Accueil A la Une Crise pré-électorale au Sénégal

Crise pré-électorale au Sénégal

0
80

Les Sénégalais se rendront aux urnes le mois prochain, et les signes ne sont pas bons.

Le président Macky Sall a promis que les élections du 25 février seraient libres et équitables, mais il est difficile de voir comment cela pourrait être le cas dans le climat actuel. Les autorités ont passé les trois dernières années à réprimer l’opposition, les médias et la société civile, et à remplir les prisons d’opposants politiques.

Comme nous l’avons souligné dans cette newsletter en août dernier, la régression du pays est profondément troublante. La répression a commencé en 2021 à la suite d’affaires judiciaires impliquant le célèbre leader de l’opposition Ousmane Sonko et de la crainte que Macky Sall ne se présente pour un troisième mandat présidentiel contraire à la Constitution. Elle s’est poursuivie avec la dissolution forcée du parti d’opposition de Sonko l’année dernière.

Human Rights Watch a documenté la manière dont les forces de sécurité ont employé une force excessive, y compris des balles réelles, pour disperser des milliers de manifestants à travers le pays en 2021 et 2023. Au moins 37 personnes ont été tuées lors d’affrontements violents depuis mars 2021, sans qu’aucun compte ne soit rendu. Les auteurs de ces meurtres s’en tirent à bon compte.

Bien que le président Macky Sall ne se représente pas, les autorités ont poursuivi leur répression et la crise semble s’accélérer à l’approche de l’élection.

Une série d’arrestations de personnalités de l’opposition politique et de dissidents a eu lieu au cours des derniers mois. Selon des organisations de la société civile et des partis d’opposition, jusqu’à 1 000 membres et militants de l’opposition ont été arrêtés dans tout le pays depuis mars 2021.

Les restrictions imposées aux candidats à l’élection présidentielle ont suscité l’inquiétude et l’indignation de la population. Soixante-dix-neuf personnes ont soumis au Conseil constitutionnel des demandes de candidature à la présidence, mais seules 20 d’entre elles ont été validées par la procédure de contrôle du Conseil.

Le successeur de Macky Sall, l’actuel premier ministre sénégalais Amadou Ba, a été retenu. Ousmane Sonko, chef du parti d’opposition dissous par la force et emprisonné, n’a pas été retenu.

« Nos dirigeants sont en prison, nos partisans sont en prison, beaucoup d’entre nous sont en liberté provisoire ou sous surveillance électronique, comme moi », a déclaré un porte-parole du parti de Sonko.

Il est difficile d’imaginer que des élections libres et équitables puissent avoir lieu sans que les autorités ne fassent rapidement marche arrière. Elles devraient enquêter sur les violences commises par les forces de sécurité, libérer les personnes détenues à tort et garantir les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique, autant d’éléments essentiels à la tenue d’élections véritablement libres et équitables. Bien entendu, nous espérons que les autorités sénégalaises reviendront sur leurs pas, mais il reste peu de temps avant le jour de l’élection.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici