Accueil A la Une Denis Pavlov, l’homme de Bangui

Denis Pavlov, l’homme de Bangui

0
129

Quand le SVR reprend la main

Une enquête en collaboration avec Radio Free Europe/Radio Liberty

Des mercenaires au SVR pour le gâteau juteux centrafricain

Depuis l’arrivée du groupe Wagner en Centrafrique, une de ses missions a été de former et accompagner les personnels des forces militaires, de police et de gendarmerie dans le pays. Cette vitrine sur la formation a été incarnée par Alexander Ivanov, en charge des fameux instructeurs russes, et la Communauté des Officiers pour la Sécurité internationale.

Entraînement des forces de police de la RCA au champ de tir de Kassai par les instructeurs russes; photo postée sur les réseaux sociaux le 23/11/2023.

Au-delà des formations, le Groupe Wagner est très implanté dans l’écosystème sécuritaire du pays. D’après plusieurs sources, ses cadres entrent et sortent des bureaux de la police comme de chez eux, occupent des postes et des casernes et sont accusés de violences envers les forces armées et les forces de police. Ils mènent et participent également aux opérations des Forces Armées Centrafricaines mais également des Forces de Sécurité Intérieure du pays. A Bangui, on connaissait jusqu’à présent l’ex légionnaire Vitali Perfilev, responsable des opérations du groupe Wagner et conseiller à la sécurité du président Touadéra. D’après Jeune Afrique, Perfilev rencontrait très régulièrement le chef de la police, Bienvenu Zokoué, à son bureau au camp Roux ou au siège de la police. Parmi ses réseaux, figure aussi Henri Wanzet-Linguissara, chef du renseignement à la présidence et avec qui le groupe Wagner dialoguait et travaillait de façon rapprochée depuis leur arrivée en RCA.

Photo datée d’août 2021 lors de la cérémonie de sortie de 652 élèves policiers issus de la 20e promotion : Vitali Perfilev proche du Directeur général de la Police nationale Bienvenu Zokoué (source: Facebook)

Photo datée d’Octobre 2022 lors du lancement officiel des activités de l’Association des veuves des policiers Centrafricains. Au premier plan, le Directeur général de la Police nationale Bienvenu Zokoué. Derrière lui, Vitali Perfilev et Dimitri Sytyi (source: Facebook)

Photos datant d’Octobre 2023 de la Cérémonie de présentation du drapeau aux nouvelles recrues de la gendarmerie présidée par le Général de division, Landry Ulrich Dépôt, Directeur général de la gendarmerie nationale, ici aux côtés de Vitali Perfilev (source: Facebook)

Mais depuis la mutinerie et la mort de Evgeny Prigojine, les chefs historiques du groupe Wagner semblent être sur la sellette en République Centrafricaine. Et le partenariat avec les forces de l’ordre serait en train de changer de main. Vitali Perfilev sur la sortie? Le nouvel homme de Bangui est Denis Vladimirovich Pavlov. Tout juste débarqué en RCA en septembre 2023, l’homme se présente comme un diplomate en poste à l’Ambassade de Russie en RCA. Son rôle serait en fait de reprendre en main le partenariat sécuritaire avec la Direction Générale de la Police Nationale Centrafricaine. Pourtant et d’après des sources diplomatiques et sécuritaires de différents pays européens, Denis Pavlov est en réalité un agent de renseignement sous couverture diplomatique appartenant au SVR, le Service des renseignements extérieurs de la Fédération de Russie (Служба внешней разведки Российской Федерации). D’après nos informations, sa venue aurait d’ailleurs été annoncée par une lettre du chef du SVR, Sergueï Narychkine. Car la mission de Wagner en RCA est juteuse et aurait coûté  près d’un demi milliard d’euros au gouvernement centrafricain pour se payer le groupe paramilitaire de Prigojine depuis 2017. A présent ce sont les services de renseignement russes qui reprennent les affaires centrafricaines en main.

Wagner est mort, vive Wagner!

D’après le Daily Beast, Vladimir Poutine avait rassuré directement son homologue, le président Touadéra, de la continuité des missions du groupe Wagner suite à la mutinerie de son chef fin juin 2023. Mais le président russe comptait néanmoins en changer les têtes de file en Centrafrique. Tout démarre fin juillet 2023 au forum Russie Afrique, avec la présence d’un homme à l’ensemble des rencontres bilatérales entre la délégation présidentielle russe et les pays africains où le groupe Wagner est présent: le Général Andreï Averyanov, chef de l’unité 29155, l’unité des opérations clandestines de la GRU, la Direction du renseignement militaire russe.

Réunion Russie – RCA lors du Forum Russie Afrique fin juillet 2023. Gen. Andrei Averyanov est le dernier au fond côté russe.

Fin août, une délégation du Ministère de la Défense russe dirigée par le vice Ministre de la Défense Yunus Bek Yevkurov fait le tour de l’ensemble des pays où le groupe Wagner est implanté pour en négocier la suite. La délégation fait une halte en RCA début septembre pour rencontrer le Président Touadéra et leurs homologues de la Défense. On retrouve sur les photos Yunus Bek Yevkurov et le Président Touadéra, mais aussi Andrei Averyanov, membre du GRU, Valery Golubsov, attaché militaire de l’ambassade de Russie au Soudan et Konstantin Myrzoyants, lié à l’organisation paramilitaire REDUT.

