Accueil A la Une DIRECT. Rébellion en Russie : Evguéni Prigojine annonce que ses hommes « rentrent » dans...

DIRECT. Rébellion en Russie : Evguéni Prigojine annonce que ses hommes « rentrent » dans leurs camps

0
108

DIRECT. Rébellion en Russie : Evguéni Prigojine annonce que ses hommes « rentrent » dans leurs camps

Le chef du groupe paramilitaire russe Wagner a lancé une charge contre l’armée russe vendredi, l’accusant d’avoir bombardé ses hommes. Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé une « trahison ». Le pouvoir ukrainien voit lui une « opportunité ». Après que ses troupes sont entrées dans Rostov et se sont dirigées vers Moscou, Evguéni Prigojine a finalement annoncé qu’elles rentraient à leurs bases. L’Ukraine a annoncé de nouvelles avancées. Suivez notre direct, ce samedi 24 juin 2023.

Un membre du groupe Wagner monte la garde à Rostov-sur-le-Don, le 24 juin 2023.
Un membre du groupe Wagner monte la garde à Rostov-sur-le-Don, le 24 juin 2023. | ROMAN ROMOKHOV / AFP

« Ils voulaient dissoudre Wagner. » Au termes d’une journée à rebondissement, qui s’est soldé par l’annonce du chef de la milice privée Wagner d’un retour de ces hommes dans leurs casernes, Evguéni Prigojine a expliqué sur Telegram les raisons de cette marche sur Moscou, puis de son arrêt. Selon lui, les autorités russes souhaitaient dissoudre sa milice, ce qui a provoqué cette « marche de la justice ». Après des négociations avec le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, le chef de Wagner aurait donné l’ordre à ses hommes de rentrer dans leurs baraquements.

Des opérations de combats. Entré ouvertement en rébellion contre le commandement russe – qu’il a juré de renverser – vendredi soir, le chef de la milice privée Wagner, Evguéni Prigojine, a affirmé samedi matin contrôler plusieurs sites militaires stratégiques. Le patron de Wagner a assuré en début d’après-midi avoir pris le quartier général de l’armée russe à Rostov, dans le sud de la Russie, sans tirer et avec le soutien de la population. Ses troupes poursuivaient leur progression en direction de Moscou, avant qu’il annonce finalement qu’elles rentraient vers leurs camps.

Une « trahison » pour la Russie, une « opportunité » pour l’Ukraine. Dans une allocution télévisée ce samedi matin, le président russe, Vladimir Poutine, a dénoncé « une trahison » de la milice armée qui « peut mener à une guerre civile fratricide ». Le chef du Kremlin a également qualifié la mutinerie de Wagner de « coup de poignard dans le dos ». « Personne ne va se rendre à la demande du président », a assuré le chef de la milice dans un enregistrement audio. Du côté de l’Ukraine, le ministère de la Défense estime que la Russie « s’autodétruit » et que cette rébellion représente « une opportunité ». L’Ukraine a aussi annoncé des avancées dans plusieurs directions du front Est.

Veuillez fermer la vidéo flottante pour reprendre la lecture ici.

