En Centrafrique, les mots d’ordre de Touadéra et du Groupe Wagner sont le « nettoyage » et le « ratissage »

0
115

 

Nouveau rapport d’enquête The Sentry :

En Centrafrique, le Groupe Wagner capture l’État et étend l’influence russe par la terreur

Des soldats et des miliciens rapportent que le Groupe Wagner leur dispense des formations militaires qui incluent des techniques de torture, notamment la manière de couper les doigts et les jambes, d’arracher les ongles, d’étrangler, de jeter du carburant et de brûler des personnes vivantes.

Washington, DC et Bangui, le 27 juin 2023 — Un nouveau rapport d’enquête publié aujourd’hui révèle comment le Groupe Wagner, une organisation paramilitaire mieux connue sous le nom de l’« armée privée de Vladimir Poutine », a pendant des années, avec le soutien du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, testé et perfectionné une stratégie visant à s’emparer de l’État en République centrafricaine. Dans un contexte de déferlement de violence, les soldats nationaux et les milices locales sous le contrôle du Groupe Wagner décrivent vivre dans un état de terreur.

Le rapport d’enquête The Sentry : « Architectes de terreur : Comment le Groupe Wagner renforce son emprise sur l’État en République centrafricaine » expose de manière détaillée et référencée la façon dont, en seulement cinq ans, le groupe de mercenaires russes a coopté la présidence centrafricaine, construit une puissance militaire et créé un réseau complexe impliqué dans le pillage des diamants, d’or et d’autres ressources naturelles, ce qui fait de la Centrafrique le modèle le plus abouti en matière d’expansion de l’influence russe à l’international.

Nathalia Dukhan, enquêtrice senior et responsable du programme Wagner à The Sentry, déclare : « La République centrafricaine est devenue le laboratoire de la terreur du Groupe Wagner. Avec un nombre limité de combattants et le soutien actif du président Touadéra, le Groupe Wagner a réussi en seulement cinq ans à infiltrer et à contrôler la chaîne de commandement militaire de la RCA, ainsi que ses systèmes politiques et économiques. La Russie a révélé son plan de guerre psychologique et de domination – un type tout à fait nouveau de colonialisme ultraviolent. Sans une action globale et coordonnée urgente pour contrer cette menace, le réseau terroriste et prédateur du Groupe Wagner continuera à se propager et à semer la dévastation partout où il s’implante ».

L’enquête menée par The Sentry expose le mode opératoire qui a permis au Groupe Wagner — avec le soutien du président Touadéra — d’exercer un contrôle et une influence clé sur les dirigeants politiques et militaires de la RCA, ainsi que sur l’économie du pays. L’équipe d’enquête a examiné des photos, des images satellites, des vidéos et des documents et a mené des entretiens avec un éventail de sources bien informées, y compris des victimes et des témoins d’atrocités, ainsi que des membres des Forces armées centrafricaines et de milices déployées dans le cadre d’opérations militaires contrôlées par le Groupe Wagner.

Dans son enquête, The Sentry a obtenu des preuves confirmant l’implication de dirigeants du Groupe Wagner, de soldats centrafricains et de miliciens entraînés et équipés par le Groupe Wagner dans la mise en œuvre de campagnes de terreur psychologique, dont les crimes sont qualifiables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Selon des militaires interrogés par The Sentry, la devise des commandants du Groupe Wagner est de « ne laisser aucune trace » — en d’autres termes, tuer tout le monde, y compris les femmes et les enfants.

Charles Cater, Directeur des enquêtes chez The Sentry, déclare : « En tirant parti de l’instabilité et de la faiblesse des états, le Groupe Wagner a instrumentalisé la violence dans une poursuite incontrôlée des ressources économiques et du pouvoir politique, avec des conséquences dévastatrices pour les populations civiles. Nulle part cette menace n’a été plus évidente qu’en République centrafricaine, dont la souveraineté de plus en plus compromise devrait servir d’avertissement aux autres gouvernements d’Afrique et d’ailleurs. Pour ceux qui se soucient de la paix, de la démocratie et des droits de l’homme, la complaisance n’est pas une option ».

La RCA a connu le pire taux de mortalité au monde au cours de l’année dernière, plus du double de tout autre pays, selon un rapport de l’Université Columbia de 2023, qui a directement lié l’ampleur de cette mortalité à la présence du Groupe Wagner.

