vous ce qu’étaient ces exploits ? Des massacres de nègres, d’abominables cruautés, des crimes si monstrueux que les militaires eux-mêmes, qui sont pourtant habitués à en voir de rudes en l’espèce, se sentent indignés et n’ont pu retenir leurs protestations.

Une plainte formelle a été portée par le lieutenant Péteaux, l’un des subordonnés de MM. Voulet et Chanoine, et le lieutenant-colonel Klobb, de l’artillerie de marine, vient de recevoir du ministre des Colonies l’ordre de se rendre à l’est du Saï pour prendre la direction de la mission. »

« Crime au Soudan »

Et voilà le lieutenant-colonel engagé pendant trois mois dans une course-poursuite de 2.000 kilomètres. Le 14 juillet, près de Zinder, à Damangar, Jean-François Ernest Klobb, Légion d’honneur accrochée au poitrail, touche enfin au but. Il aperçoit la colonne. Notre homme s’attend à une discussion musclée. Les soldats des deux capitaines vont lui tirer dessus.

« Un crime affreux, qui provoquera dans toute la France la plus douloureuse émotion, vient d’être commis au Soudan par des officiers français contre d’autres officiers. C’est le chef d’une mission auquel on avait tressé l’an dernier des couronnes de lauriers qui [en] est l’auteur », s’indigne en une le quotidien « Le XIXe siècle », sous le titre « Un crime au Soudan ».

« Dès qu’il eut rejoint la mission Voulet, le colonel Klobb fit prévenir le capitaine ; ce dernier lui répondit qu’il le recevrait à coups de fusil s’il avançait. Le colonel s’avança et se fit reconnaître par le capitaine Voulet qui le somma de s’arrêter. Le colonel Klobb répliqua qu’il avancerait, tout en donnant l’assurance qu’il ne tirerait pas. Arrivé à 150 mètres de la troupe du capitaine Voulet, le colonel Klobb essuya trois feux de salve commandés par le capitaine et suivis de feu à volonté. » L’officier est « tué d’une balle à la tête, à une deuxième décharge ». Huit autres soldats et porteurs de l’escorte meurent sous la mitraille, huit encore sont gravement blessés, raconte le journal.

« Plus sauvages que les sauvages »

Que des officiers français soient attaqués par d’autres officiers français, même au fin fond de l’Afrique, passe mal au sein de l’empire. La presse est vent debout. Le quotidien « le XIXe siècle » règle leur sort aux deux capitaines, « ces soi-disant héros de la colonisation qui étaient en réalité plus sauvages que les sauvages » et s’émeut des porteurs qui ont été « fusillés », parce qu’ils avaient voulu quitter l’escorte et dont « on a planté les têtes » sur des piquets « pour frapper de terreur les autres ».

La mise à mort médiatique a commencé. L’assassinat physique va prendre à peine plus de quarante-huit heures. Julien Chanoine et Paul Voulet sont abattus par leurs propres tirailleurs, qui se sont mutinés. Le premier, le 16 juillet, le second, le lendemain.

« L’Echo Saintongeais » relate :

« On a des détails complémentaires, sur la misérable fin de la mission Voulet-Chanoine. Voulet partit du côté de Mainqui, apprenant par son interprète les idées de révolte de ses tirailleurs […]. Ils sortirent avec le canon, Voulet et Chanoine ne s’en aperçurent qu’après la sortie du village […]. Chanoine, le premier prêt s’élança au-devant d’une section, déchargea son revolver sur les tirailleurs qui ripostèrent ».

« Soudanite aiguë »

La mort rapide des deux capitaines règle bien des problèmes pour la IIIe République. Comment expliquer de tels dérapages ? Paul Voulet et Julien Chanoine voulaient-ils se bâtir un empire personnel ? Sont-ils devenus fous ? Une commission d’enquête est mise en place. La presse s’empare de l’affaire. Mais les dérives de l’équipée sont assez vite mises sur le compte d’une supposée « soudanite aiguë » des deux officiers, une étrange maladie africaine que les militaires français, peu habitués au climat du continent, contracteraient fréquemment sur place.

« On a cherché à donner à ce crime, qui vient de soulever dans toute la France un long cri de stupeur, nous ne dirons pas des excuses, mais, à défaut de mieux, des explications qu’on souhaiterait atténuantes. Quelques-uns l’ont attribué à un accès de cette folie spéciale qu’on appelle là-bas la ‘soudanite' », relatent « les Annales politiques et littéraires ». La revue s’appuie sur le témoignage d’un lieutenant en mission au Niger qui décrit la « soudanite aïgue » comme « une espèce de fièvre morale […] tout à fait spéciale à l’Afrique »…

Couverts de médailles

C’est que la conquête du continent doit se poursuivre vaille que vaille. On nomme de nouveaux chefs à la mission Afrique centrale-Tchad, sans en changer les hommes. L’expédition est désormais menée par Paul Joalland, un des propres lieutenants de la colonne Voulet-Chanoine qui dit avoir agi sur ordre, et par Eugène Meynier, un adjoint de Klobb, qui a été blessé dans la tentative d’arrêt de la colonne. Réunis dans de nouvelles circonstances, les deux officiers atteignent le lac Tchad en octobre 1999 et finiront leur carrière couverts de médailles, auréolés de la gloire d’avoir conquis le Tchad avec le grade de général de brigade.

Ça y est, l’Afrique centrale est tombée dans l’escarcelle de l’Empire français. On ne va tout de même pas gâcher la fête avec le pétage de plombs de deux officiers, morts et enterrés. Un médecin de la mission Voulet-Chanoine affirme que ses deux supérieurs souffraient en fait de la syphilis et de méningo-encéphalites, susceptibles de provoquer des crises de démence, et qu’ils refusaient de se soigner. L’affaire est enterrée.

« On a enfin des nouvelles de la vaillante mission Levrai-Sauvage. Voici le texte de la dépêche que nous communique l’Agence Delax », dans « le Rire » du 30 décembre 1899.L’histoire refera surface au début des années 1920. L’infernale colonne Voulet-Chanoine méritait bien quelques légendes. La rumeur se répand que Julien Chanoine ne serait pas mort mais aurait fui et serait devenu le mystérieux émir blanc de Tibesti qui aida à maîtriser les rébellions touaregs au lendemain de la Première Guerre mondiale pour le plus grand profit de l’Empire français. Il serait mort en 1921.

Lire les précédents articles sur l’histoire coloniale en Afrique vue par les journaux français :

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here