Suivez le direct de l’événement

samedi 24 juin 2023

C’est maintenant le moment où le sang peut être versé. Conscients de cette responsabilité, nous faisons demi-tour et partons dans la direction opposée, vers nos camps de campagne, selon le plan.
Evgueni Prigojine, dans un message audio laissé sur Telegram
Ils voulaient dissoudre Wagner. Nous sommes partis le 23 juin pour la « Marche de la Justice ». En une journée, nous avons parcouru à peu près 200 km de Moscou. Pendant ce temps, nous n’avons pas versé une seule goutte de le sang de nos combattants.
Evgueni Prigojine, dans un message audio laissé sur Telegram
« Ils voulaient dissoudre Wagner » : Evgueni Prigojine a expliqué dans un message audio sur Telegram les raisons de cette « marche » sur Moscou.
La journaliste du Washington Post, Mary Ilyushina, a retranscrit sur Twitter le message audio du chef de Wagner, qu’il a diffusé sur la chaîne de conversation cryptée Telegram.
Emmanuel Macron a évoqué « l’impact possible » de la rébellion sur la guerre en Ukraine
Le président de la République a évoqué avec plusieurs de ses homologues, dont Joe Biden, l' »impact possible » sur la guerre en Ukraine de la rébellion menée par Wagner, a indiqué l’Élysée. Emmanuel Macron s’est entretenu avec les présidents polonais Andrzej Duda et américain Joe Biden, ainsi qu’avec les chefs de gouvernement allemand Olaf Scholz et britannique Rishi Sunak, en évoquant « l’impact possible des événements en cours en Russie sur la guerre en Ukraine ». « Ils ont également confirmé leur engagement et leur détermination à soutenir l’Ukraine pour lui permettre de recouvrer son entière souveraineté », a précisé la présidence française.
🔴 Evguéni Prigojine annonce que ses hommes « rentrent » dans leurs camps pour éviter un bain de sang
Le patron de Wagner a annoncé que ses hommes, qui marchaient en direction de Moscou depuis le sud-ouest de la Russie, « rentrent » dans leurs camps pour éviter un bain de sang avec les forces de sécurité. « C’est maintenant le moment où le sang peut couler. Ainsi […] nos colonnes font demi-tour et nous partons dans la direction opposée rentrer dans les camps, conformément au plan », a déclaré le chef du groupe paramilitaire dans un enregistrement sonore publié par son service de presse sur Telegram.
« Il est temps de fournir toutes les armes », déclare Volodymyr Zelensky
L’Ukraine protège l’Europe de la Russie, « il est temps de [lui] fournir toutes les armes nécessaires » dont les chasseurs F-16 et des missiles tactiques ATACMS d’une portée de 300 km, a déclaré le président ukrainien.
« La sécurité du flanc oriental de l’Europe ne dépend que de notre défense », a déclaré Volodymyr Zelensky dans son adresse quotidienne. « Il est maintenant temps de fournir toutes les armes nécessaires » à cette fin, dont des chasseurs F-16 et des ATACMS (Army tactical missile system).
🔴 Le président biélorusse affirme avoir négocié « l’arrêt des mouvements » de troupes avec Wagner
Alexandre Loukachenko dit avoir négocié avec le chef de Wagner l’arrêt des mouvements des troupes du groupe paramilitaire et pour éviter toute nouvelle escalade. « Evguéni Prigojine a accepté la proposition du président de la Biélorussie Alexandre Loukachenko d’arrêter les mouvements des hommes armés de la société Wagner et des mesures pour une désescalade des tensions », a indiqué le canal Telegram officieux de la présidence biélorusse, Poul Pervogo.
L’Ukraine annonce de nouvelles offensives et des avancées dans l’Est
L’armée ukrainienne a lancé des offensives dans plusieurs directions face aux forces russes sur le front Est et revendique de nouvelles avancées, selon le ministère de la Défense. « Une offensive sur plusieurs directions simultanément » a été lancée ce samedi vers les localités d’Orikhovo-Vassylivka, Bakhmout, Bogdanivka, Iaguidné, Klichtchiïvka, Kourdioumivka, a déclaré la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Maliar, en revendiquant « des avancées dans toutes les directions ».
Près de 5 000 hommes de Wagner vers Moscou