Extraits sélectionnés dans le rapport :

Les instructeurs du Groupe Wagner ont dispensé des formations militaires comprises entre un à six mois qui comprenaient une formation aux armes à feu, du combat au corps à corps et des techniques d’espionnage, d’interrogatoire et de torture. Un membre de la garde présidentielle qui a reçu cette formation a déclaré à The Sentry : « Commando formation, formation interrogatoire, technique agressive, torture, violence. C’était un instructeur russe qui donnait la formation ». Pour obtenir des informations sensibles de leurs ennemis, plusieurs soldats et miliciens entraînés ont expliqué qu’on leur avait appris à couper les mains, les doigts et les jambes ; arracher les ongles ; utiliser des couteaux pour couper la chair ; étrangler ; jeter du carburant et brûler des gens vivants ; organiser des enlèvements ciblés ; et plus.
Dans les opérations sur le terrain, les mots d’ordre du Groupe Wagner sont le « nettoyage » et le « ratissage », selon plusieurs sources militaires déployées dans le cadre d’opérations. Des entretiens menés avec des sources militaires centrafricaines ont confirmé que les commandants russes avaient donné l’ordre de « nettoyer » ou de « ratisser » des camps entiers d’éleveurs, des villages, des zones rurales et — surtout — des sites miniers dans tout le pays. Parlant du « nettoyage », toutes les sources militaires et ex-miliciens ont déclaré avoir eu à tuer des communautés entières, y compris des femmes et des enfants. Une source militaire a expliqué : « On tue seulement les villageois, on enterre les corps, ou on [les] jette dans la brousse ».
Profitant des besoins croissants en matière de sécurité et de protection de M. Touadéra, le Groupe Wagner Groupe en a profité pour renforcer son emprise sur les richesses du pays, notamment les diamants et l’or, et a construit un réseau transnational de compagnies et d’opérations obscures qui s’étend de la Russie à Madagascar, au Cameroun et au Soudan.
Alors que les commandants de Wagner et le président Touadéra ont justifié la présence du Groupe Wagner comme un moyen de traquer les groupes rebelles armés et de protéger le régime actuel, The Sentry a découvert que le Groupe Wagner avait pris le commandement et le contrôle des forces armées gouvernementales, leur ordonnant de tuer des femmes et des enfants, de déployer d’horribles techniques de torture et de mener des campagnes de « nettoyage » pour massacrer des communautés entières susceptibles d’entraver les opérations d’extraction à l’échelle industrielle du Groupe Wagner. Dans des entretiens avec The Sentry, des soldats impliqués dans ces activités ont témoigné que l’intention du Groupe Wagner est de créer la terreur et d’instiller la peur, non seulement parmi les rebelles, mais dans l’ensemble de la population et parmi les soldats et les miliciens sous son contrôle.
Depuis cinq ans, The Sentry a analysé et documenté la stratégie expansionniste de la Russie et les tactiques de déploiement du Groupe Wagner en RCA. Lorsque le Groupe Wagner a mis les pieds dans le pays pour la première fois au début de 2018, la RCA était ravagée par 20 ans de crises politico-militaires et de cycles de conflits armés sanglants que l’ONU et les pays occidentaux ne parvenaient pas à résoudre de manière adéquate. Profitant de la crise politique et sécuritaire, le Groupe Wagner a — en quelques années seulement et avec un nombre limité de personnel — étendu son influence à l’échelle quasi-nationale en RCA.
Avant d’attirer l’attention sur son rôle en Ukraine en 2022, le Groupe Wagner avait déjà soulevé de sérieuses inquiétudes quant à sa présence en Syrie et sur le continent africain, notamment en République centrafricaine (RCA), en Libye, au Soudan, au Mali, au Mozambique, à Madagascar et au Burkina Faso.
À partir de 2016, les gouvernements des différents pays — à l’exception de la Libye, où la Russie s’est rangée du côté du commandant de la milice Khalifa Haftar — ont signé des accords bilatéraux avec la Russie impliquant des prestations de services de sécurité par le Groupe Wagner en échange de l’accès à des ressources à haute valeur commerciale, notamment des minerais. Dans d’autres pays, comme la Libye et le Soudan, le Groupe Wagner a infiltré des groupes dirigés par les chefs de milices Khalifa Haftar et Mohamed Hamdan Dagalo, ou « Hemedti », ce qui lui permet d’utiliser leurs installations logistiques et générer des profits.
Les sociétés minières affiliées au Groupe Wagner — principalement Lobaye Invest, Midas Ressources et Diamville — ont obtenu des licences minières et des autorisations d’exportation, et le Groupe Wagner a utilisé ses réseaux transnationaux en RCA, au Soudan, au Cameroun, à Madagascar et en Russie pour construire un site de production industrielle dans le secteur aurifère qui échappe à la surveillance nationale et internationale.
L’enquête de The Sentry, étayée par des rapports de l’ONU, a révélé que la Russie avait également livré du matériel militaire lourd — des armes de guerre qui n’étaient pas apparues auparavant dans le conflit centrafricain —, notamment des hélicoptères de combat, des avions, des véhicules terrestres, des drones de reconnaissance et des armes lourdes, y compris des canons de 14,5 mm. Des sources bien informées ont également déclaré à The Sentry que le Groupe Wagner utilisait des mines terrestres en RCA. Le Groupe d’experts de l’ONU sur la RCA a noté que « les livraisons de matériel destiné aux forces de sécurité de l’État se sont enchaînées à un rythme jamais vu depuis l’imposition de l’embargo sur les armes en 2013 ». Bien que cette réponse ait aidé M. Touadéra et son allié russe à reprendre progressivement le contrôle des principales villes et des zones minières stratégiques du pays — préservant ainsi un régime pro-russe — elle a également entraîné une escalade sans précédent de la violence armée dans tout le pays.

Principales recommandations du rapport :

La communauté internationale — y compris les États africains — dispose de divers outils pour contrer les actions criminelles du Groupe Wagner en RCA, sur le continent africain de manière générale et plus largement dans le monde où le Groupe Wagner est actuellement implanté ou se prépare à s’implanter.

Les États membres de l’ONU devraient établir une coalition similaire à la Coalition mondiale contre Daech — comprenant, crucialement, les États africains — pour contrer l’influence négative du Groupe Wagner sur le continent africain et ailleurs, en se concentrant plus particulièrement sur les flux de financement du Groupe, le mouvement des combattants étrangers et la propagande.
Les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Union européenne, le Canada, le Japon et d’autres juridictions devraient étendre la portée des sanctions imposées contre les réseaux du Groupe Wagner, notamment en enquêtant sur les personnes et entités nommées dans ce rapport. Ils devraient enquêter et sanctionner les réseaux d’individus et d’entités liés à l’entourage proche de M. Touadéra qui facilitent la présence du Groupe Wagner en RCA, et ils devraient coordonner ces sanctions de manière à maximiser leur impact.
Les États-Unis devraient désigner le Groupe Wagner comme une organisation terroriste étrangère (Foreign Terrorist Organization – FTO), car les rapports publiés par The Sentry et d’autres organisations indiquent que le Groupe répond aux trois critères juridiques de désignation — une organisation étrangère se livrant à des activités terroristes qui menace la sécurité nationale.
L’UE et ses États membres devraient ajouter le Groupe Wagner à la liste de l’UE en matière de terrorisme afin de permettre une plus grande application de la loi et une coopération judiciaire entre les États membres de l’UE et au-delà.
Le Royaume-Uni devrait également envisager de prendre des mesures pour désigner le Groupe Wagner en tant que groupe terroriste en vertu de la Loi de 2000 sur le terrorisme (Terrorism Act 2000).
Pour les demandes médias ou les demandes d’interview, merci de contacter : Greg Hittelman, Directeur de la communication, gh@thesentry. org.

À propos de The Sentry

(Description courte à l’usage des médias : “The Sentry, une organisation d’investigation anti-corruption”)

The Sentry est une organisation qui, par des enquêtes et du plaidoyer, vise à combattre les réseaux criminels transnationaux qui profitent de la violence, de la répression et des régimes kleptocratiques.

Derrière les guerres, les atrocités de masse et autres violations des droits de l’homme se cachent corruption et cupidité. Ces tragédies se poursuivent parce que les auteurs de ces crimes jouissent d’un climat d’impunité. Pour promouvoir la paix et la bonne gouvernance, la stratégie de The Sentry est d’encourager l’utilisation d’instruments dissuasifs. Nos enquêtes traquent les flux financiers illicites depuis les zones de guerre vers les centres financiers du monde entier. Nous apportons des éléments documentés et proposons des stratégies aux gouvernements, aux services chargés de faire respecter la loi et aux banques pour contribuer à mettre fin au climat d’impunité. Ces efforts visent ainsi à créer un levier en faveur des droits de l’homme, de la paix et de la lutte contre la corruption.

Fondée en 2016, The Sentry publie des rapports d’enquête et des dossiers percutants qui impliquent des individus et des entités dans des dossiers de corruption et de violence. Nous préconisons l’utilisation d’instruments de pression financière et juridique, y compris des mesures de lutte contre le blanchiment d’argent et les financements illicites, des sanctions ciblées contre des réseaux criminels, des poursuites pénales, des mesures de conformité au sein des banques et d’autres entreprises privées, et le recouvrement d’actifs. Grâce à nos efforts, des circuits de blanchiment d’argent ont été exposés et démantelés, des avoirs ont été gelés, des interdictions de voyages ont été imposées et des réseaux de corruption ont été exclus du système financier international. Grâce à des partenariats stratégiques avec des gouvernements, des banques et d’autres organisations privées et publiques, l’action de The Sentry a permis d’engendrer un impact réel sur des réseaux criminels qui profitent et perpétuent la guerre, les atrocités de masse et d’autres violations des droits de l’homme. Pour en savoir plus, voir www.TheSentry.org.

 

Si vous ne souhaitez plus recevoir de communications de The Sentry, veuillez cliquer sur ce lien ici.
The Sentry, 1629 K Street NW Suite 300, Washington, DC 20006 Etats-Unis

Laisser un commentaire