DISCOURS HAINEUX SUR FOND D’ETHNICISME  : Le Burkina danse sur un volcan

0
57

DISCOURS HAINEUX SUR FOND D’ETHNICISME  : Le Burkina danse sur un volcan

Depuis quelque temps, il se passe quelque chose sur les réseaux sociaux, qui me fait personnellement craindre pour l’avenir de notre pays. Je préfère le dire crument pour que les uns et les autres en prennent conscience pour ceux qui en ont encore une. Il s’agit de ces discours haineux sur fond d’ethnicisme que certains véhiculent sur la toile, allant parfois jusqu’à vouloir dresser les communautés les unes contre les autres. La situation avait atteint un niveau critique au point que le gouvernement était obligé, à travers son porte-parole, de recadrer les choses. J’ai même appris que les auteurs de ces propos violents teintés de stigmatisation, ont été convoqués et auditionnés par les services compétents. Toute chose que j’ai saluée à sa juste valeur d’autant que cela pourrait servir de leçon aux autres. Car, j’ai l’impression que face à la crise sécuritaire qui est la nôtre, certains, plutôt que de travailler pour que notre pays retrouve sa sérénité d’antan, préfèrent jeter de l’huile sur le feu. Ils passent, en effet, le temps à jeter la pierre à une communauté donnée qu’ils accusent d’être à l’origine de tous les péchés… du Burkina. Certains vont plus loin en appelant ouvertement à l’extermination de tel ou tel groupe ethnique. Je vois des hommes politiques qui aspiraient même à occuper les plus hautes fonctions de ce pays, qui se sont laissés aller à ces accusations injustes, injustifiées et dangereuses. Car, il faut avoir le courage de le dire. Le terrorisme n’a ni d’ethnie ni de race. La preuve est qu’aujourd’hui, parmi les terroristes, on rencontre toutes les ethnies possibles.

Nous avons intérêt à unir nos forces pour combattre l’ennemi commun 

Il n’y a pas une seule communauté qui n’ait pas de « représentants » parmi ces égarés qui ont juré la perte de notre beau pays où naguère vivaient en osmose, toutes les communautés. Et les liens sociaux et inter-communautaires se sont renforcés depuis des siècles à travers les alliances et les liens de mariage. J’avoue que je suis nostalgique de ce Burkina-là où la différence ethnique n’avait pas de place et où la vie humaine était sacrée. Donc, pour moi, plutôt que de passer le temps à nous accuser mutuellement, renforçant ainsi la méfiance entre nous, nous avons intérêt à unir nos forces pour combattre l’ennemi commun qui tente de nous diviser et qui, j’en suis sûr, rit sous cape quand il nous voit en train de nous chamailler. Voyez-vous ? Notre pays sera ce que nous voulons qu’il soit. On pourra en faire un havre de paix si nous y travaillons. Tout comme on pourra en faire un enfer sur terre si nous continuons avec certains propos déplacés et venimeux. Je le dis parce que j’ai l’impression que certains n’ont pas encore réalisé que le Burkina est une « maison commune », et que personne, je dis bien personne, n’a intérêt à ce qu’elle prenne feu. Je me demande même parfois si certains, par leur manière de faire, ne sont pas des suppôts des terroristes ; tant on a l’impression qu’ils travaillent à semer ou à entretenir la confusion. Ils font vraisemblablement preuve de cécité parce qu’il leur suffit seulement de jeter un coup d’œil sur ce qui se passe dans certains pays voisins pour comprendre que l’ethnicisme est un chemin sans issue, qui conduit inéluctablement au chaos. En tout cas, je veux que les uns et les autres se le tiennent pour dit : personne n’a d’avenir dans un pays qui n’en a pas un. Donc, rectifions le tir pendant qu’il est encore temps pour autant que l’on veuille se donner des chances de remporter la guerre que nous ont imposée les groupes armés terroristes. Cela dit, disons non à la stigmatisation et à l’ethnicisme ! Moi, je suis fou. Je n’ai pas d’ethnie. Je sais seulement que je suis Burkinabè et cela me suffit personnellement. Faites donc comme moi !

« Le Fou »

Le Pays

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here