Environ 5 000 hommes composent le convoi du groupe paramilitaire emmené par Dmitri Outkine qui se dirige vers Moscou, selon Reuters qui cite une source proche des dirigeants de la partie de la région ukrainienne de Donetsk tenue par les Russes.
Cette source, qui s’est révélée fiable par le passé, affirme qu’Evguéni Prigojine, dispose en tout de moins de 25 000 hommes et qu’environ 5 000 d’entre eux se trouvent à Rostov-sur-le-Don, ville du sud de la Russie dont Wagner dit avoir pris le contrôle, explique l’agence de presse.
L’objectif de Wagner est de prendre position dans des zones densément peuplées des environs de Moscou.
D’après Volodymyr Zelensky, Vladimir Poutine « a évidemment très peur »
Le président ukrainien a affirmé que son homologue russe « a évidemment très peur » de la rébellion du groupe Wagner et qu’il « se cache probablement quelque part » hors de Moscou. « L’homme du Kremlin a évidemment très peur et se cache probablement quelque part. Je suis sûr qu’il n’est plus à Moscou », a-t-il déclaré dans son allocution quotidienne, estimant que le président russe « a lui-même créé cette menace ». « Aujourd’hui, le monde a vu que les dirigeants russes n’ont aucun contrôle sur quoi que ce soit. Rien du tout. C’est un chaos total », a-t-il appuyé.
🔴 La Défense ukrainienne indique avoir réalisé des avancées dans plusieurs directions du front Est
🔴 L’Ukraine annonce de nouvelles offensives dans l’Est
Prague ironise sur la crise russe
La Tchéquie, par la voix de deux de ses ministres, a réagi avec ironie à la rébellion du groupe Wagner.
« Voilà, nous savons enfin ce que les Russes entendaient par une Opération spéciale. Après 16 mois de guerre en Ukraine, la Russie fait la guerre à la Russie », a écrit sur Twitter la ministre tchèque de la Défense Jana Cernochova. « Ce n’est pas une surprise. C’est une tradition chez eux. Les guerres ratées finissent toujours par l’exécution du Tsar, suivie de chaos et d’une guerre civile supervisée par les fouineurs des services de sécurité. Félicitations ! ».
Le ministre des Affaires étrangères Jan Lipavsky s’est, lui, contenté d’un court tweet : « Je peux voir que mes vacances d’été en Crimée approchent ».
Moscou sous le « régime d’opération antiterroriste »
Sergueï, un entrepreneur de 27 ans, pensait « que la situation en général pouvait être dangereuse et que quelque chose comme ça pouvait arriver, mais c’était une supposition », dit-il à l’AFP. « Quand tout est arrivé, il y avait une énorme tension », ajoute-t-il.
Pour Danil Novokreschenov, 22 ans, « ça n’a jamais été calme en Russie. Il y a toujours des troubles ». Olga Schmidt, une responsable de projet de 29 ans, pense que l’armée régulière russe « sera capable d’arrêter » Evguéni Prigojine.
La ville est placée depuis ce matin sous le « régime d’opération antiterroriste », qui renforce notamment les pouvoirs des services de sécurité et leur permet de restreindre les mouvements. Dans la nuit, des images de médias russes ont montré des véhicules militaires circuler dans les rues de Moscou.
Des Moscovites surpris mais confiants dans leur armée
« Surpris » par la rébellion de Wagner, des habitants de Moscou espèrent que l’armée russe sera capable d’y mettre fin et que « l’ordre prévaudra ».
« J’ai lu les informations ce matin, j’ai été très surprise. Je ne sais pas comment réagir à cela », déclare auprès de l’AFP Elena, 35 ans, en blouson bordeaux et chemise noire. « En tout cas, c’est très triste que tout cela arrive », ajoute-t-elle. Elle se dit surtout « désolée pour nos diplômés », alors que la cérémonie de remise des diplômes aux bacheliers prévue samedi a été reportée à une autre date.
Pas de panique à ce stade à Moscou : les habitants se promènent dans les parcs et les boulevards commerçants du centre de la capitale en mangeant une glace ou en promenant leur chien, rapporte l’agence de presse. Aux abords de l’emblématique place Rouge, fermée, des touristes se prennent en selfie.
🎥 VIDÉO. Les Moscovites croient en la victoire de l’armée russe face à Wagner

