En Centrafrique, une brasserie de Castel victime d’un incendie criminel

0
133

 

POLITIQUE

En Centrafrique, une brasserie de Castel victime d’un incendie criminel

Les dommages matériels ont été limités. Ni le gouvernement, ni l’ambassade de France, pas plus que la direction de la Mocaf, n’ont souhaité livrer de détails sur l’attaque. Une enquête a été ouverte.

Un incendie a fait de légers dégâts matériels, le lundi 6 février, dans une brasserie du géant français en Centrafrique. Au beau milieu de la nuit, des engins incendiaires ont été utilisés pour mettre le feu à du matériel au cœur de la brasserie Motte Cordonnier Afrique (Mocaf).
Présente dans le pays depuis 1953 et acquise en 1993 par Castel, cette filiale est l’un des plus gros producteurs et employeurs du pays.

« C’est un incendie criminel, donc le gouvernement se doit d’ouvrir une enquête dès aujourd’hui pour en connaître l’origine », a assuré par téléphone Serge Ghislain Djorie, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.

À LIRE
Wagner contre Castel : en Centrafrique, les Russes déclenchent la guerre de la bière

L’ambassadeur de France, Jean-Marc Grosgurin, s’est rendu dans la matinée de lundi sur place « pour marquer sa solidarité avec les employés et la direction » à la suite de cet « incendie criminel », indique la représentation diplomatique sur sa page Facebook. Il a remercié des services de secours « qui ont permis de limiter significativement les dommages matériels », précise l’ambassade.

Ni le gouvernement, ni l’ambassade de France, pas davantage la direction de la Mocaf, n’ont souhaité livrer de détails sur l’attaque. Aucun journaliste n’a été autorisé à pénétrer sur le site lundi.

Sentiment antifrançais

Paris dénonce régulièrement des « campagnes de désinformation » qui aliment un sentiment antifrançais dans le pays dirigé par Faustin-Archange Touadéra. Diffusées sur les réseaux sociaux et dans certains médias, celles-ci seraient alimentées depuis Moscou et nourrissent le sentiment antifrançais.

À LIRE
Centrafrique : le départ des militaires français, inexorable effet domino ?

La France déplore en particulier l’emprise croissante du groupe de mercenaires russe Wagner, accusé par l’ONU de graves violations des droits humains en RCA. Castel, l’ambassade, des ONG et d’autres entreprises françaises sont visés par des de campagnes de dénigrement, voire de menaces émanant de groupes d’influence.

En retour, Moscou dénonce les campagnes antirusses dans les médias et les réseaux sociaux menées, selon ses dires, par Paris. Depuis l’explosion, en décembre 2022, d’un colis piégé qui a blessé Dmitri Sytyi, codirigeant des mercenaires et patron de la propagande en Centrafrique, Wagner accuse les Occidentaux – Américains et, surtout, Français – d’avoir perpétré l’attaque contre le jeune homme.

(avec AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici