DÉCLARATION DES PARTIS POLITIQUES DE L’OPPOSITION DÉMOCRATIQUE RELATIVE A LA RENCONTRE DU SAMEDI 5 JANVIER 2019 AVEC LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CHEF DE L’ÉTAT

0
192

Suite au communiqué radio de la Présidence de la République invitant les forces vives de la Nation à une rencontre au Palais de la Renaissance avec le Chef de l’Etat, les partis politiques de l’opposition démocratique signataires de cette déclaration portent à l’attention de la communauté nationale et internationale ce qui suit :

Il est un fait établi dans notre pays, la République centrafricaine, que la scène publique est structurée en plusieurs entités distinctes et reconnues comme telles, que sont respectivement les pouvoirs publics, l’opposition politique démocratique, la société civile, la plateforme religieuse, les groupes armés et bien d’autres encore. Et il est de tradition que dans les grands moments de troubles ou de crise le Chef de l’Etat soit amené à consulter chacune de ces entités séparément pour des concertations sur les sujets d’actualité qui engagent la destinée de tout le pays.
L’opposition politique démocratique est disposée en tout temps à échanger avec le Chef de l’État sur l’avenir politique de notre pays, dans la droite ligne de la Feuille de Route de l’Union Africaine, unique voie de règlement de la crise centrafricaine.

Cependant l’opposition politique démocratique, du fait de la gravité de la situation, ne pourrait accepter la confusion des genres en se voyant mélanger avec des partis politiques issus de la majorité présidentielle aux intérêts absolument divergents.

Aussi, l’appel lancé le jeudi 3 janvier 2019 par la Présidence de la République à l’adresse des partis politiques sans distinction aucune entre ceux relevant de l’opposition démocratique et ceux relevant de la majorité présidentielle, ne répond pas aux normes d’une rencontre saine, constructive et respectueuse des entités constituées traditionnellement reconnues dans notre pays. Le format qui convient le mieux, au vu de la situation du pays, est une rencontre entre le Chef de l’Etat et l’opposition démocratique exclusivement.

De plus, l’opposition démocratique ne peut que regretter le caractère singulièrement cavalier de l’invitation de la Présidence de la République qui ne sied absolument pas à la conduite des affaires de l’Etat qui, elle, exige plus de sérénité et de solennité, et non pas une politique spectacle qui dessert manifestement les intérêts de la Nation. Il aurait été plus convenable que le protocole de la Présidence de la République fasse parvenir aux sièges desdits partis
politiques de l’opposition démocratique des cartons d’invitation officiels en lieu et place d’une interpellation radiodiffusée.

S’ajoute à cela la manipulation ostensible de jeunes et adultes désœuvrés, positionnés dans les carrefours stratégiques de la ville de Bangui, ce vendredi matin, pancartes en main scandant des slogans favorables à l’initiative de Khartoum et ce dans le but inavoué de faire obstacle et entrave à l’Initiative Africaine pour la Paix et la Réconciliation en Centrafrique sous l’égide de l’Union Africaine (UA). Alors même que l’Union Africaine avait préalablement désigné Addis Abéba (Ethiopie) comme unique lieu du Dialogue Politique.

Fort de tout cela, l’opposition démocratique, d’un commun accord se voit obliger de décliner l’offre de la Présidence de la République qui ne répond pas aux exigences minimales d’une rencontre politique entre l’opposition politique démocratique et le Chef de l’Etat dans un climat apaisé et constructif.

Fait à Bangui le 4 janvier 2019

Ont signé :
CRPS Me Nicolas TIANGAYE

MDREC Joseph BENDOUNGA

PATRIE Me Crépin MBOLI-GOUMBA

RPR Ferdinand Alexandre N’GUENDET

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here