Grâce à l’obtention d’une copie du passeport par Radio Free Europe/ Radio Liberty, nous avons pu identifier l’homme en costume comme Denis Vladimirovich Pavlov en confirmant avec trois solutions de reconnaissance faciale son identité.

Photo du passeport de Denis Vladimirovich Pavlov.

Exemple d’outils de reconnaissance faciale utilisés pour comparer les visages

Espionnage, champagne et Ferrero Rocher en Europe

Pavlov est né en septembre 1977 à Moscou. Son parcours reste très discret. Il n’y a que très peu d’informations à son sujet en ligne et dans les bases de données russes. En étudiant son numéro de téléphone et email, il est possible de retrouver des abonnements liant ces éléments techniques à OK (un réseau social russe), Skype, WhatsApp et Telegram. Mais Pavlov n’a aucune information donnant d’indice sur son identité ou sa photo. Pourtant d’après une source européenne, il  aurait le grade de Colonel pour le compte du SVR. Son grade n’a cependant pas pu être vérifié par nos recherches.

Certaines missions de Pavlov émergent en ligne. Il est envoyé en ambassade sous couverture diplomatique en Europe à plusieurs reprises et parle certainement français couramment. D’après des documents retrouvés en ligne, il séjourne ainsi à Paris où il représente la Russie à l’UNESCO en 2006 et 2007. Il est ensuite deuxième secrétaire à la mission permanente de la Russie aux Nations Unies à Genève en 2011 et 2012 avec sa femme qui l’assiste. Son fils est scolarisé à l’école russe de la ville de 2010 à 2012. On retrouve Pavlov sur une photo de la fête du nouvel an de l’école.

Photo datant de 2011. Elle donne un résultat positif avec la photo du passeport de Pavlov dans les outils de reconnaissance faciale utilisés pour cette enquête.

Denis Pavlov est ensuite envoyé comme conseiller politique à la Mission de représentation permanente de la Russie auprès de l’Union Européenne à Bruxelles.

Photo de Denis Pavlov (à gauche) à une réception organisée par la Mission de la Russie à l’Union Européenne (source: Facebook)

D’après le registre des participants, il assiste à la conférence finale du projet EU CIVCAP qui rassemble la société civile et s’intéresse aux mécanismes de maintien de la paix et de gestion de conflit dans les zones d’intervention de l’UE. On le distingue sur les photos de la conférence.

Photos de la conférence et zooms sur Denis Pavlov.

D’après une source de RFE/RL proche de l’Union Européenne, Pavlov a quitté son poste à Bruxelles au printemps 2023. La source précise qu’il relève du renseignement militaire.

Avant de quitter Bruxelles, Pavlov a essayé de ne pas attirer l’attention sur lui-même et a fait profil bas, a déclaré à RFE/RL une autre source du réseau diplomatique de l’UE, ajoutant que malgré cela, il était sur le radar des cercles de renseignement à Bruxelles.

Pavlov n’a pas fait partie des expulsions d’espions russes organisées en Belgique en réponse aux actions hostiles de la Russie sur le territoire européen. Interrogé sur le séjour de Pavlov à Bruxelles, le porte-parole de l’Union européenne pour l’action extérieure (SEAE) a conseillé à RFE/RL d’envoyer des questions au ministère belge des Affaires étrangères en expliquant que ce ministère enregistre tous les diplomates étrangers qui viennent travailler à Bruxelles, même si cela est pour l’UE. Le porte-parole du ministère belge des Affaires étrangères a écrit que les questions de RFE/RL devraient être adressées au SEAE.

Contactés à plusieurs reprises, les services de sécurité belges (VSSE) n’ont pas répondu aux sollicitations de notre consortium d’enquête.

Mr and Mrs Pavlov: Famille d’agents de renseignement

La femme de Pavlov, Evgenya Pavlova, née Merinova, a travaillé avec son mari lors de leur séjour à Génève. Mais loin de la secrétaire, femme d’expat traditionnelle, elle a aussi exercé des fonctions administratives au sein du FSB et notamment de l’unité 35690, un centre opérationnel spécial du FSB d’après des bases de données russes. Son père, Alexander Merinov, est un ancien officier de l’unité Vympel, l’unité d’élite des forces spéciales russes sous commandement du FSB. Contactée par téléphone, Evgenya Pavlova a demandé à notre consortium de la rappeler après quelques minutes de conversation. Elle ne décrochera plus. Denis Pavlov ne répondra pas à nos sollicitations.

Mais la Centrafrique n’est pas une affaire de famille. L’espion russe serait seul cette fois-ci sur place. Lors de ses premiers pas dans le pays, Pavlov apparaît crispé et concentré sur les photos. Le nouvel homme de Bangui n’est pas encore habitué à être sous les feux des projecteurs, comme le commandant des opérations clandestines de la GRU, Averyanov, rompu aux expositions médiatiques depuis l’affaire Skripal.

https://alleyesonwagner.org/

Lu Pour Vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici