Des mercenaires russes derrière les violations des droits humains en RCA, selon des experts de l’ONU

0
208

Des mercenaires russes derrière les violations des droits humains en RCA, selon des experts de l’ONU

Des experts indépendants « profondément perturbés  » par les liens entre le groupe Wagner et la violence depuis les élections

Un camion aurait été utilisé par l'entrepreneur militaire privé russe Wagner Group dans une base pillée de Faca à Bangassou, en République centrafricaine.
Un camion aurait été utilisé par l’entrepreneur militaire privé russe Wagner Group dans une base pillée de Faca à Bangassou, en République centrafricaine. Photographie: Alexis Huguet / AFP / Getty Images

Dernière modification le mer.31 mars 2021 00.12 EDT

Des mercenaires russes du groupe Wagner , un entrepreneur militaire privé, ont commis des violations des droits de l’homme en République centrafricaine alors qu’ils combattaient aux côtés des forces gouvernementales, selon un groupe d’experts indépendants de l’ONU.

Le groupe de travail de l’ONU s’est dit «profondément perturbé» par les liens entre les mercenaires russes et une série d’attaques violentes qui ont eu lieu en RCA depuis les élections de décembre.

Le pays a été ravagé par une recrudescence de la guerre civile depuis qu’une alliance de factions rebelles a lancé une offensive. Les élections ont été remportées par le président sortant, Faustin-Archange Touadéra, qui a prêté serment mardi, mais ont conduit à une intensification des combats plus tôt cette année alors que les rebelles cherchaient à bloquer la capitale, Bangui.

L’armée de Touadéra – Forces armées centralafricaines (Faca) – bénéficie du soutien militaire de la Russie et du Rwanda. Les mercenaires du groupe Wagner ont participé à une contre-offensive gouvernementale réussie contre les rebelles au cours des derniers mois.

Selon le groupe d’experts des Nations Unies, les entrepreneurs russes travaillent en étroite collaboration avec la mission de maintien de la paix des Nations Unies, forte de 15 000 personnes, basée en RCA depuis 2014. La Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) est chargée de protéger les civils et de fournir un environnement permettant au pays de construire des institutions durables.

Le groupe d’experts a déclaré qu’il était troublé de découvrir que les mercenaires étrangers étaient en contact étroit avec les soldats de la paix de l’ONU. Il y avait des réunions régulières entre le personnel de l’ONU et des «conseillers russes», des visites des Russes dans les bases de la MINUSCA et des évacuations médicales des «entraîneurs russes» blessés vers les installations de la MINUSCA.

«Cette confusion des frontières entre les opérations civiles, militaires et de maintien de la paix pendant les hostilités crée de la confusion sur les cibles légitimes et augmente les risques de violations généralisées des droits de l’homme et du droit humanitaire», a déclaré Jelena Aparac, présidente-rapporteure du groupe de travail des Nations Unies sur mercenaires.

Les experts ont déclaré avoir reçu des informations faisant état de «graves violations des droits de l’homme et de violations du droit international humanitaire» commises par des militaires privés russes opérant conjointement avec la Faca. Dans certains cas, des soldats de la paix de l’ONU ont été impliqués, ont-ils ajouté.

Les violations alléguées comprennent des exécutions sommaires massives, des détentions arbitraires, des actes de torture pendant les interrogatoires et le déplacement forcé de la population civile, dont environ 240 000 ont fui leurs maisons en raison des combats au cours des dernières semaines. Il y a eu une augmentation des attaques contre les organisations humanitaires, ainsi que des disparitions forcées, a déclaré le groupe d’experts de l’ONU.

«De manière inacceptable, il ne semble y avoir aucune enquête ni aucune responsabilité pour ces abus», a déclaré Aparac. «Les liens étroits entre les différents acteurs compromettent davantage les chances de mener une enquête impartiale et d’assurer la responsabilité. Une plus grande clarté sur les rôles des «partenaires internationaux» est nécessaire de toute urgence. »

Les Russes identifiés par l’ONU sont liés à Yevgeny Prigozhin, un oligarque qui est un allié de Vladimir Poutine. Washington a inculpé Prigozhin pour ingérence dans les élections américaines de 2016. Il dit qu’il finance le groupe Wagner et l’ usine de trolls de Saint-Pétersbourg . Le FBI a récemment offert une récompense de 250 000 $ pour les informations ayant conduit à son arrestation.

Le groupe de travail des Nations Unies répertorie trois entités de Prigozhin «interconnectées» actives en RCA: Wagner, Lobaye Invest , une société minière basée en RCA spécialisée dans l’or et les diamants qui a été sanctionnée par les États-Unis; et Sewa Security Services, qui garde le président et d’autres hauts responsables centrafricains.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) enquête sur plusieurs incidents. En décembre, des soldats russes et faca auraient ouvert le feu sur un véhicule qui ne s’était pas arrêté à un poste de contrôle de la préfecture de Ouaka, tuant trois personnes et en blessant 15. Ils ont également été impliqués dans une attaque contre une mosquée à Bambari, la capitale de la préfecture.

Les rebelles d’une série de factions, qui se font appeler la Coalition des patriotes pour le changement (PCC), ont également commis des atrocités, est-il allégué. Le 8 mars, ils ont tendu une embuscade à un convoi de soldats du gouvernement et de Wagner dans le village de Manga, sur l’autoroute entre Bozoum et Bocaranga. Deux mercenaires russes auraient été tués et un véhicule détruit.

La coalition rebelle est dirigée par l’ancien président François Bozizé, qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 2003 et a été évincé une décennie plus tard, plongeant le pays dans une guerre sectaire brutale.

Bozizé a fui à l’étranger après avoir été renversé en 2013 mais est revenu fin 2019, faisant craindre que l’ancienne colonie française ne soit confrontée à une nouvelle violence. Lui et d’autres dirigeants de l’opposition ont refusé de reconnaître Touadéra comme le vainqueur du scrutin de décembre, alléguant une fraude.

Les troupes gouvernementales ont maintenant repris une série de villes le long de la route stratégique reliant Bangui au Cameroun voisin et se rapprocheraient de la forteresse de Bozizé. Les responsables ont reconnu l’importante assistance des «forces alliées» lors des récentes victoires, un terme faisant généralement référence aux troupes rwandaises ou aux mercenaires russes.

Des sources onusiennes ont déclaré à l’Agence France-Presse en janvier que la coordination sur le terrain entre les Casques bleus de l’ONU, les «instructeurs militaires» russes et 300 soldats rwandais envoyés en renfort en décembre sur une base bilatérale était «plutôt bonne».

Des documents divulgués montrent l’ampleur des opérations de Prigozhin en Afrique. L’ambition apparente de Moscou est de faire de la région un hub stratégique. Les activités de Prigozhin et de Wagner sont étroitement coordonnées avec les hauts fonctionnaires des ministères des Affaires étrangères et de la Défense de la Russie, suggèrent les documents.

Prigozhin n’était pas disponible pour commenter. Il a ignoré les actes d’accusation américains et a précédemment déclaré que le groupe Wagner n’existait pas.

The Guardian

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here