Crise au Mali : Des combats acharnés éclatent après que les rebelles touaregs ont tué « plus de 80 soldats »

0
123

  • Par Chris Ewokor
  • BBC News
Des militants touaregs armés sont photographiés à l'extérieur de Menaka au Mali - mars 2020.

CRÉDIT PHOTO,AFP

Légende image,L’accord de paix conclu en 2015 avec les séparatistes touaregs a échoué depuis le coup d’État de 2020 et l’expulsion récente par la junte des forces de maintien de la paix de l’ONU.

De violents combats ont éclaté dans le nord du Mali, les rebelles touaregs affirmant avoir pris le contrôle de la ville de Bamba à l’armée.

Ces combats interviennent après que les combattants séparatistes ont déclaré avoir tué plus de 80 soldats dans le centre du pays.

Le gouvernement a confirmé qu’une base de l’armée dans la région de Mopti avait été prise pour cible jeudi, mais n’a donné aucun détail.

La recrudescence des violences intervient alors que les forces de maintien de la paix de l’ONU, déployées au Mali en 2013, se retirent sur ordre de la junte.

Le raid de jeudi sur la ville de Dioura est le plus méridional depuis que les rebelles touaregs ont repris les hostilités en août, après l’échec d’un accord de paix conclu en 2015.

Cela a coïncidé avec une violence croissante de la part des groupes militants islamistes, malgré le déploiement en décembre 2021 de mercenaires du groupe russe Wagner.

Articles recommandés :

L’armée avait déjà été prise pour cible à Bamba en septembre par des djihadistes liés à Al-Qaïda.

Dans un message publié sur les réseaux sociaux, l’armée a indiqué que les affrontements à Bamba avaient commencé dimanche à 6 heures et les a qualifiés d' »intenses ». Elle n’a pas nommé les combattants impliqués, se contentant de les qualifier de « terroristes ».

Une alliance de groupes touaregs, dont la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), a déclaré dans un communiqué avoir pris le contrôle de la zone autour de Bamba, une ville située sur la rive gauche du fleuve Niger, entre les villes de Tombouctou et de Gao.

Les rebelles touaregs, qui souhaitent l’indépendance du nord du Mali, s’opposent à ce que l’armée prenne le contrôle des bases laissées vacantes par les milliers de soldats de l’ONU qui quittent le pays.

Les rebelles étaient autrefois alliés aux groupes militants islamistes qui se sont emparés du nord du Mali en 2012, ce qui a incité la France, puis l’ONU, à intervenir pour les empêcher de progresser vers le sud, jusqu’à la capitale, Bamako.

Les groupes touaregs ont ensuite signé l’accord de paix d’Alger en 2015 avec le gouvernement, mais les djihadistes ont poursuivi leurs attaques depuis leurs bases dans le désert.

Cette insurrection persistante a été la principale raison pour laquelle l’armée malienne a pris le pouvoir en 2020, accusant le gouvernement civil de ne pas assurer la sécurité.

Il s’est engagé à mettre fin aux attaques des militants en demandant à la France de retirer ses forces et en faisant venir des combattants de Wagner.

Pourtant, la violence ciblant les civils a augmenté de 38 % au Mali cette année, selon le projet Armed Conflict Location and Event Data (Acled) dans une déclaration récente.

Map

L’Acled indique qu’un groupe lié à Al-Qaïda est responsable de 33 % des attaques, mais il accuse également l’armée et le Wagner d’être à l’origine de cette augmentation (29 % des attaques), alors qu’ils pénètrent dans un territoire qui échappe largement au contrôle de l’État depuis plus d’une décennie.

Dans le cadre de ces opérations, ils ciblent des civils de diverses communautés, les croyant partisans de groupes militants et rebelles.

Acled affirme que Wagner utilise des tactiques brutales pour instiller une peur jamais vue auparavant au Mali, notamment « la torture, les exécutions sommaires, les décapitations, l’éjection de prisonniers d’un avion et le piégeage de cadavres ».

La rébellion touareg et l’insurrection djihadiste croissante menacent la stabilité et la sécurité des zones civiles dans l’ensemble du Mali.

Les Nations unies doivent achever leur retrait du Mali d’ici à la fin du mois de décembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici