Enerca : les actionnaires satisfaits des rapports généraux de la gestion de la direction générale

0
26

L’Assemblée générale des actionnaires de l’Enerca représentés par les ministres du Commerce et de l’Industrie M. Assane Côme, M. Djono Ahaba de l’Energie et de l’Hydraulique et M. Arthur Piri, contrôleur général des entreprises et offices publics ainsi que les représentants de certains départements notamment des Finances et du Plan a eu lieu le 28 décembre 2017 dans la salle de conférence Epaye. Il a été question d’approuver les rapports accumulés de la gestion de la direction générale présentés par le directeur général M. en  la présence du président du conseil d’administration de l’Enerca, M. Dokoula.

Après plus de deux décennies où les actionnaires de l’Enerca n’ont pas pu  siéger en assemblée générale pour apprécier les rapports de sa gestion, les choses semblent revenir à la normale maintenant. Les actionnaires se sont finalement retrouvés en assemblée générale le 28 décembre dernier.

Le président du conseil d’administration, M. Dokoula et le directeur général de l’Enerca, M. Bédima étaient en face de ces actionnaires représentés par les ministres du Commerce et de l’Industrie M. Assane Côme, M. Djono Ahaba de l’Energie et de l’Hydraulique et M. Arthur Piri, contrôleur général des entreprises et offices publics et autres.

Il a été question de passer en revue les rapports généraux de la gestion de l’Enerca depuis les années 2013, 2014, 2015 et 2016 et les états financiers couvrant la même période.

C’est cet exercice auquel les actionnaires se sont livrés en procédant à l’analyse profonde des rapports pour se rendre à l’évidence de la situation exacte de l’Enerca actuellement, c’est-à-dire des difficultés que continue de rencontrer cette entreprise. Difficultés liées entre autres à la vétusté des machines, au vandalisme de ses installations, à la fraude de l’électricité…aggravées par les crises à répétition que le pays a connues en vue de prendre des mesures qui s’imposent.

 

Mais, les actionnaires, à la lumière des dossiers présentés par le directeur général et le président du conseil d’administration, M. Dokoula, ont constaté une nette amélioration relative aux chiffres d’affaires de l’Enerca qui sont  passés  de 4 milliards de F CFA en 2015 à 5 201 006 000 F CFA en 2017.

C’est à la base de ce résultat satisfaisant que les actionnaires ont donné quitus au président du conseil d’administration et au directeur général de l’Enerca de poursuivre leurs missions en vue de répondre aux attentes de la population en électricité en mettant l’accent sur des points essentiels retenus dans le cadre de la réforme au sein de ladite société d’Etat à savoir creuser la gestion de ressources humaines dans le but de promouvoir la compétence. Pour cela, il faut mettre en place un plan d’action basé sur la rubrique formation et un plan de carrière pour le personnel ; assainir la gestion comptable et renforcer le contrôle de la gestion intérieure. M. Djono n’a pas manqué aussi de mettre en exergue les nombreux projets en cours notamment le champ solaire à Bangui. Une enveloppe de 2 millions de dollars des fonds saoudiens  a été déjà décaissée dans le cadre de ce projet, le projet Dimoli, projet d’extension de Boali II, le projet d’alimentation de la ville de Béloko à partir de Cameroun. Tous ces efforts ont été déployés afin de couvrir progressivement les besoins en énergie électrique.

Au regard de ce travail de titan abattu par la direction générale qui a pu rassembler dans 4 mois seulement toutes les pièces comptables suite à la demande du gouvernement, il y a lieu de croire au génie du personnel de l’Enerca de pouvoir relever les défis.

Selon le contrôleur général M. Piri satisfait de ce résultat a fait savoir que depuis 20 ans aucune société d’Etat n’a présenté les rapports de leur gestion. Et, ce faisant la direction générale et le conseil d’administration de l’Enerca viennent ainsi de prouver ce dont ils sont capables en rattrapant le retard accumulé quant aux écritures comptables. Aussi, M. Piri a – t – il  fait également comprendre que l’Enerca qui hier dépendait des partenaires notamment des banques pour payer le salaire de son personnel et pour les investissements, a été capable ces derniers mois de payer sur ses fonds propres son personnel. D’emblée devient ainsi un exemple à suivre par les sociétés d’Etat qui doivent impérativement dresser les rapports de leurs activités et surtout  mettre en œuvre leur compétence pour redresser les entreprises en difficultés.

Par ailleurs, les compatriotes doivent comprendre que l’Enerca est  un patrimoine commun qu’ils doivent  protéger pour le bien de tous.

De ces rapports, l’Enerca devient crédible vis-à-vis de ses partenaires et peut prétendre à des subventions pour ses investissements.

NZINGAZO Guy Marcelin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here