Joe Biden a parlé avec plusieurs dirigeants occidentaux de la situation en Russie 
Le président américain s’est entretenu par téléphone de la situation en Russie avec ses homologues français Emmanuel Macron, allemand Olaf Scholz et britannique Rishi Sunak, a indiqué la Maison Blanche. « Les dirigeants ont parlé de la situation en Russie. Ils ont affirmé leur soutien inébranlable à l’Ukraine », est-il précisé dans un communiqué.
L’armée ukrainienne raille les soldats russes et les appelle à choisir leur camp
Le ministère ukrainien de la Défense s’est moqué des soldats russes, les appelant à ne plus combattre l’Ukraine mais à choisir leur camp dans le conflit entre Wagner et l’armée russe. « Le ministère de la Défense de l’Ukraine se demande pourquoi les soldats russes sont encore dans leurs tranchées boueuses, plutôt que de venir en aide à leurs camarades, que ce soit d’un côté du conflit ou de l’autre. Ca serait plus sûr pour eux que d’affronter l’armée ukrainienne », a tweeté le ministère.

La diplomatie française « mobilisée » pour « la sécurité » de ses « ressortissants » en Russie
Dans un nouveau communiqué, le ministère des Affaires étrangères a assuré être « pleinement mobilisé pour assurer la sécurité » des Français, dont le personnel « diplomatique et consulaire » en Russie, d’après BFMTV. Le quai d’Orsay « suit de près les événements en cours en Russie ».
Vladimir Poutine bat le rappel de ses soutiens et alliés
Comme dit l’adage, « c’est dans le besoin qu’on reconnaît ses amis ». Le chef de l’État russe rameute ses fidèles pour faire face à la trahison d’Evguéni Prigojine.
Lire notre article ci-dessous. ⬇️
🔴 La contre-offensive se passe comme prévu, selon l’armée ukrainienne
En parallèle de la rébellion en Russie, les combats continuent sur le front de l’Ukraine. Commandant en chef de l’armée ukrainienne, Valery Zaloujny a assuré au chef d’état-major interarmées américain, Mark Milley, que la contre-offensive ukrainienne lancée contre les forces russes se passait comme prévue.
« Nous avons discuté en détail de la situation tout au long de la ligne de front. Je lui ai parlé de l’offensive et des actions offensives de nos unités. Je l’ai informé du fait que l’opération se déroule conformément aux plans », a déclaré le général ukrainien, selon un communiqué.
🔴 La situation est « difficile » à Moscou, lundi sera chômé
Le maire de la capitale russe a estimé que la situation était « difficile » dans sa ville, vers laquelle marchent les forces rebelles du groupe Wagner. Il a décrété lundi jour chômé, pour limiter les déplacements.
« La situation est difficile », a reconnu sans ambages Sergueï Sobianine. « Afin de minimiser les risques […], j’ai décidé de déclarer lundi jour chômé », sauf pour certaines activités et les services municipaux. Le maire a appelé les Moscovites à « limiter autant que possible » leurs déplacements dans la ville et prévenu que la circulation pourrait être « bloquée » sur certaines routes et dans certains quartiers.
Volodymyr Zelensky souligne « la faiblesse totale » russe
« La faiblesse de la Russie est évidente. Une faiblesse totale », a estimé le président ukrainien sur les réseaux sociaux à la mi-journée. « Il est tout aussi évident que l’Ukraine est capable de protéger l’Europe contre une contamination par le mal et le chaos russe ».

🔴 La rébellion n’empêchera pas la Russie d' »atteindre ses objectifs » en Ukraine
En mettant en garde les pays occidentaux d’en « profiter » pour pousser leurs desseins « russophobes », la Russie a aussi assuré que la mutinerie n’empêcherait pas Moscou d' »atteindre ses objectifs » en Ukraine. « Tous les objectifs de l’opération militaire spéciale [en Ukraine] seront atteints », a ajouté le ministère russe des Affaires étrangères dans son communiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici